La start-up Embleema propose aux patients de partager leurs données médicales avec les laboratoires pharmaceutiques. Fondée en 2017 aux Etats-Unis, la jeune pousse revendique deux objectifs : redonner aux patients le contrôle sur leurs données, et permettre d’accélérer la mise sur le marché de nouveaux traitements. De quoi intéresser les laboratoires. Et les investisseurs : le groupe Pharmagest annonce ce 7 janvier acquérir 15% du capital de la jeune pousse.

Nombre de pas effectués dans la journée ou dossier médical intégral depuis son premier cri, les données de santé sont une mine d’or pour les assurances, la recherche médicale et les laboratoires pharmaceutiques. Partant de ce constat, Robert Chu, ancien d’IBM ayant travaillé aux Etats-Unis chez le leader des données de santé, a eu l’idée de fonder en 2017 Embleema. Grâce à la Blockchain, l’entreprise permet aux patients de vendre directement leurs données médicales aux laboratoires pharmaceutiques. Une mine d’or qui a suscité l’intérêt des laboratoires pharmaceutiques. En décembre dernier, Servier rejoignait Pierre Fabre dans un consortium Blockchain Santé.

La start-up franco-américaine annonce ce 7 janvier 2019 nouer un partenariat stratégique avec Pharmagest pour développer en France et en Europe les applications de partage des données de santé. Le leader des solutions informatiques officinales acquiert 15% du capital d’Embleema et participe à l’ICO lancée en 2018 par la start-up. Avec cette participation, le Groupe Pharmagest compte enrichir « son portefeuille technologique de manière significative ».

« Avoir les bonnes données permet d’accélérer la mise sur le marché d’un médicament et son contrôle. C’est un business qui se chiffre en milliards, or, les patients ne sont pas conscients de la valeur de leurs données et ne sont pas rémunérées pour leur utilisation », nous indiquait Robert Chu en décembre dernier.

Sur la plate-forme, les patients peuvent entrer leurs données qui après une « essentielle » certification seront proposées à la vente. « Le laboratoire pharmaceutique, à la recherche d’une cohorte de patients pour le développement d’un nouveau médicament, intègre ses critères et achète les données. »

Embleema compte ainsi supprimer les intermédiaires entre le patient et la recherche et permettre aux laboratoires de gagner du temps. « Aujourd’hui, les laboratoires embauchent des cabinets extérieurs pour trouver des patients auprès des médecins, pour avoir leur accord pour faire partie de l’étude… » quand la start-up propose une mise en relation directe et anonymisée grâce au système de moteur de recherche. « Ca va plus vite car la cohorte est déjà formée. »

Et gagner de l’argent. Un dossier médical pourrait valoir entre 6 000 et 25 000 euros. En supprimant les intermédiaires, les laboratoires pourront faire des économies quand le patient pourra être rémunéré sous forme de jetons numériques. Seuls les patients américains peuvent intégrer leur dossier complet à la plate-forme quand les français ne peuvent y proposer que leurs données issues des bracelets FitBit.

Tout cela est pour l’instant hypothétique puisque la plate-forme compte tester son système pendant une année complète avant de permettre aux laboratoires de vraiment passer à l’achat.