Le progrès environnemental a toujours requis les meilleurs outils. Aujourd'hui, ces outils sont les innovations technologiques qui procurent de nouvelles capacités aux entreprises et aux ONG et génèrent des partenariats entre ces organisations. Les capteurs, l'analyse de données, l'apprentissage machine et les blockchains ne sont que quelques-unes des percées récentes qui stimulent à la fois la croissance économique et la gestion de l'environnement.

À l’Environmental Defense Fund (EDF, Fonds de défense de l'environnement), où je travaille, nous nous sentons portés par un vent nouveau grâce à ces innovations. Et une nouvelle enquête que nous avons commandée montre que les dirigeants d'entreprise perçoivent ce même souffle. En fait, 86 % des cadres interrogés - travaillant dans des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur ou égal à 500 millions de dollars - s'accordent à dire que les technologies émergentes permettront d'améliorer les résultats de leur entreprise tout en réduisant son impact environnemental. Posez la question aux seuls cadres supérieurs et ce chiffre augmente jusqu’à 91 %.

Le fait est que la durabilité n'est plus seulement un produit dérivé positif de l'innovation. De plus en plus, il s’agit du but à atteindre - une partie intégrante de la prise de décision stratégique qui réduit les coûts et rationalise la performance tout en réduisant l'empreinte environnementale de l’entreprise. Lorsque les cadres dirigeants évaluent l’intérêt des nouvelles technologies pour leur activité, ils évaluent aussi de quelle façon elles améliorent leur impact sur l'environnement.

Plus de 70 % des chefs d'entreprise considèrent que les objectifs commerciaux et environnementaux sont mieux alignés aujourd’hui qu'il y a cinq ans, et 61 % attribuent ce résultat aux technologies émergentes.

En même temps que l’entreprise entre dans la Quatrième révolution industrielle, la communauté environnementale se dirige vers la quatrième vague écologique. Le mouvement de conservation des terres du début du XXe siècle a constitué la première vague, et la deuxième, qui a commencé dans les années 1960, a utilisé la force de la loi pour réduire la pollution industrielle. La troisième vague a mis l'accent sur le pouvoir économique : résolution de problèmes, approches fondées sur le marché et partenariats entre les entreprises et les ONG. Aujourd'hui, la quatrième vague exploite des innovations technologiques qui permettent à chacun de déployer des solutions à grande échelle en s’appuyant sur les approches précédentes.

Pour comprendre comment la Quatrième vague d'innovation environnementale s’apprête à transformer nos partenariats avec des entreprises, nous avons demandé à plus de 500 cadres supérieurs comment sept technologies émergentes affectent leur activité et leur empreinte environnementale. Les résultats sont plus qu’encourageants.

 Les entreprises s’appuient sur les nouvelles technologies pour faire face à la quatrième vague écologique.
Les entreprises s’appuient sur les nouvelles technologies pour faire face à la quatrième vague écologique.
Image : Image : EDF

Bien que l'analyse de données et l'automatisation soient les plus largement adoptées jusqu'à présent, les cadres supérieurs voient un potentiel gagnant-gagnant important dans les sept technologies. Et ce potentiel commence à se transformer en action. Des marques mondiales de premier plan, comme Smithfield, Cummins et AT&T utilisent déjà des technologies émergentes pour accroître la durabilité des activités qu’elles dirigent. La puissance des possibilités est stupéfiante.

Le potentiel environnemental des nouvelles technologies

Levi Strauss vient d’annoncer un nouveau mode de fabrication numérique qui automatise une partie du processus de production des jeans, ce qui permet à l'entreprise d'adapter l'offre à la demande, de réduire les déchets textiles et d'éliminer des milliers de formulations chimiques auparavant nécessaires à la finition.

Tandis que 80 % des chefs d'entreprise interrogés sont convaincus que les consommateurs tiendront de plus en plus les entreprises responsables de leur impact sur l'environnement, la technologie rend possible la maîtrise de l’impact environnemental, et par conséquent justifie cette responsabilisation. Cela signifie que des chefs d’entreprise comme la designer Marine Jaarlgard, qui teste une plateforme de blockchain pour accroître la transparence et la traçabilité de sa collection de tricots, pourraient détenir un avantage concurrentiel.

Walmart, Unilever et Nestlé travaillent également avec IBM pour explorer les applications de la technologie des blockchains à la chaîne d'approvisionnement alimentaire. Pour l'environnement, l’avantage c'est la diminution des déchets alimentaires. Pour les entreprises, l’avantage c’est l'efficacité accrue de la chaîne d'approvisionnement et le renforcement de la sécurité alimentaire.

L'émergence de ces technologies a aidé Walmart à se donner les outils nécessaires pour se fixer l'objectif audacieux de réduire les émissions de sa chaîne d'approvisionnement mondiale d'un milliard de tonnes de dioxyde de carbone - c'est plus que les émissions annuelles de l'Allemagne. Wal Mart travaille pour le moment à cet objectif avec plus de 400 fournisseurs ; voilà comment la quatrième vague écologique permet de déployer les solutions à grande échelle.

À mesure qu'elle se développe, la quatrième vague rassemble des partenaires improbables. Par exemple, après que l’Environmental Defense Fund a installé des capteurs sur les voitures Google Street View à Boston, Chicago, Dallas et ailleurs pour mesurer et cartographier les fuites de méthane, un gaz à effet de serre extrêmement puissant, nous avons mis les entrepreneurs au défi de créer des unités de détection du méthane qui sont aujourd’hui en test dans des installations pétrolières et gazières appartenant à Statoil, Shell et Pacific Gas & Electric. Et nous avons fait équipe avec Google Earth Outreach pour cartographier les menaces de pollution de l'air sur chaque pâté de maison à West Oakland, en Californie, afin de fournir aux habitants des données détaillées et contribuer à démontrer la nécessité de réduire les émissions au titre de la nouvelle loi californienne sur la qualité de l'air.

En avril, nous avons annoncé le développement et le lancement d’un nouveau satellite construit spécialement pour localiser et mesurer les émissions de méthane dans le monde entier, à commencer par l'industrie pétrolière et gazière. Ce satellite fournira gratuitement aux pays et aux entreprises des données fiables, accessibles en Open Source, qui permettront de repérer les secteurs problématiques, d’identifier les possibilités d'économies et de mesurer au fil du temps leurs progrès en matière de réduction des émissions de méthane.

Les chefs d'entreprise réagissent aux nouveaux facteurs de motivation

Jusqu’à présent, la réglementation et les pressions exercées par les groupes environnementaux étaient les principaux facteurs qui incitaient les entreprises à adopter un comportement durable. Même si la réglementation conserve un rôle prééminent, de nombreuses pressions nouvelles s'exercent sur les dirigeants d'entreprise.

 Aujourd'hui, de nombreux facteurs encouragent les chefs d'entreprise à adopter un comportement durable
Aujourd'hui, de nombreux facteurs encouragent les chefs d'entreprise à adopter un comportement durable
Image : Image : EDF

Les pressions exercées par les clients, les investisseurs et le personnel sont désormais au cœur des préoccupations des cadres supérieurs. Dans l'ensemble des industries, 84 % des dirigeants interrogés considèrent qu’adopter des pratiques commerciales respectueuses de l'environnement les aide à attirer et à retenir les meilleurs talents. La nouvelle génération de dirigeants d'entreprise fonde ses décisions de carrière sur leurs valeurs personnelles - les entreprises ont donc tout intérêt à s'engager sur la voie du développement durable.

La bonne nouvelle, c'est que les chefs d'entreprise ont maintenant les outils nécessaires pour le faire. Les percées technologiques transforment la façon de faire des affaires. À mesure que les capteurs, l'analyse de données, les blockchains et les autres innovations façonnent la stratégie commerciale et récompensent la responsabilité entrepreneuriale, un changement positif contribue à la prospérité des entreprises et de la nature.