VILLE INTELLIGENTE - Développer la qualité des services urbains en misant sur les nouvelles technologies, voici la promesse de la smart city. Thématique très à la mode ces dernières années, la “ville intelligente” a, elle aussi, droit à ses grands évènements et ses incontournables rendez-vous. L’un d’eux se tient justement à Casablanca cette année, du 18 au 20 avril.

Créathon: Ville cherche citoyens créatifs

Organisé par la SDL Casa Events et Animation, le Smart City Expo Casablanca (SCEC) revient pour une troisième édition et propose la thématique des “Villes à vivre et de l’innovation citoyenne”. Des professionnels du secteur, mais également des chercheurs et universitaires viendront échanger autour de sujets comme le développement durable, l’innovation urbaine, la technologie civique ou encore les sociétés collaboratives et les espaces publics communs.

Plus de 130 représentants de 25 nationalités différentes ont déjà confirmé leur participation au SCEC qui accueillera cette année Shanghai comme ville convive. “Cela fait 32 ans que les deux capitales économiques sont jumelées. Il était donc tout à fait normal d’inviter Shanghai qui symbolise l’envolée économique de la Chine”, a déclaré Abdelaaziz Omari, maire de la ville de Casablanca.

Concrètement, l’évènement sera organisé en deux temps. La première partie sera réservée aux professionnels et permettra d’exposer et de débattre de questions scientifiques et techniques poussées. Une programmation intense est prévue en ce sens durant laquelle vont se succéder keynotes et sessions plénières sur les enjeux et perspectives du développement des smart cities en Afrique et dans le monde.

Image : CASA EVENTS ET ANIMATION

Le deuxième volet, Smart City Connect Casablanca, sera quant à lui réservé au grand public. L’objectif, vulgariser le concept de smart city auprès des citoyens et en banaliser les concepts pour qu’ils se l’approprient. Deux événements viendront rythmer la programmation de cette deuxième partie: un Créathon le 20 avril et un Hackathon les 21 et 22 avril.

Faute de moyens, des insertions publicitaires gratuites

L’opération invitera des participants de tous horizons à réfléchir dans un premier temps à des solutions qui répondent de manière concrète aux attentes des citoyens en termes de mobilité urbaine. Pour ce faire, ils bénéficieront d’un accès à des données de la métropole et à de l’expertise externe. Ces idées seront ensuite proposées aux participants du Hackathon qui est un concours de développement informatique afin de donner naissance de manière concrète aux meilleures idées formulées lors du Créathon.

Mais pourquoi confier à des étudiants et des startups des projets qui sont d’habitude menés par les grands groupes informatiques? “Qui dit smart city dit automatiquement grosses infrastructures numériques qui nécessitent d’importants financements. Or, les villes marocaines ne disposent pas d’autant de moyens. Nous nous sommes adaptés en travaillant avec nos propres forces, dont le pilier est l’engagement citoyen”, explique au HuffPost Maroc Aawatif Hayar, professeure à l’Université Hassan II de Casablanca et présidente du projet IEEE Core Smart City de Casablanca.

Parcimonie et frugalité sont donc les mots d’ordre pour la ville de Casablanca qui, tout en n’ayant pas les moyens de développer le côté urbain intelligent à l’européenne, ne veut pas rater le coche du “smart”. Une sobriété qui touche même l’organisation du SCEC puisque le budget consacré à l’évènement est d’à peine 4,5 millions de dirhams, en baisse de 30% par rapport à la première édition. “Vous savez, aucune insertion n’a été achetée avec de l’argent. Tout ce que vous voyez comme communication a été offert grâce aux partenariats que nous avons noués”, confie au HuffPost Maroc Mohamed Jouahri, directeur général de Casa Events et Animation.

Schéma directeur numérique pour Casablanca, une première au Maroc

Une approche qui pousse donc la ville à innover et emprunter de nouveaux sentiers afin de concilier efficacité et moyens réduits. “Les délégations qui participeront au SCEC ont beaucoup à nous apprendre. Nous avons, par exemple, pris énormément de raccourcis grâce aux expériences partagées avec nous par la ville de Barcelone, avec laquelle nous avons un partenariat et dont l’ancien maire animera une keynote”, ajoute le patron de la SDL. Des réalisations qui placent dorénavant la ville de Casablanca de manière irréversible dans la roadmap des villes organisatrices de Smart City Expo.

Ce qui lui a permis de bénéficier de la reconnaissance des Nations unies Habitat et de la Banque mondiale en tant que ville qui a des projets et une vraie démarche de smart city. Le conseil de la ville vient en effet de voter un plan d’action 2018-2022 pour la “Transformation numérique” de Casablanca, ce qui fait de la métropole la première ville marocaine à se doter d’un tel schéma directeur.