De vastes régions du monde sont confrontées à une violente canicule, et certains pays enregistrent des températures record.

Au cours des trois premières semaines de juillet, les températures ont été beaucoup plus élevées que la moyenne, parfois même de plusieurs degrés. À l’échelle mondiale, juin a été le deuxième mois le plus chaud jamais enregistré.

C’est l'Asie, et en particulier le Japon, qui a été la plus touchée ; ainsi que l'Europe du Nord, les États-Unis et le Canada.

Image : Copernicus Climate Change Service

Voici une liste de six des effets secondaires les plus surprenants de la canicule de 2018.

1. De très fortes chaleurs aux Canada

Le Canada a enregistré des températures plus susceptibles d'être associées au Moyen-Orient ou à l'Afrique. Le mercure a atteint 47 degrés Celsius (116,6 degrés Fahrenheit) dans la capitale, Ottawa, en juillet.

Le Premier ministre Justin Trudeau a appelé ses concitoyens à la prudence, via Twitter, tout en envoyant ses condoléances aux proches des 70 personnes décédées jusqu’à présent suite aux fortes chaleurs.

Image : Gouvernement du Canada

Le bureau météorologique national a émis des avis de chaleur pour les régions du sud-est du Québec, de l'Ontario et de la Nouvelle-Écosse, ainsi que pour certaines parties de l'Alberta et de la Colombie-Britannique.

2. L’Arctique en feu

Image : Commission européenne

Pendant la période estivale, il est fréquent de voir au journal télévisé des incendies de forêt en Californie, en Espagne et au Portugal. Mais il est bien plus rare d’entendre que les pompiers suédois et norvégiens luttent également pour éteindre des brasiers dans de vastes zones forestières.

La Scandinavie a connu une vague de chaleur prolongée cette année, avec des températures dépassant les 30 °C dans le cercle arctique, selon l’Organisation météorologique mondiale.

Ces températures élevées ont déclenché des dizaines d'incendies de forêt à travers le pays, et même le cercle polaire arctique n'y a pas échappé. L'une des casernes de pompiers de Laponie - un endroit généralement associé au père Noël et à l’abondance de neige - est devenue l'une des plus sollicitées du pays. Des volontaires locaux sont mêmes intervenus en renfort.

Des avions italiens et des hélicoptères norvégiens ont été déployés pour faire face à plus de 40 incendies de grande ampleur dans le centre de la Suède.

3. Une montagne rétrécie

Tandis que les pompiers luttaient contre les feux de forêt en Suède, l’une des montagnes du pays était en train de rétrécir.

Le plus haut sommet de Suède est un glacier à la pointe sud de la montagne Kebnekaise. Gunhild Rosqvist, professeur de géographie à l’université de Stockholm, a déclaré au Guardian qu’en juillet, le sommet avait perdu quatre mètres, la neige et la glace ayant fondu à cause de la chaleur. La montagne a perdu environ 14 centimètres par jour, ainsi que son titre de plus haut sommet de Suède.

4. Un coup de pouce pour la recherche scientifique

Image : REUTERS/Lukasz Glowala

Les longues heures d'ensoleillement et les températures élevées de l'eau ont créé des conditions idéales pour les algues toxiques. La prolifération toxique se développe mieux dans des eaux plus chaudes, se nourrissant des nutriments présents dans l'eau, dont la source principale est le ruissellement agricole. Les baigneurs de la mer Baltique ont été avertis qu'ils ne devaient pas nager en raison de la présence d’algues toxiques pour les humains et les animaux.

Toutefois, cela offre également aux scientifiques une nouvelle piste de recherche sur les antibiotiques. Cette prolifération contient un type de bactérie qui pourrait s'avérer utile dans la lutte contre la résistance microbienne.

« Il s’agit là d’une excellente occasion de récolter de la matière pour la recherche. Ces dernières années, il a été difficile d’en recueillir suffisamment », a déclaré à Reuters Hanna Mazur-Marzec, professeur à l'Institut océanologique de l'Académie polonaise des sciences. « Aujourd’hui, il nous suffit de remplir un seau. »

5. Un aperçu du passé

Image : Commission royale sur les monuments historiques et anciens du pays de Galles

La chaleur extrême au Royaume-Uni a ouvert une fenêtre sur le passé du pays.

Des images satellites de champs desséchés au pays de Galles ont révélé des traces d’ordre archéologique habituellement cachées.

Les vestiges d'anciens châteaux, fermes, forts, manoirs et plus encore commencent à devenir visibles, dont certains remontant à l'âge du fer.

Par exemple, une colonie de villas romaines a été révélée, dont l’existence était encore inconnue auparavant.

6. La fermeture obligatoire de centrales nucléaires

La canicule prolongée oblige les centrales nucléaires à réduire leur production d'énergie ou, dans certains cas, à arrêter l’activité.

Les centrales nucléaires ont besoin d'eau pour refroidir leurs réacteurs.

En France, les centrales nucléaires d'EDF utilisent l'eau du Rhône et du Rhin, mais la température de l'eau était trop élevée pour suffisamment refroidir les usines.

La compagnie d'électricité suédoise Vattenfall s’est vue obligée de fermer un des réacteurs de sa centrale nucléaire de Ringhals, la plus grande des pays nordiques. L'eau de mer utilisée pour le refroidissement avait atteint la température trop importante de 25 degrés.

L’année 2018 se révèle être « l’une des années les plus chaudes jamais enregistrées, avec des températures record dans de nombreux pays », a déclaré Elena Manaenkova, de l’Organisation météorologique mondiale.

« Ce n'est pas une surprise. Les vagues de chaleur et la chaleur extrême actuelles correspondent aux effets attendus du changement climatique causé par les émissions de gaz à effet de serre. Ce n'est pas un scénario futur. Cela se passe maintenant », a-t-elle ajouté.