Lorsque nous imaginons l'avenir, la plupart d'entre nous essayons de le prédire en extrapolant à partir d'un large éventail d'hypothèses que nous faisons aujourd'hui. Mais la plupart des prédictions ont tendance à s’avérer fausses, de l'automobile considérée comme une simple tendance en 1903 à un journaliste en 1977 se demandant pourquoi quiconque voudrait d’un ordinateur à la maison.

Un contexte de forte volatilité, d'incertitude, de complexité et d'ambiguïté ne fait qu'augmenter le risque d'erreur.

Nous proposons une autre façon d'explorer l'avenir, en utilisant le concept d'incertitude critique. Celui-ci nous permet d'envisager quelques avenirs plausibles et d’être plus résilients face aux défis qu'ils représentent. Il réduit le risque d'angles morts et de mauvaises surprises. Il peut également nous aider à identifier les moyens par lesquels nous pouvons façonner l'avenir de manière proactive.

Nous avons regroupé les résultats d'une enquête afin d'identifier les incertitudes critiques. Nous avons analysé plus de 90 réponses et articles partagés par les membres de notre réseau d'experts, à l'aide de logiciels textuels. Plusieurs tendances et points communs ont été identifiés. Les deux idées les plus importantes sont explorées ci-dessous.

 Il s'agit d'une vue d’ensemble des contributions reçues de sous-ensembles du Réseau d'experts du Forum économique mondial. Chacune d’elles représente une intersection, tandis que les deux domaines thématiques constituent la partie la plus centrale.
Il s'agit d'une vue d’ensemble des contributions reçues de sous-ensembles du Réseau d'experts du Forum économique mondial. Chacune d’elles représente une intersection, tandis que les deux domaines thématiques constituent la partie la plus centrale.

Échelle, portée et type d'adoption de l'IA

L'IA demeure une capacité scientifique sous-développée, détenue par plusieurs grandes entreprises. Mark Esposito, Membre de la Cambridge Judge Business School, souligne une incertitude : dans quelle mesure l'intelligence artificielle pourrait-elle imprégner la société ? Et qui en posséderait la capacité ?

Les débats actuels autour de l'IA se concentrent généralement sur la façon dont elle rend puissantes les grandes organisations, tout en enlevant leur emploi à un grand nombre de travailleurs, souligne David Li, fondateur du Shenzhen Open Innovation Lab. Cependant, ces débats négligent souvent le potentiel de l'IA à donner du pouvoir à de plus petits groupes ou à des éléments novateurs n’ayant pas encore émergé.

Au fur et à mesure que les machines deviennent plus intelligentes que nous, elles prennent le relais sur des travaux et des tâches historiquement effectués par les humains. Nous comptons de plus en plus sur elles pour prendre des décisions. Il est difficile de savoir si nous leur ferons confiance ou non, écrit Vyacheslav Polonski, chercheur à l'Oxford Internet Institute.

L'incertitude entourant l'IA reflète également l'émergence de la Chine en tant que chef de file dans ce domaine. La Chine avait quatre fois plus de brevets liés à l'IA en 2017 que les États-Unis, d’après le Startup Genome Report 2018. D'autres ont souligné l'importance des écosystèmes qui émergent autour de l'IA. Ceux-ci peuvent être très différents, selon le contexte, et peuvent avoir leurs propres ensembles d'applications et d'implications divergentes.

Réaffectation du pouvoir et capacité de collaboration

Après la Seconde Guerre mondiale, nous sommes passés du statut de « sujets » à celui de « consommateurs ». Aujourd'hui, nous semblons passer de « consommateurs » à « citoyens ». Les gens jouent un rôle bien plus actif dans le façonnement de la société. Selon Hilary Sutcliffe, directrice de Society Inside, la clé réside dans un débat public sain et la mesure dans laquelle les voix des citoyens sont entendues et prises en compte par les organisations qui façonnent le développement et l'utilisation des technologies.

Les structures et les institutions ayant traditionnellement permis à chacun d'entre nous de s'exprimer sont également confrontées à une incertitude accrue. L'efficacité de la démocratie est remise en question. Un nombre croissant de personnes, en particulier les jeunes, ont perdu confiance dans les systèmes et les structures démocratiques, affirme Andrea Bandelli, directrice exécutive de la Science Gallery International. Soixante-douze pour cent des Américains nés avant la Seconde Guerre mondiale affirment qu'il est essentiel de vivre en démocratie, contre seulement 30 % de la génération Y. Cette tendance se retrouve dans toutes les démocraties de longue date, y compris la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Suède, l'Australie et la Nouvelle-Zélande (Foa et Mounk 2017). Il est urgent de réformer et de faire évoluer les systèmes démocratiques. Reste à savoir si nous réussirons ou non, ou si nous créerons des systèmes alternatifs.

Plus généralement, en ce qui concerne le rôle du citoyen, l'une des principales incertitudes est de savoir si nous serons capables ou non de travailler collectivement vers une plus grande durabilité. Cela comprend l'élaboration d'une vision commune qui peut être adoptée par différents secteurs de la société et zones géographiques à travers le monde. Nous ignorons si les objectifs de développement durable représentent ou non cette vision, déclare David Bray, directeur exécutif de People-Centered Internet.

Conclusion ?

Quelles directions ces incertitudes critiques pourraient-elles prendre ? Quelles pourraient être les implications pour les individus, les organisations, les régions et le monde ? En explorant et en discutant de ces voies alternatives, non seulement nous serons mieux préparés et plus résilients, mais nous aurons l'occasion de façonner ces développements vers l'avenir que nous voulons.

Il s'agit du premier article d'une série de Discussions du Forum explorant les facteurs les plus importants, mais incertains, qui façonnent l'avenir. Elle est organisée par le Forum économique mondial en collaboration avec ses Réseaux d'experts.