Énergie durable : Et si les routes étaient pavées de panneaux solaires pouvant produire une énergie verte ?
C’est le défi relevé par la Chine, à Jinan, la capitale de la province de Shandong, au sud de Pékin, un tronçon d’un kilomètre a été équipé en panneaux solaires.
Selon le journal XinhuaNet, la route à deux voies couvre 5 875 mètres carrés et peut produire jusqu’à 1 million de kilowattheures d’électricité par an ; suffisamment pour alimenter 800 foyers chinois.
La surface de la route est faite de béton transparent qui peut supporter 10 fois plus de pression que le béton ordinaire. Sous le béton se trouvent des panneaux solaires qui convertissent la lumière du soleil en électricité. Ces derniers sont protégés par une couche isolante conçue pour résister à la chaleur ou au froid excessif.
Selon le constructeur en charge du projet : Qilu Transportation Development Group Co, environ 45 000 véhicules traversent la section chaque jour, et les panneaux solaires à l’intérieur produisent suffisamment d’électricité pour alimenter l’éclairage des autoroutes.
L’électricité sera utilisée pour faire fonctionner les lampadaires, les panneaux d’affichage, les caméras de surveillance et les gares de péage. Il sera également utilisé pour chauffer la surface de la route afin de faire fondre la neige. Tout excédent sera réinjecté dans le réseau électrique local.

L’énergie du futur ?

Les routes équipées de panneaux solaires offrent bien des avantages, tant au niveau économique qu’écologique.
En effet, produire de l’électricité à partir des routes plutôt que dans les champs et les déserts remplis de panneaux solaires, permettrait de conserver beaucoup de terres.
Ces avantages sont particulièrement importants dans un pays comme la Chine, un pays très peuplé où la demande d’énergie ne cesse d’augmenter. D’autant plus que la Chine compte plus de 120 villes de plus d’un million d’habitants, il n’y a pas toujours de la place pour les panneaux solaires, de sorte qu’il est de plus en plus courant de trouver d’autres endroits comme les routes.
Par ailleurs, les routes traversent et contournent les villes, l’électricité pourrait être utilisée pratiquement à côté de l’endroit où elle est produite. Cela signifie qu’il n’y aurait quasiment aucune perte d’électricité dans le transport.
Autre avantage, il s’agit d’exploiter des infrastructures existantes, les routes sont nécessaires de toute façon. Ponctuellement, les routes sont refaites à grands frais, l’installation de panneaux solaires pourrait réduire le prix de l’entretien.

Selon le constructeur, Qilu Transportation Development Group, si le procédé est étendu à l’ensemble du réseau routier de la province, la capacité de production énergétique sera de 6,22 milliards kWh par an. Ce qui correspond à une valeur économique de 6,09 milliards de yuan (~ 778,61 M€), et 6,2 millions de tonne d’émission de CO2 en moins.

Les routes solaires pourraient aussi changer l’expérience de conduite. Les bandes chauffantes électriques peuvent servir à faire fondre la neige.Les diodes électroluminescentes encastrées dans la surface peuvent fournir une signalisation lumineuse pour diriger les conducteurs vers les sorties et les alerter sur les dangers de la circulation.

Une énergie pas tout à fait au point…

Cependant, le déploiement à grande échelle des routes solaires est loin d’être simple, car cette technologie n’est pas sans quelques inconvénients.

D’une part, les panneaux solaires routiers sont moins efficaces que les panneaux solaires installés sur les toits. Ils reposent à plat et sont couverts par intermittence par des véhicules, de sorte qu’ils produisent 50% d’énergie en moins que que les panneaux solaires standards.

D’une autre la question de la solidité se pose. L’asphalte est un matériau qui se comprime légèrement sous le poids des camions. Le silicium bleu des cellules solaires, composant générateur d’électricité des panneaux, peut supporter d’être écrasé par plusieurs tonnes de poids.

Les routes équipées de panneaux solaires sont également plus chères que les classiques en asphalte. Slate affirme que la route chinoise coûte 458 $ le mètre carré, soit environ 90 fois le coût d’une route asphaltée traditionnelle.

Qu’en est-il de l’adhérence, les panneaux solaires ne risquent-ils pas de rendre la route plus glissante, et favoriser les accidents?

Et qu’en est-il de la maintenance, comment remplacer un panneau solaire défectueux s’il est encastré sous une couche de béton ?

Quoi qu’il en soit, à ce stade, seule l’expérience des routes solaires permettra de déterminer si elles valent la peine d’être développée ou s’il s’agit simplement d’une utopie coûteuse.

Stratégie commerciale

La construction intervient parallèlement dans le cadre du plan ” Made in China 2025 , dont l’un des objectifs est de hisser la Chine au rang de leader dans l’exportation des nouvelles technologies. Les 10 secteurs mis en évidence comprennent les véhicules à énergie nouvelle, les technologies de l’information et la robotique.
Le pays produit déjà les trois quarts des panneaux solaires vendus dans le monde, et son industrie de fabrication d’éoliennes compte également parmi les plus importantes au monde.

Au delà de la question de la production d’énergie, il est surtout question de concevoir des routes aussi intelligentes que les voitures du futur. Le gouvernement affirme que 10 % de toutes les voitures devraient être entièrement autosuffisantes d’ici 2030. Ce projet est l’occasion de fournir de meilleures mises à jour du trafic, une cartographie plus précise et multiplier les recharges pour les véhicules électriques.

La Chine a également un plan distinct pour développer son industrie de l’intelligence artificielle qui prévoit que le pays devienne le premier centre mondial d’innovation en intelligence artificielle d’ici 2030.