Selon une étude finlandaise, les utilisateurs fréquents de smartphones ne s’en servent pas moins une fois au volant dans des conditions de circulation dense. Au contraire, les conducteurs auraient même tendance à les utiliser plus souvent lorsqu’il y a beaucoup de trafic, et ne changent pas non plus leurs habitudes quant aux applications les plus populaires. On retient également que le plus grand risque opposé aux automobilistes par les smartphones viendrait des applications de messagerie.

 Une étude de l’université de Jyväskylä (Finlande) a suivi les habitudes téléphoniques des conducteurs finlandais.
Une étude de l’université de Jyväskylä (Finlande) a suivi les habitudes téléphoniques des conducteurs finlandais.
Image : Naomi Woods

Il s’agit de la conclusion principale d’une étude suivant les habitudes téléphoniques des Finlandais au volant. Publiée en juin dans le journal Accident Analysis & Prevention, elle a été réalisée par des chercheurs de l’université de Jyväskylä en Finlande, selon qui il s’agirait de la première étude à se pencher sur le pourquoi et le comment de l’utilisation de portables chez les conducteurs finlandais.

Les chercheurs ont analysé le comportement de trente Finlandais faisant un usage massif de leur smartphone au volant pendant douze semaines (juin-septembre 2016), en enregistrant combien de fois les conducteurs touchaient leurs téléphones, quelles applications ils utilisaient (hors appel), ainsi que leur emplacement et la vitesse de leur véhicule.

L’étude cherchait également à déterminer si les conducteurs utilisaient leurs téléphones différemment selon le type de route. L’hypothèse de départ était que l’usage serait moindre en milieu urbain, s’agissant d’un environnement exigeant plus de concentration. Il s’est avéré que le type de route avait en effet un impact, mais pas celui attendu : les conducteurs touchaient plus souvent leurs smartphones sur les routes urbaines, mais les périodes d’utilisation étaient plus courtes en ville que sur autoroute ou sur route.

Le nombre de touches variait entre 8 et 48 par heures, avec une médiane de 41/h. Deux conducteurs ont atteint des moyennes de 400 touches/h.

Whatsapp, application la plus utilisée

Facebook, PokémonGo, Tinder, ainsi que d’autres applications non liées à la conduite ont été utilisées par les conducteurs surveillés pour l’étude, mais, selon les chercheurs, « l’application qui domine les classements, qu’il s’agisse du nombre de conducteurs en faisant usage, de la fréquence, et de la durée d’utilisation, est le service de messagerie WhatsApp ».