D’après une nouvelle étude réalisée par le Boston Consulting Group, l’écart se creuse dans la course à l’intelligence artificielle entre les entreprises pionnières en la matière et les autres, qui accumulent du retard.
L’étude classe les entreprises en quatre groupes selon le niveau d’adoption et de compréhension de l’intelligence artificielle : le groupe le plus mature est représenté par les « Pionniers », suivi des « Instigateurs », puis des « Expérimentateurs » et enfin des « Passifs ». Comme le montre notre graphique, 88 % des entreprises pionnières (elles représentent 20 % du total de l’échantillon) ont augmenté leur investissement dans l’IA l’an passé, contre 62 % des entreprises instigatrices et expérimentatrices et 19 % des passives.
En plus d’investir davantage, la majorité des entreprises pionnières (69%) estiment avoir amélioré leur compréhension des enjeux de l’IA. À l’inverse, seule environ une entreprise sur dix du groupe des « Passifs » considère avoir fait des progrès à cet égard. Pour finir, l'étude souligne que ce sont les entreprises chinoises qui sont les mieux représentées dans le groupe des « Pionniers » : elles se montrent ainsi les plus ambitieuses sur la question de l'IA que les entreprises occidentales.