Nous passons tous beaucoup de temps à nous préoccuper de nos finances personnelles. Cela nous déconcentre et nous stresse. Une grande partie du temps que nous passons à réfléchir à cette question se déroule pendant le temps de travail ; Selon l'étude de Mercer, « Inside Employees' Minds (Dans la tête de nos employés) », l'employé lambda peut y consacrer jusqu'à 13 heures par mois.

La responsabilité croissante des particuliers dans la gestion de leurs épargnes à court et à long terme (y compris pour la retraite) s'ajoute à leur charge quotidienne. Une telle charge fragilise la confiance des employés dans la prise de décisions financières.

Parallèlement, les chefs d'entreprise affirment qu'attirer, gérer et retenir une main-d'œuvre qualifiée sera leur principal défi professionnel au cours des cinq prochaines années.

Les dernières recherches de Mercer ont porté sur les croyances, les perceptions et les comportements des employeurs et des employés en matière de sécurité financière dans les domaines de la richesse, de la santé et de la carrière. Les chercheurs ont interrogé 7 000 personnes et 600 décideurs de haut niveau du secteur privé et du gouvernement dans 11 pays développés et en développement.

Disposer de meilleurs avantages, de plans d'épargne et de conseils plus accessibles ainsi qu'une technologie adaptée aux besoins individuels aurait un impact très positif sur les effectifs, selon les recherches. L'accès à des avantages améliorés ou à des plans d'épargne rendrait 86 % des employés plus satisfaits et plus impliqués dans leur travail. Ce serait un renforcement significatif de l’implication des employés.

Image : Mercer

Les employés accordent une très grande confiance aux conseils de leurs employeurs, révèle l'étude, près de 80 % d'entre eux déclarant faire confiance à leur employeur pour obtenir des conseils financiers judicieux. Ils recherchent également des informations et une technologie sécurisée et facile à utiliser pour les aider à gérer leurs finances personnelles. Les populations plus âgées sont tout aussi désireuses d'utiliser des outils en ligne, 90 % des adultes de moins de 35 ans et 85 % de tous les adultes déclarant vouloir une aide numérique.

Nous estimons que c'est là une occasion unique pour les employeurs du monde entier d'offrir cette confiance et d'aider les particuliers à atteindre leurs objectifs en matière d'épargne à court et à long terme. En retour, les employeurs ne font pas que renforcer l'implication et la productivité de leurs employés, ils aident aussi les générations futures.

Image : Mercer

La communication et les solutions personnalisées sont également essentielles, d'autant plus que nos besoins financiers varient considérablement selon l'âge, le sexe ou l'étape à laquelle nous sommes dans notre carrière. Par exemple, les jeunes des nouvelles générations, qui constituent le segment le plus important de la main-d'œuvre mondiale, changent d'emploi plus souvent que tout autre groupe d'âge. Les employeurs devraient explorer des solutions pour répondre aux besoins particuliers de ces générations, tels que des régimes d'épargne portables, un encadrement financier, des plans de remboursement des prêts étudiants et des outils de budgétisation. Les employés de ces générations seront plus impliqués et plus susceptibles de rester dans leur organisation.

À l'autre extrémité du spectre, les travailleurs âgés ont également des besoins particuliers, principalement en ce qui concerne l'augmentation de la longévité et le fait de travailler plus longtemps. Par exemple, l'âge moyen de départ à la retraite des hommes dans les États membres de l'OCDE a continué d'augmenter au cours des 15 dernières années. Il est maintenant de 65,8 ans contre 64,3 ans en 2016.

Le vieillissement de la main-d'œuvre va perturber le statu quo de ce que signifiait traditionnellement prendre sa retraite au milieu des années 60. Les employeurs sont déjà confrontés à ce défi. Il faudra des solutions de travail plus souples et innovatrices, notamment en offrant des options de travail à temps partiel à ceux qui approchent de la retraite ; des programmes de formation à vie ; des initiatives en matière de santé afin que les employés puissent travailler aussi longtemps que nécessaire ; et des conseils au moment de bénéficier des prestations sociales.

Image : Mercer

Les femmes doivent également faire face à un écart avec les hommes en matière de salaires et de continuité de carrière, car elles gagnent moins en moyenne et vivent de plus longues périodes d'inactivité. En conséquence, leurs soldes de retraite sont généralement 30 à 40 % inférieurs à ceux des hommes. En outre, les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes et ont donc besoin que leurs finances durent plus longtemps. Pour s'assurer que leur main-d'œuvre féminine est indépendante, impliquée et financièrement en sécurité, les organisations doivent examiner les solutions de communication et d'investissement qu'elles peuvent lui offrir.

Le stress, l'accès aux bons outils et aux solutions adéquates, l'accessibilité et la confiance affectent tous la capacité d'un individu à épargner et à investir. L'âge, le sexe et la carrière d'une personne font également la différence. Les employeurs qui accordent la priorité aux besoins et aux objectifs de sécurité financière de leurs employés se transformeront en conseillers de confiance que chaque employé recherche.

Les travailleurs ont besoin d'outils d'épargne intelligents et de conseils sur la façon de les utiliser. Ils font également confiance à leurs employeurs. Cela signifie que les organisations ont une occasion unique de transformer la sécurité financière de leurs employés, ce qui peut rendre leur personnel plus impliqué. Lorsque les organisations affichent l'importance qu'elles accordent au bien-être à long terme de leurs effectifs, il leur devient plus facile d’attirer et de retenir les meilleurs talents.