Ce 8 novembre marque la journée de lutte contre le harcèlement à l’école. Son objectif est de sensibiliser élèves, personnels éducatifs et parents sur les dangers de ces phénomènes, dont les effets peuvent être de nos jours décuplés par les réseaux sociaux. L’action est d’ailleurs consacrée cette année tout particulièrement au cyberharcèlement à caractère sexiste et sexuel.
Notre graphique, issu d’un sondage Ipsos, montre la prévalence du cyberharcèlement dans une sélection de pays à travers le monde. L’étude réalisée auprès de parents de 28 pays révèle que près d’un parent sur cinq dans le monde affirme que son enfant a été victime de cyberharcèlement au moins une fois au cours de l’année 2018. Le problème semble malheureusement relativement courant en Inde (37 %), au Brésil (29 %) et aux États-Unis (27 %). En France, c’est près d’un parent sur dix qui indique que son enfant a subi au moins une forme de cyberharcèlement en 2018.