Les cris d’alarme se sont multipliés ces dernières semaines sur l’urgence d’agir contre un emballement du réchauffement climatique. Ceux qui s’accrochent à l’espoir d’un sursaut ont un objectif en tête : atteindre au plus vite la neutralité carbone. Un concept décortiqué dans un récent rapport de l'Institut du développement durable et de relations internationales (Iddri). Les chercheurs y rappellent toute la complexité de ces solutions à double tranchant. La neutralité carbone et son corollaire, les technologies de capture du CO2, seront utiles, mais pas suffisants. Surtout, mal employés, ils pourraient être contre-productifs.

Peut-on encore limiter le réchauffement climatique à moins de 1,5°C ? Ou au moins le contenir « nettement en dessous des 2°C par rapport aux niveaux préindustriels » comme s’y sont engagés les États du monde entier en signant l’accord de Paris de 2015 ?

C’est plus qu’improbable. Selon l’ONU Environnement, différents organismes ou études scientifiques, nous fonçons plutôt aujourd’hui vers plus de 3°C d’ici 2100. Les probabilités de rester sous la barre des 2°C si l’on poursuit les politiques actuelles sont estimées à moins de 3 % par Climate Action Tracker. Et encore : des réactions en chaîne provoquées par des phénomènes comme le dégel du pergélisol ou la saturation en CO2 des océans pourrait nous acheminer vers 5°C et transformer la Terre en étuve, selon une étude retentissante parue en août.

 Projections réalisées par l'organisme Climate Action Tracker, qui se targue de réaliser des analyses scientifiques indépendantes et regroupe l'expertise de deux instituts et d'une entreprise de conseil climatique.
Projections réalisées par l'organisme Climate Action Tracker, qui se targue de réaliser des analyses scientifiques indépendantes et regroupe l'expertise de deux instituts et d'une entreprise de conseil climatique.

Si l’espoir demeure, il passe par une mobilisation collective extrêmement rapide et efficace. Et celle-ci pourrait être catalysée autour d’un objectif clé : la neutralité carbone. En d'autre termes, « ne pas émettre globalement plus de gaz à effet de serre que ce que le système Terre et les innovations techniques sont capables d’absorber », ainsi que le définit l’Institut du développement durable et de relations internationales (Iddri), dans un rapport consacré au sujet publié le 18 septembre.

Capter l’imagination et le carbone

Le concept a émergé officiellement au moment de l’accord de Paris, lorsque les États se sont mis d’accord pour atteindre cette neutralité carbone « au cours de la deuxième moitié du siècle ». « C’est un concept intéressant parce qu’il permet de capter les imaginations. Ça parle davantage que des objectifs chiffrés très techniques. Et même si le terme n’est pas consacré légalement en tant que tel, il agit comme un étendard derrière lequel de nombreux États, villes, coalitions et entreprises peuvent se rallier et s’en réclament déjà », commente Lola Vallejo, directrice du programme climat de l’Iddri et co-auteure du rapport.

Un des avantages de la neutralité carbone, c’est qu’elle permet de jouer sur deux tableaux. On doit certes d’un côté diminuer les émissions de gaz à effet de serre, mais on peut aussi de l’autre tenter d’accroître le taux de carbone capté et extrait de l’atmosphère. Comment ? Grâce à un ensemble de « technologies à émissions négatives » (TEN) qui sont même indispensables dans le modèle du Giec le plus optimiste, celui qui reste le plus compatible avec une limitation du réchauffement en dessous de 2°C.

Que faire de tout ce CO2 ? Ici la quantité émise en une seule journée en 2012, modélisée au-dessus de la ville de New York
Que faire de tout ce CO2 ? Ici la quantité émise en une seule journée en 2012, modélisée au-dessus de la ville de New York
Image : (ccCarbon Visuals)

Le rapport spécial sur les conséquences d’un réchauffement à 1,5°C du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) attendu pour octobre, et dont une version de travail a fuité dans les médias, devrait évoquer ces technologies. Il serait même indispensable de retirer du dioxyde de carbone de l’atmosphère pour espérer rester sous les 1,5°C, selon le brouillon du rapport relayé par l’agence de presse Reuters.

Effets secondaires

Avec cette perspective d’émissions négatives, la neutralité carbone est sur toutes les lèvres. Paris, Londres, New York, Rio de Janeiro et de nombreuses autres villes se sont fixé l’objectif d’être neutres en carbone en 2050. La France appelle avec 13 autres États membres l’Union européenne à relever ses ambitions pour tendre vers la neutralité carbone, également en 2050.

Le problème, c'est que ces technologies à émissions négatives ne sont pas exactement la panacée. Surtout, il serait dangereux de commencer à croire qu’elles le sont, explique le rapport de l’Iddri.

Dans le détail, les TEN regroupent deux grandes familles. D’abord celle qui s’emploie à sauvegarder les puits de carbone naturels : les forêts, sols et océans captent naturellement le CO2. Les préserver ou les développer permettrait ainsi de retirer de l’atmosphère une partie du carbone que nous y envoyons. Plusieurs mécanismes financiers visent à encourager ces processus en rémunérant par exemple la conservation des forêts sous forme de crédits carbone comme le fait l’initiatitive REDD+, le plus connu de ces mécanismes.

 Restauration de mangroves en Indonésie dans le cadre d'un projet REDD+
Restauration de mangroves en Indonésie dans le cadre d'un projet REDD+
Image : (ccCIFOR)

Mais ceux-ci ne sont pas assez efficaces, notamment parce que trop « carbone centrés », souligne l’Iddri. En voulant préserver ces « stocks biogéniques de carbone mondiaux », ces mécanismes ne soignent pas les racines du problème : les causes socioéconomiques comme les pratiques agricoles ou les pressions foncières qui poussent à la déforestation. Sans transformation politique profonde, ces mesures risquent de n’accorder qu’un sursis à des puits de carbone voués à être détruits sitôt les projets de conservations expirés.

Autre effet pervers : l’attrait pour les crédits carbone pousserait les acteurs à surestimer les risques de déforestation. Les initiatives concernant le stockage du carbone via la restauration des sols comme « 4 pour 1 000 » qui promet des agricultures plus durables, pourraient également surestimer les capacités et la pérennité du stockage de CO2. Sans compter les risques d’accroître les émissions de méthane ou de protoxyde d’azote en mettant en place certaines pratiques agricoles.

Solutionnisme technologique

L’autre grande famille des TEN, ce sont les solutions purement technologiques de capture et stockage du carbone. Via la biomasse, utilisée pour fournir de la bioénergie (comme par exemple la cane à sucre utilisée pour fabriquer de l’éthanol) et la capture du carbone lorsque cette biomasse est brûlée. Ou via la capture du CO2 directement dans l’atmosphère, grâce à des aspirateurs géants, ou encore en injectant des minéraux dans l’océan pour fixer le carbone ou en fertilisant les mers pour développer le phytoplancton, avide de carbone.

Outre des risques de réactions en chaîne incontrôlables et dangereuses pour les écosystèmes, ces technologies ont toutes en commun de ne pas être suffisamment matures pour être déployées à temps et à l’échelle nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique, assure l’Iddri. « Il faut continuer à investir, on ne fera sans doute pas l’économie de certaines de ces technologies à l’avenir. Mais il faut remettre les priorités dans le bon ordre, on sait déjà qu’on ne peut pas se reposer sur ces technologies pour faire le gros du travail », estime Lola Vallejo.

Les solutions de capture du carbone via les bioénergies par exemple, ou BECCS(Bio-energy with carbon capture an storage), ont également le défaut d’entrer en compétition avec la production alimentaire mondiale et de faire pression sur les écosystèmes, étant extrêmement exigeantes en terres arables. Or, de façon plutôt inquiétante, « les scénarios compatibles avec l’objectif des 2°C dans le dernier rapport du Giec font un usage massif de cette technologie », souligne l’étude de l’Iddri.

Les trajectoires optimistes pour l’avenir du climat qui s’appuient largement sur l’espoir d’émissions négatives massives sortent donc sérieusement ébranlées de cette analyse. Une autre critique adressée aux modèles du Giec est cependant susceptible de ramener un peu de l’optimisme perdu. Ces modèles sont en effet fondés sur des simulations des évolutions socioéconomiques à venir, qui s’avère être « plutôt conservatrices », jugent les chercheurs de l’Iddri.

Le facteur humain

Autrement dit, ces modèles partent du principe que les tendances socioéconomiques actuelles peuvent être extrapolées avec une certaine continuité : la demande mondiale pour une alimentation carnée va augmenter et intensifier les pratiques agricoles très émettrices de gaz à effet de serre, la consommation d’énergie va croître en privilégiant les énergies fossiles pour leur faible coût. Une vision des choses qui ne tient « que peu compte des dynamiques sociales possibles, voire en cours, qui sont susceptibles de modifier considérablement les modes de vie dans les prochaines décennies, et donc les comportements et les choix technologiques associés », lit-on dans le rapport.

« L’ampleur des changements à réaliser n’est pas encore entré dans les consciences collectives »

En d’autres termes, le solutionnisme technologique ne nous sauvera pas, mais la foi en l’être humain peut-être. Ce que le Giec n’a pas prévu, c’est l’explosion du nombre de végétariens dans les années 2020 et le renoncement volontaire de populations entières à une certaine mobilité trop énergivore et à une surconsommation non durable. On rêve ? Peut-être. « L’ampleur des changements à réaliser n’est pas encore entré dans les consciences collectives », concède Lola Vallejo.

Des manifestants lors de la marche pour le climat organisée le 8 septembre, à Paris. (
Des manifestants lors de la marche pour le climat organisée le 8 septembre, à Paris. (
Image : ccJacques Billaudel

Pour autant, c’est bien dans des transformations sociales et orientations politiques « radicales » que l’Iddri place l’espoir d’un respect des objectifs de l'accord de Paris, pas encore tout à fait caduques. « Nous ne sommes qu’aux prémices de l’appropriation du concept de neutralité carbone dans le champs politique. Mais la démission de Nicolas Hulot a relancé le débat : avec le réchauffement climatique, mais aussi l’érosion de la biodiversité, les problèmes de santé, de pollution, etc. on peut imaginer de nombreux leviers comportements. Des transformations sont possibles », veut croire Lola Vallejo.

« Puits net » de carbone

Quoi qu’il en soit, l’effort doit plus que jamais porter sur la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Même si à terme, estime l’Iddri, la neutralité carbone en elle-même ne suffit pas. « Il s’agit d’amener le bilan global vers un état de “puits net”, condition absolue d’une stabilisation du climat en accord avec l’objectif de Paris. La “neutralité” n’est qu’un point de passage, d’un état éphémère du système », assure le rapport.

S’il faudra donc bien trouver le moyen à terme d’aller vers ces émissions négatives, le chemin est encore long - et l’échéance pressante - pour atteindre le « point de passage » de la neutralité carbone. Une neutralité à double tranchant : qui peut mobiliser les imaginaires et dynamiser les négociations, mais qui peut aussi se changer en slogan politique vidé de sa substance, sans prise de conscience du tournant politique radical à mettre en oeuvre, prévient l’Iddri.

Un genre de nouveau « Make our planet great again » qui n’empêche par la France d’avoir augmenté ses émissions de gaz à effet de serre de 3,2 % entre 2016 et 2017. La révision de la Stratégie nationale bas carbone française et du plan pluriannuel de l’énergie qui doivent tous deux être annoncés d’ici la fin de l’année seront l’occasion de vérifier si le Premier ministre, fidèle lecteur de Jared Diamond, et son tout nouveau ministre de l’écologie ont bien pris la mesure des enjeux.