Une ville chinoise prévoit d’envoyer sur orbite un satellite huit fois plus brillant que la Lune pour éclairer la nuit. Selon un astronome, cela multiplierait la pollution lumineuse par 47.

D’après le People’s Daily Online, journal officiel du Comité central du Parti communiste chinois, les scientifiques de la ville de Chengdu pensent qu’ils peuvent remplacer la lumière des lampadaires en lançant un « satellite d’illumination » qui produirait assez de lumière pour éclairer de 15 à 130 km2 de la ville.

Un lancement prévu d’ici 2 ans

Wu Chunfeng, Président de l’Institut de recherche sur les systèmes microélectroniques et de la technologie aérospatiale de Chengdu a indiqué que le lancement était prévu pour 2020 et que le rôle du satellite serait de compléter celui de la Lune. Mais selon le China Daily, les trois lunes artificielles seront envoyées en 2022. « Les trois énormes miroirs diviseront le plan orbital de 360 degrés, pour éclairer une zone en continu pendant 24 heures », a déclaré Wu Chunfeng. « Utiliser une lune artificielle pour éclairer une zone de 130 km2 peut permettre d’économiser 1,2 milliard de yuans d’électricité. » Cela représente environ 172 millions de dollars américains.

Les « fausses lunes », une si mauvaise idée ?

« La lune artificielle de Chengdu augmenterait considérablement la luminosité nocturne de cette ville déjà polluée par la lumière et engendrerait des problèmes à la fois pour les habitants de Chengdu, qui seraient incapables d’éviter la lumière lorsqu’elle ne serait pas désirée, mais aussi pour la faune urbaine qui ne peut pas simplement rentrer chez elle et fermer les volets », a déclaré John Barentine, directeur des politiques publiques de l’International Dark-Sky Association. « De nouveaux problèmes environnementaux considérables pourraient être créés avec ce qui, à première vue, semble être une nouvelle approche pour un problème déjà résolu. »

Quelle sera l’intensité exacte d’éclairage des « fausse lunes » ?

Le People’s Daily indique que la luminosité des lunes artificielles sera huit fois plus forte que celle de la Lune. Un document universitaire publié l’année dernière, How bright is the moonlight?, a montré que dans des conditions idéales, une pleine lune éclaire environ jusqu’à 0,3 lux. La plupart du temps, la nuit, l’éclairement lumineux n’est que de 0,15 à 0,2 lux.

« Une lune artificielle produirait un éclairement lumineux de 1,6 lux », explique John Barentine, auteur de The Lost Constellations: A History of Obsolete, Extinct, or Forgotten Star Lore.

Une augmentation de la pollution lumineuse considérable

Les astronomes évitent déjà la pleine lune car sa pollution lumineuse rend les étoiles beaucoup plus difficiles à observer. Mais les fausses lunes causeront beaucoup plus de pollution lumineuse selon Barentine. D’après les calculs du scientifique, « la lune artificielle multiplierait le niveau d’éclairage au sol par environ 47. »

Les lunes artificielles, on en parlait déjà dans les années 1990

En 1993, la Russie avait testé un « miroir spatial », mais dans les années 1920, le scientifique allemand Hermann Oberth a lancé l’idée d’une station spatiale sur laquelle un miroir concave de 100 m de large serait placé pour réfléchir la lumière du soleil sur un endroit précis de la Terre. Son concept avait plus tard intéressé l’armée allemande comme base pour un « pistolet solaire » pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’idée des « lunes artificielles » est remise au goût du jour au moment où a lieu l’événement annuel International Observe The Moon Night de la NASA. Plus de 761 événements étaient prévus dans le monde entier pour observer la lune.

L’année prochaine, l’International Observe The Moon Night aura lieu le 5 octobre.