Le changement climatique, le terrorisme et la réaction de défiance face à la mondialisation, sont les trois défis les plus importants pour la civilisation telle que nous la connaissons, a déclaré le Premier ministre indien Narendra Modi, lors de la réunion annuelle 2018 du Forum Économique Mondial à Davos, en Suisse.

Modi, leader politique de la plus grande économie en développement du monde - et de la plus grande démocratie mondiale - a prononcé une allocution remarquée, au cours de laquelle il a notamment évoqué les opportunités et les dangers de la technologie, mais également le plan de l'Inde pour lutter contre les inégalités de revenu, pour la création d'emploi, et comment le pays "réduit les formalités administratives et déploie le tapis rouge", au profit du commerce international et de l'investissement.

"Dans un monde semé de failles et de ruptures, nous devons construire un avenir commun", a déclaré Modi.

"Avec l'apparition de nouvelles forces, l'équilibre entre les pouvoirs économiques et politiques évolue à grande vitesse. Face à ce constat, nous pouvons donc anticiper de profondes évolutions au niveau de la nature de notre monde, et ce notamment en ce qui concerne la paix, la stabilité et la sécurité."


"Les défis auxquels nous sommes confrontés sont aussi nombreux que redoutables", a déclaré Modi, avant de se concentrer sur les trois principaux défis qui, selon lui, "représentent la plus grande menace pour la survie de la civilisation humaine".

Changement climatique

"Les glaciers fondent, les calottes glaciaires fondent dans l'Arctique, de nombreuses îles coulent ... Il peut y avoir des inondations, ou il peut y avoir de la sécheresse ; nous ne pouvons que constater l'impact des conditions météorologiques extrêmes", a-t-il dit.

Les pays n'ont pas réussi à travailler ensemble et à respecter leurs promesses environnementales, a déclaré le Premier ministre indien. "Nous devrions tous dépasser les limites que nous nous imposons et devrions faire preuve de solidarité.

"Tout le monde parle de la réduction des émissions de carbone, mais il y a très peu de personnes ou de pays qui concrétisent leurs paroles en mettant à disposition leurs ressources pour aider les pays en développement à utiliser les technologies appropriées. Très peu d'entre eux viennent pour aider. "

Nous sommes passés d'un modèle de consommation frugale à une consommation basée sur les besoins, à une consommation basée sur la convoitise, a déclaré le Premier ministre indien. "Est-ce la clef de notre développement ou est-ce que cela mènera-t-il à notre chute ?", a-t-il demandé.

Modi a ensuite fait part de l'ambitieux objectif de son pays pour opérer une transition vers des formes d'énergie plus vertes.

"Pour sauver l'environnement et lutter contre le changement climatique, mon gouvernement a planifié une très grande campagne et s'est donné un objectif très difficile à atteindre", a-t-il déclaré. "D'ici 2022, en Inde, nous voulons produire 175 gigawatts d'énergie renouvelable. C'est un très grand objectif pour un pays comme l'Inde."

"Au cours des trois dernières années, l'Inde a atteint environ 60 gigawatts, soit environ un tiers de notre objectif.

Terrorisme

La deuxième grande menace qui pèse sur l'humanité est le terrorisme, a poursuivi Modi.

"Le terrorisme est dangereux, et la distinction artificielle créée entre les bons et les mauvais terroristes l'est tout autant", a-t-il déclaré.

La radicalisation des jeunes préoccupe particulièrement le premier ministre.

"L'autre aspect préoccupant et contemporain sur lequel je souhaite attirer votre attention, réside dans le fait que, désormais, des jeunes éduqués, issus de milieux aisés, se radicalisent ... J'espère que ce forum discutera des solutions à déployer face aux lignes de fracture créées par le terrorisme et la violence."

Mondialisation

Modi a également abordé le rejet des principes de la mondialisation dans certains pays et certaines parties du monde. "De nombreuses sociétés et pays se renferment de plus en plus sur eux-mêmes", a-t-il déclaré.

"C'est comme si l'effet contraire de la mondialisation se produisait. Ainsi, l'impact négatif de ce type de mentalités et de ces priorités inadaptées ne peut être considéré comme moins dangereux que le changement climatique ou le terrorisme.

"Tout le monde parle d'un monde interconnecté, mais nous devrons accepter le fait que la mondialisation perd progressivement de sa superbe".


Désormais, "les forces du protectionnisme se dressent contre la mondialisation. Leurs intentions ne sont pas seulement d'éviter la mondialisation, mais aussi d'en renverser ses principes de base."

"Cela mène à construire des barrières qui pénalisent les individus issus des pays en développement. Les accords commerciaux sont au point mort, de nombreux pays ont vu une diminution des investissements transfrontaliers, et la croissance de la chaîne d'approvisionnement mondiale s'est arrêtée.

"La solution face à cette situation inquiétante contre la mondialisation n'est pas l'isolement. La solution est de comprendre et d'accepter le changement. "

Vous pouvez regarder le discours en entier ici.