Les Africains migrent vers la ville. Le continent, qui abrite déjà la population la plus jeune et à la croissance la plus rapide du monde, s'urbanise plus vite que n’importe quelle autre partie de la planète. Les citoyens de l'Afrique, au nombre de 1,1 milliard, devraient probablement être deux fois plus d'ici 2050, et plus de 80 % de cette augmentation se produira dans les villes, en particulier dans les bidonvilles. Les implications de cette croissance accélérée sont difficiles à mesurer. Lagos, par exemple, qui est déjà la plus grande ville d'Afrique, est censée connaître une expansion incroyable de 77 personnes par heure d'ici 2030 .

L'Afrique n'est pas préparée à cette explosion urbaine. D'ici 2025, il y aura 100 villes africaines de plus d'un million d'habitants, selon McKinsey. C'est deux fois plus qu'en Amérique latine. L'urbanisation galopante et l'explosion démographique de la jeunesse, avec des jeunes pour la plupart sans réelles perspectives d'emploi, est une bombe à retardement. Il y a déjà 70% d’Africains qui sont âgés moins de 30 ans. Les jeunes représentent environ 20 % de la population, 40 % de la population active et 60 % des chômeurs.

L'Afrique souffre d'un manque important d'infrastructures urbaines. Les dépenses publiques annuelles nationales en infrastructures sont extrêmement faibles : en moyenne 2 % du PIB en 2009-2015, contre 5,2 % en Inde et 8,8 % en Chine. Il n’est pas surprenant que les villes africaines succombent souvent à la fragilité. Soixante pour cent des citadins vivent dans des bidonvilles surpeuplés et manquent d’accès aux services. Environ 25-45 % se rendent au travail à pied à cause du manque de moyens de transport abordables. Avec la turbo-urbanisation, ces conditions épouvantables pourraient facilement se détériorer.

Autre problème imminent, les villes africaines vont se développer pendant une période de stress climatique sans précédent. Les zones urbaines d'Afrique souffriront probablement de manière disproportionnée du changement climatique, car la région dans son ensemble se réchauffe 1,5 fois plus vite que la moyenne mondiale. La pression sur les services de base et les ressources naturelles, comme le montre la crise de l'eau au Cap, devrait augmenter. Si l'Afrique ne trouve pas le moyen de construire des villes durables avec un meilleur accès au capital privé, ces dernières risquent alors de devenir invivables et endettées.

Ne vous méprenez pas : l'avenir de l'Afrique est urbain. Mais au cours des deux prochaines décennies, les villes africaines devront faire beaucoup plus, avec beaucoup moins. Les gouvernements nationaux devront renforcer et mettre en œuvre des réglementations pour lever des fonds publics et les maires africains, les citadins et les entreprises ne peuvent pas se permettre d'attendre. Il est urgent d’adopter un nouvel état d'esprit. Mais cela nécessite d’abord de faire face à l'ampleur du défi.

Penser aux déficits

Les déficits d'infrastructure urbaine sont décourageants. Les Africains doivent dépenser entre 130 et 170 milliards de dollars par an pour répondre aux besoins d'infrastructure de base du continent. La région est pourtant déjà confrontée à des déficits de financement de 68 à 108 milliards de dollars. Environ deux tiers des investissements dans les infrastructures urbaines nécessaires d'ici 2050 n'ont pas encore été réalisés. Pour compliquer les choses, la majorité du financement actuel provient du secteur public, car l'instabilité et la confusion réglementaire dissuadent les financements privés. Entre 1980 et 2011, les investissements totaux en Afrique ne représentaient en moyenne que 20 % du PIB (contre 40 % du PIB dans le cas de l'Asie de l'Est au cours d'une période d'urbanisation rapide). Combler ces écarts pourrait augmenter la croissance du PIB par habitant de 2,6 % par an.

Ce n'est pas seulement le fossé de l'infrastructure urbaine, mais le manque de planification urbaine, l'utilisation inefficace des terres, les blocages réglementaires et les droits acquis qui empêchent les villes africaines d’avancer. Résultat : des villes tentaculaires, fragmentées et extrêmement informelles. Fait non surprenant, il est remarquablement cher de vivre dans les villes africaines. Selon la Banque mondiale, elles sont globalement 29 % plus chères que les villes non africaines avec des niveaux de revenus similaires. Les locaux paient 100 % de plus pour le transport, 55 % de plus pour le logement, 42 % de plus pour le transport et 35 % de plus pour la nourriture. Tout cela ralentit les affaires, réduisant la productivité des entreprises de près de moitié tout en augmentant considérablement les coûts de production des biens de consommation.

Les lacunes de l'Afrique en termes d’infrastructures ne sont pas accidentelles. Une des principales raisons est que les gouvernements municipaux sont à court d'argent et peinent à générer des revenus fiscaux. Les autorités municipales manquent souvent du pouvoir discrétionnaire et de l'autonomie financière nécessaires pour agir. Prenons le cas de Dakar, au Sénégal, que les autorités centrales ont empêché de vendre des obligations municipales aux investisseurs en 2015, entraînant la perte de 40 millions de dollars de capital. Maintenant, comparez cela aux villes des États-Unis qui ont récolté plus de 111 milliards de dollars d'obligations municipales pour des projets d'infrastructure en seulement deux mois l'année dernière. Les villes d'Afrique ont obtenu l'équivalent de 1 % de ce montant au cours des 14 dernières années.

Les dirigeants nationaux et municipaux de la région n'ont pas de temps à perdre. Ils doivent prendre les mesures nécessaires pour attirer l'investissement privé dans les infrastructures urbaines. Les investisseurs étrangers et nationaux veulent la même chose : la stabilité politique et économique, des environnements réglementaires fiables, des droits de propriété plus solides et l’élaboration de programmes et de projets vraisemblables. Pourtant, la plupart de ces conditions fondamentales sont encore rares en Afrique. Sans agent de coordination - qu'il s'agisse d'entreprises tournées vers l'avenir, de grands investisseurs ou d'agents tiers qui réduisent les risques d'investissement - il est peu probable que les villes prennent leur envol.

Combler les écarts

La vraie question est la suivante : comment les villes africaines vont-elles absorber le double de leur population tout en n'utilisant que la moitié des ressources au cours des 20 prochaines années ? Et comment cela peut-il se produire parallèlement à l’amélioration de la qualité de vie générale ? La bonne nouvelle, c’est que les solutions sont potentiellement plus accessibles que ce que pensent beaucoup de gens. Une grande partie de la réponse réside dans l'utilisation de technologies nouvelles (et originaires du pays), la construction d'infrastructures plus intelligentes et l'exploitation du dynamisme du secteur informel.

Les villes africaines commencent tout juste à récolter les dividendes de la quatrième révolution industrielle. La pénétration de la téléphonie mobile relie tous les coins du continent, et les données générées par des centaines de millions d'appareils, ainsi qu’une capacité informatique à bas coût peuvent potentiellement améliorer la vie urbaine. Les coûts des innovations technologiques telles que les systèmes solaires photovoltaïques, le stockage de l'énergie, les capteurs IoT et même les satellites sont en train de rapidement diminuer. À noter que le Kenya vient de devenir le premier pays d'Afrique subsaharienne à lancer un satellite dans l'espace.

Malgré les nombreux défis auxquels elles doivent faire face, ou peut-être grâce à eux, les villes africaines sont dynamiques et créatives. La plupart des services urbains - transport, énergie, eau, gestion des déchets, télécommunications, logement ou sécurité publique - sont fournis par des prestataires privés informels. Prenez les systèmes de transport en commun : 70 à 95 % des transports en commun dans les villes africaines sont fournis par des opérateurs indépendants et informels. Ils fournissent aux citoyens un service essentiel, quoique parfois dangereux et coûteux. Il y a également Cambridge Industries à Addis-Abeba, qui préside la première usine de valorisation énergétique des déchets en Afrique. En collaboration avec le chinois CNEEC et le gouvernement éthiopien, ils fournissent 30 % des besoins énergétiques de la ville à partir de 80 % de ses déchets, la plupart étant ramassés par des collecteurs de déchets locaux.

L'informalité urbaine ne peut pas être considérée comme un problème, mais plutôt comme un atout et un signe de résilience et d'agilité. En explorant des solutions de financement innovantes, les urbanistes et les investisseurs maintiennent les vertus de l'informalité (réactivité à la demande, création d'emplois et autosuffisance) tout en réduisant ses vices (conditions dangereuses, services de qualité médiocre, pratiques de travail déloyales et parfois inefficacité et coûts élevés pour les consommateurs).

Voici quatre façons dont les villes africaines pourraient commencer à combler le manque d'infrastructures :

Accélérer les investissements dans le déploiement de la technologie pour une infrastructure urbaine plus intelligente

De nombreuses solutions convaincantes se sont adaptées à cette échelle. Une liste restreinte comprend Upande au Kenya, qui utilise l'IoT pour gérer les fuites et les livraisons d'eau ; Where is My Transit en Afrique du Sud, qui facilite les itinéraires des systèmes de transport dans les villes africaines ; Rensource au Nigeria, qui fournit de l’énergie solaire et remplace les générateurs diesel polluants dans les maisons de Lagos ; Taka Taka à Nairobi, qui chaque jour collecte 30 tonnes de déchets et en recycle environ 90 % ; CSquared en Ouganda, qui installe des réseaux de fibre optique à travers Kampala, Accra et d'autres villes africaines ; et poa! Internet, qui fournit un accès wifi public et privé à des prix abordables dans les bidonvilles urbains du Kenya.

Aux États-Unis, par exemple, il existe des fonds dédiés à la mise à l'échelle de la technologie urbaine, tels que Urban.us et Urban Innovation Fund. Il n'y a pas d'acteurs équivalents en Afrique. En dépit de la croissance rapide de l'investissement d'impact en Afrique, la plupart des bailleurs de fonds se tiennent à l'écart des entreprises s'attaquant aux défis urbains par crainte de l'ingérence du gouvernement et de besoins en capital plus élevés.

Développer des analyses de données complètes pour prendre des décisions et investir dans l'avenir des villes africaines de façon plus intelligente

La bonne nouvelle est qu'il existe de plus en plus de réservoirs de données structurées et non structurées disponibles grâce à des satellites, à des réseaux IoT et à des agences internationales et locales. Mais ces données sont encore inaccessibles, fragmentées et désordonnées. Trouver un moyen de rassembler ces informations pourrait permettre des investissements plus efficaces, en particulier pour soutenir les pauvres des zones urbaines.

Réorienter le débat sur le développement immobilier urbain en Afrique

Il existe, bien sûr, des villes intelligentes qui se développent sur le continent : Eko Atlantic au Nigeria, Tatu City au Kenya et Vision City au Rwanda, pour n'en nommer que quelques-unes. Tout en offrant des visions de l'avenir, la plupart d'entre elles échouent quand il s'agit de fournir des options globales et abordables pour la majorité des citadins africains. Des projets phares établissant une nouvelle norme en matière d'accessibilité financière, de responsabilité, d'opportunité économique et de durabilité sont nécessaires.

Investir dans la recherche de pointe essentielle pour faire avancer les choses

L'African Centre for Cities (ACC) de l'Université du Cap est un formidable exemple de la façon dont les décisions d'urbanisme sont façonnées grâce à des bourses de recherche locales. Les donateurs tels que DFID et la Banque mondiale soutiennent déjà la recherche, mais il en faut davantage. Si c’est en ville que commence à se créer l'avenir, les Africains doivent investir davantage dans leur capital de connaissances dès aujourd'hui. Un programme de bourses africaines dans le domaine de l’urbanisation, attirant les meilleurs technologues, urbanistes et décideurs, serait un bon point de départ.

Une approche écosystémique intégrée peut aider à convertir ces propositions en actions. Il est probablement temps d'établir une plate-forme pour accélérer l'innovation urbaine, une sorte de Sidewalk Labs pour l'Afrique. Bien que Sidewalk et d'autres réimaginent activement la vie urbaine en Amérique du Nord, ils ne se concentrent pas sur l'endroit où l'explosion urbaine aura lieu demain. L'Afrique a besoin d'une organisation qui peut aider à incuber les innovations locales sous un même toit - un véhicule d'investissement, une plate-forme de données, un groupe immobilier et un consortium de recherche qui s'associe avec les municipalités pour les aider à réinventer leur avenir.

D'ici 2050, plus de 1,3 milliard d'Africains vivront en ville. Pour vivre dignement et saisir les opportunités de demain, l'Afrique doit rassembler dès aujourd’hui les plus grands esprits de la planification urbaine, de la technologie et de la durabilité.