Que ce soit à San Francisco ou en Afrique du Sud, la question de la rémunération équitable fait l'objet d'un débat acharné dans le monde entier, et ce à juste titre.

De plus en plus, travailler à temps plein, ou même avoir deux ou trois emplois, ne suffit pas pour sortir les gens de la pauvreté. Rien qu'aux États-Unis, près de 10 millions de personnes actives vivent sous le seuil de pauvreté ; au Royaume-Uni, plus de 14 millions de personnes sont considérées comme travailleurs pauvres.

Mais pour mettre fin à la pauvreté, il ne suffit pas de payer davantage les employés. Alors que les gouvernements cherchent à lutter contre la stagnation des salaires, particulièrement dans les postes de débutants, certaines entreprises éprouvent des difficultés à absorber les hausses de salaire. Les réductions de personnel et les hausses de prix qui en résultent remettent en question la capacité de la croissance des salaires à améliorer la vie des travailleurs à elle seule.

Pour être plus clair, la rémunération équitable est un objectif important pour la société et nous devrions continuer à tout faire pour l’atteindre. Cependant, le fait est que nous n'avons pas encore trouvé comment atténuer ses potentielles répercussions négatives sur les entreprises et les individus. En attendant, il est une mesure que nous pourrions prendre pour accroître considérablement l'indépendance financière des salariés rémunérés à l’heure : les payer plus souvent.

La fréquence de la rémunération : un potentiel inexploité

Une grande partie du fardeau financier qui pèse sur ces salariés vient du fait que la plupart des gens n'ont pas accès au revenu qui leur est dû au moment où ils en ont besoin. À cause du cycle de paie traditionnel de deux semaines, les travailleurs se retrouvent enlisés dans les dettes lorsque l’argent disponible ne suffit pas à vivre jusqu'au prochain jour de paie.

Les gens se tournent vers les avances à court terme sur salaire, les découverts bancaires ou atteignent le plafond de leur carte de crédit afin de couvrir les dépenses quotidiennes, et les frais encourus dans le processus peuvent entraîner un surendettement. Rien que pour les avances sur salaire, les intérêts coûtent aux Américains plus de 9 milliards de dollars par an. À cela s'ajoutent les frais de découvert pour un total de 15 milliards de dollars et la somme exorbitante de 931 milliards de dollars, générée par l’endettement dû aux cartes de crédit. Sans parler des intérêts et des frais de retard liés aux factures impayées.

Et il ne s’agit ici que du fardeau financier. De nombreux travailleurs à court d'argent se retrouvent dans des situations extrêmes, telles que vendre leur sang pour gagner un peu d'argent entre deux chèques de paie. Le coût émotionnel qu’engendre de telles mesures vient lourdement s’ajouter à la charge mentale supportée par de nombreux salariés rémunérés à l’heure, sans pour autant augmenter leur flux de trésorerie. Ils ne recevront souvent que 30 ou 40 $ pour leurs efforts, mais pour beaucoup, cela suffit à acheter des provisions, mettre de l'essence dans leur voiture ou payer une facture à temps.

Reconcevoir un système de rémunération désuet
Reconcevoir un système de rémunération désuet

Pourquoi perpétuons-nous un système de rémunération qui pénalise les travailleurs acharnés ? La réponse tient en un mot : l'inertie.

Depuis l'émergence de la « gig economy », ou économie des petits boulots, jusqu'à l'avènement du télétravail, la technologie a révolutionné notre façon de travailler au cours des dernières décennies, et pourtant le cycle de paie de deux semaines reste coincé dans un système inventé il y a près d'un siècle.

Nous commençons à entrevoir une brèche grâce à des entreprises comme Uber et Lyft qui étendent leur philosophie du temps réel à leurs chauffeurs en proposant un accès quotidien à la paie. Et des entreprises plus traditionnelles, comme les franchises de restauration rapide, se mettent à moderniser leur système de paie grâce à des plateformes semblables à celle que j'ai fondée, qui permettent aux employés d'avoir accès à une partie de ce qu'ils gagnent chaque jour sans que cela ne leur coûte d’argent.

Les employés, eux aussi, commencent à s'interroger sur l'absurdité d'attendre des semaines avant d’être payé. Les Millennials et la Génération Z, en particulier, ont grandi dans un monde à la demande et ont des attentes similaires lorsqu'il s'agit d'accéder à l'argent qu'ils ont gagné.

Les avantages de la rémunération instantanée

La modernisation de nos pratiques de paie ne consiste pas à s'appuyer sur une culture de gratification instantanée ou à permettre des dépenses insouciantes. Il s'agit de créer un avenir d'indépendance financière, un avenir exempt de pénalités de retard et de dettes générées par l'obligation d'emprunter de l'argent pour couvrir les besoins quotidiens. En fait, un récent sondage que nous avons mené auprès de 1 000 travailleurs américains a révélé que 45 % des répondants régleraient leurs factures en premier lieu s'ils étaient payés tous les jours.

En plus d'encourager une meilleure santé financière, l’impact psychologique de pouvoir payer ses factures à temps ou de gérer une urgence sans s'endetter présente des avantages au travail et en dehors. En effet, la même enquête a montré que les travailleurs ayant un accès instantané à leur salaire avaient une perception plus positive de leur entreprise, se sentaient plus soutenus par leur patron et étaient plus susceptibles de rester à leur poste pour une plus longue durée.

Et dans le marché du travail actuel, le plus restreint depuis une génération, les effets positifs d’une rémunération plus fréquente peuvent être un outil important, bien que souvent négligé, de recrutement et de rétention du personnel. Par exemple, un franchisé de McDonald's qui travaille avec notre entreprise a constaté une baisse de 10 % des taux de turn-over.

Il ne s’agit évidemment pas d'un remède miracle. Les systèmes de paie que nous avons en place sont des instruments complexes et changer le statu quo peut s’avérer intimidant pour de nombreuses grandes organisations. Mais les solutions de fréquence de paiement qui s’adaptent aux systèmes existants commencent à prendre leur essor et ouvrent la voie à un véritable changement systémique capable de changer la vie des salariés rémunérés à l’heure.

En tant que société, il nous faut poursuivre la conversation sur ce que signifie offrir un salaire équitable pour un travail équitable. Mais les travailleurs acharnés ne peuvent attendre que nous réglions ce débat tandis qu'ils accumulent des dettes considérables pour survivre. Il leur faut pouvoir accéder à leur propre argent, quand ils en ont besoin - sans frais ou intérêts - afin d'atteindre un meilleur niveau d’indépendance financière, de bien-être personnel et de satisfaction au travail. Voici un problème que nous pouvons résoudre, dès maintenant.