Toutes les pandémies ont pour origine une petite épidémie à un endroit donné. Lorsque la prochaine pandémie potentielle débutera, la détecterons-nous rapidement ? Allons-nous reconnaître son potentiel pandémique ? Aurons-nous les moyens d'empêcher une épidémie limitée de devenir une pandémie ? En théorie, oui, mais en pratique, probablement pas - du moins, pas encore.

Comment les dirigeants politiques du monde entier vont-ils gérer les questions politiques complexes qui accompagnent une grave pandémie en pleine évolution ?

Mes collègues et moi-même au Centre Johns Hopkins pour la sécurité sanitaire avons récemment exploré ces questions difficiles dans Clade X, un exercice de simulation d’une journée. Il a été conçu pour simuler une série de réunions du Conseil de sécurité nationale des États-Unis en réponse à une pandémie croissante.

Les participants étaient composés de huit anciens hauts fonctionnaires du gouvernement américain et d'un membre actuel du Congrès, notre équipe jouant le rôle d'experts et de conseillers. L’exercice s'est déroulé à Washington devant un public de 150 représentants gouvernementaux, universitaires et experts en politique. Il a été diffusé en direct sur Internet. c’était la première fois à notre connaissance qu'un tel exercice était rendu public au moment où il se déroulait.

Le scénario Clade X

Le scénario a commencé à Francfort et à Caracas, avec des épidémies limitées d'un nouveau virus respiratoire à potentiel pandémique, et pour lequel il n'y avait ni vaccin ni médicament efficace. Le scénario reposait sur un modèle épidémiologique basé sur les données de l'épidémie de SRAS en 2003 et de la pandémie de grippe A (H1N1) en 2009. Le virus fictif Clade X était aussi létal que le SRAS et à peu près aussi contagieux que la grippe, mais se propageait plus lentement.

Comment les États-Unis devraient-ils réagir face à cette épidémie à l'étranger ? Devraient-ils interdire les voyages en provenance de ces villes ? Devraient-ils envoyer de l'aide ? Quelle aide est disponible et prête à être envoyée ? Que feraient les autres pays ? Comment la géopolitique affecterait-elle une telle décision ? Ce sont les premiers problèmes que les acteurs ont dû prendre en compte. Beaucoup de ces questions étaient basées sur des événements qui se sont produits en Afrique de l'Est en 2014 lors de l’épidémie d'Ebola. Tout au long de l'exercice, les participants ont été confrontés à des problèmes difficiles, tous inspirés d'événements récents.

Au fur et à mesure que la maladie s'est propagée, lentement au début, mais de façon exponentielle, il est devenu clair que le virus n’était pas d’origine naturelle et qu'un groupe extrémiste l'avait intentionnellement libéré. En quoi cela affecterait-il les réactions ? Le transport international d'un pathogène dangereux sur les compagnies aériennes pourrait-il être détecté ou évité ? Comment la communauté internationale en trouverait-elle les auteurs ? Au même moment, les premiers cas aux États-Unis sont apparus dans une petite ville universitaire. L’université devrait-elle être mise en quarantaine ? Comment la quarantaine serait-elle imposée ? D’ailleurs, la quarantaine collective fonctionne-t-elle ?

Les taux de mortalité ont commencé à augmenter ...

La pandémie s'accélérant inexorablement, le personnel soignant a été contaminé, les hôpitaux ont été submergés et les taux de mortalité ont commencé à augmenter. Cela a affecté le commerce et l'économie mondiale, mais aussi la politique internationale. Avec les hôpitaux en situation d'échec dans les pays durement touchés et la capacité très limitée de transporter les personnes gravement malades, les États-Unis devraient-ils anticiper en retirant leurs troupes et diplomates des pays touchés ?

Enfin, alors qu'un vaccin était en cours de développement, les participants ont dû décider comment utiliser l’approvisionnement limité de remèdes. La priorité devrait-elle être donnée au personnel essentiel ou à ceux les plus susceptibles de mourir de la maladie ? Si la décision est de donner la préférence au personnel essentiel, qui est « essentiel » ? Où est la limite ? Et comment communiquez-vous cela à ceux qui ne sont pas considérés comme prioritaires ?

décision ? Ce sont les premiers problèmes que les acteurs ont dû prendre en compte. Beaucoup de ces questions étaient basées sur des événements qui se sont produits en Afrique de l'Est en 2014 lors de l’épidémie d'Ebola. Tout au long de l'exercice, les participants ont été confrontés à des problèmes difficiles, tous inspirés d'événements récents.

Au fur et à mesure que la maladie s'est propagée, lentement au début, mais de façon exponentielle, il est devenu clair que le virus n’était pas d’origine naturelle et qu'un groupe extrémiste l'avait intentionnellement libéré. En quoi cela affecterait-il les réactions ? Le transport international d'un pathogène dangereux sur les compagnies aériennes pourrait-il être détecté ou évité ? Comment la communauté internationale en trouverait-elle les auteurs ? Au même moment, les premiers cas aux États-Unis sont apparus dans une petite ville universitaire. L’université devrait-elle être mise en quarantaine ? Comment la quarantaine serait-elle imposée ? D’ailleurs, la quarantaine collective fonctionne-t-elle ?

Les taux de mortalité ont commencé à augmenter ...

La pandémie s'accélérant inexorablement, le personnel soignant a été contaminé, les hôpitaux ont été submergés et les taux de mortalité ont commencé à augmenter. Cela a affecté le commerce et l'économie mondiale, mais aussi la politique internationale. Avec les hôpitaux en situation d'échec dans les pays durement touchés et la capacité très limitée de transporter les personnes gravement malades, les États-Unis devraient-ils anticiper en retirant leurs troupes et diplomates des pays touchés ?

Enfin, alors qu'un vaccin était en cours de développement, les participants ont dû décider comment utiliser l’approvisionnement limité de remèdes. La priorité devrait-elle être donnée au personnel essentiel ou à ceux les plus susceptibles de mourir de la maladie ? Si la décision est de donner la préférence au personnel essentiel, qui est « essentiel » ? Où est la limite ? Et comment communiquez-vous cela à ceux qui ne sont pas considérés comme prioritaires ?

Un résultat tragique

Pendant plus de six heures, les participants - tous des décideurs très expérimentés et compétents - se sont battus avec ces questions et d'autres. Aucune réponse n'était facile. En fin de compte, le résultat fut tragique : la pandémie la plus catastrophique de l'histoire avec des centaines de millions de morts, un effondrement économique et un bouleversement sociétal.

Ce résultat tragique n'était pas la conséquence de mauvais choix des participants. Il reflète plutôt le fait que nous, en tant que communauté mondiale, n'avons pas fait les investissements nécessaires à long terme dans les moyens requis pour répondre à une telle épidémie. Il existe des solutions potentielles à cette menace à faible probabilité mais à fortes conséquences, mais elles exigent une volonté politique considérable et continue.

6 façons de changer le futur

À la fin de l'exercice, nous avons proposé six objectifs stratégiques à long terme, qui, s'ils étaient adoptés, pourraient prévenir, ou au moins atténuer, le résultat d'une pandémie semblable à celle de Clade X :

1. Développer la capacité à produire de nouveaux vaccins, médicaments et diagnostics rapides pour des pathogènes inconnus en quelques mois, et non en quelques années.

2. Mettre au point un système de sécurité sanitaire mondiale solide et durable. Développer une capacité clinique pouvant se déployer en cas d’urgence internationale liée à une maladie infectieuse.

3. Investir davantage dans un système national de santé publique solide et hautement compétent, capable de gérer les défis de la lutte contre la pandémie.

4. Développer un plan national pour exploiter efficacement l’ensemble du secteur de la santé aux États-Unis en cas de pandémie catastrophique.

5. Mettre en œuvre une stratégie internationale pour effectuer des recherches sur ce qui augmente les risques de pandémie.

6. Veiller à ce que la communauté de la sécurité nationale soit bien préparée pour prévenir, détecter et intervenir en cas d'urgence infectieuse.

Les leçons à tirer de la catastrophe

Bien que l'exercice se soit concentré sur la réponse des États-Unis à cette pandémie croissante, de nombreux pays auraient rencontré les mêmes problèmes. Les leçons de cet exercice sont donc universelles.

Nous n'affirmons pas que le scénario dévastateur de Clade X est l'urgence la plus probable en matière de maladies infectieuses, ou le scénario de pandémie le plus vraisemblable, mais nous sommes certains qu'il est crédible d’un point de vue scientifique et qu'il pourrait se produire.

Nous pensons que les gouvernements devraient continuer à accorder la plus grande attention aux menaces d'épidémies à petite échelle, plus susceptibles de se produire, mais qu’un minimum d’attention devrait aussi être accordé aux risques les plus extrêmes, à savoir les événements pandémiques susceptibles de profondément affecter le cours de l'histoire. À ce jour, cet extrême a été largement ignoré même dans les pays les plus riches.

Les conséquences pourraient être, et seront, catastrophiques.