Dans la ville italienne de Bologne, se déplacer en vélo, à pied et en transports en commun est récompensé.

Bella Mossa (« beau travail » en italien) est né de l’imagination de l'urbaniste Marco Amadori. Ce programme anti-pollution vise à réduire le nombre de trajets en voiture et à stimuler les déplacements propres. Pour cela, il utilise des incitations telles que des bières, des glaces ou des places de cinéma pour les participants qui effectuent des promenades et des balades en vélo dans une démarche écologique.

Les habitants de Bologne peuvent télécharger une application qui utilise le suivi GPS pour enregistrer leurs trajets. Chaque promenade ou trajet à vélo ou en bus rapporte des points qui peuvent être accumulés et échangés contre des biens et des services dans les commerces locaux ayant adhéré au programme.

« Le système de collecte de points ne repose pas sur la distance parcourue, mais sur le nombre de voyages, car même pour des trajets courts de 1 km, il est important d’adopter une attitude responsable », a déclaré Marco Amadori à la BBC.

Bella Mossa connaît un grand succès et cette initiative pourrait voir sa période de quatre mois se prolonger. L'application permet d’enregistrer au maximum quatre trajets par jour, afin d'encourager les utilisateurs à utiliser le système au fil du temps et de rendre les déplacements en ville plus responsables.

Limiter la pollution de l'air

Les émissions des véhicules nuisent à l'environnement et à notre santé. Selon le rapport mondial annuel sur la qualité de l'air, publié par le Health Effects Institute, plus de 95 % de la population mondiale respire de l'air pollué, ce qui entraîne des problèmes de santé, parmi lesquelles des maladies pulmonaires, des cancers et des crises cardiaques.

La pollution atmosphérique est la quatrième cause de mortalité prématurée dans le monde, les pays en développement étant les plus touchés.

On constate les nombres les plus élevés de décès liés à la pollution atmosphérique en Chine (1,58 million) et en Inde (1,61 million), en partie à cause de la taille importante de la population de ces pays. Toutefois, c’est en Afghanistan que l’on trouve le taux de décès le plus élevé pour 100 000 habitants. La pollution de l'air y est causée par les combustibles solides brûlés pour la cuisine et le chauffage, les émanations des générateurs et les émissions des véhicules sur les routes encombrées par la circulation.

Des contrôles plus stricts des émissions ont permis de limiter les niveaux de pollution dans certains pays développés. La Chine a également imposé des règles plus strictes sur la pollution atmosphérique ces dernières années.

Les chiffres des Nations Unies montrent que les villes ne représentent que 3 % de la surface de la Terre, mais consomment 60 à 80 % de l'énergie mondiale et génèrent 75 % de toutes les émissions de carbone.

Dans le cadre de son programme d'objectifs de développement durable, l'ONU vise à réduire l'impact environnemental négatif des villes, y compris la pollution atmosphérique, d'ici 2030.

Changer les comportements

En plus d'imposer une réglementation plus stricte aux pollueurs, les urbanistes et les décideurs se tournent vers des approches incitatives pour encourager les citoyens à adopter un comportement plus respectueux de l'environnement.

Des dispositifs de partage de vélos sont apparus dans de nombreuses villes pour encourager les automobilistes à laisser leur voiture chez eux. En 2018, on estimait à 18,2 millions le nombre de vélos disponibles au public dans le monde.

Parallèlement aux investissements dans de nouvelles pistes cyclables et de nouvelles infrastructures, des programmes de ce type réduisent les émissions et les embouteillages, tout en améliorant la santé de la population.

Villes et urbanisation

S'il est important d'adopter un comportement plus écologique, le changement doit être soutenu par des politiques de planification et d'infrastructure.

La recherche sur les villes et l'urbanisation du Forum économique mondial souligne la nécessité pour les villes de mieux gérer les ressources et de protéger l'environnement.