Le gendarme américain de la Bourse — la Securities and Exchange Commission (SEC) — et les régulateurs locaux ont introduit 90 recours liés aux crypto-monnaies au cours des deux dernières années, rapporte le Wall Street Journal. La plupart des dossiers portent sur des systèmes de Ponzi et des manipulations de marché de type "pump and dump", qui se sont multipliés pendant le boom des ICO en 2017.

Mais ces affaires ont permis de "récupérer seulement 36 millions de dollars pour les investisseurs floués", ajoute le quotidien économique.

Or, l'un des cas emblématiques mentionnés, Bitconnect, représente à lui seul un montant estimé à 1 milliard de dollars de pertes par l'avocat d'un groupe d'investisseurs.

De même, Arise qui avait levé 600 millions de dollars lors d'une ICO n'avait plus que 1,1 million de dollars en crypto-monnaies sur ses différents ordinateurs quand la SEC est venue récupérer les 2,3 millions de dollars d'amende que son fondateur avait accepté de rendre pour régler son affaire à l'amiable.

Interrogé par le WSJ, Robert Cohen, à la tête des enquêtes crypto de la SEC, se justifie:

"Ces affaires présentent de nouveaux défis. Vous ne pouvez pas tout simplement aller voir une banque et voir le solde du compte."

Selon une étude de l'Autorité des marchés financiers publiée fin 2018, 22,2 milliards de dollars ont été levés dans le monde au moyen d'ICO depuis 2014, principalement en 2017 (6,8 milliards de dollars), et au cours des neuf premiers mois de 2018 (15,2 milliards de dollars).

A lire aussi sur Business Insider :