Au cours des 30 dernières années, les pertes économiques causées par les catastrophes naturelles, notamment, les inondations, ont coûté à la Tunisie 1,2 milliard de dinars, soit 43 millions de dinars (MD) par an, a affirmé la PDG de Tunis-RE, Lamia Ben Mahmoud.

Intervenant lors d’un colloque sur le thème: “l’assurance et les catastrophes naturelles”, organisé, mercredi à Tunis, par l’Association tunisienne du droit des assurances, la responsable a indiqué que les pertes engendrées par les dernières inondations survenues dans le gouvernorat de Nabeul (septembre 2018), s’élèvent à 40 MD.

Pour Ben Mahmoud, il faudra mettre en place un système d’assurance couvrant les catastrophes naturelles, et ce, avec la participation du secteur de l’assurance et de la réassurance, outre l’État. “En Tunisie, la part des produits d’assurance couvrant les catastrophes naturelles est encore faible et ne dépasse pas les 3% du total des produits accordés par ce secteur”, a-t-elle encore précisé.

De son coté, le juge Issam Lahmer a souligné que la Tunisie ne dispose pas d’un cadre légal régissant les assurances contre les catastrophes naturelles, appelant à “mettre en place un cadre légal à même d’atténuer l’impact de la catastrophe naturelle”.

De même, le Président de l’Association tunisienne du droit des assurances, Abdellatif Mamoghli a appelé le législateur à intervenir pour édicter des lois qui permettront d’assurer ces accidents naturels. Le responsable a également plaidé pour la promulgation de lois stipulant l’obligation de contracter une police d’assurance.