Cet article fait partie de la Réunion Annuelle du Forum Économique Mondial

Leaders et personnalités tels que Sir David Attenborough, Shinzo Abe, Angela Merkel, le Prince William et Jacinda Ardern se réuniront à Davos pour la réunion annuelle du Forum Économique Mondial 2019.

Ils font partie des quelque 3 000 participants venus du monde entier et de toutes les sphères d'influence : entreprises, gouvernements, société civile, universités, arts et culture, ainsi que les médias. Du 22 au 25 janvier, ils se réuniront dans la ville enneigée de Davos, en Suisse, pour discuter de la manière de construire une meilleure version de la mondialisation.

Voici votre guide de la semaine.

De quoi s'agit-il cette année ?

Le thème est Mondialisation 4.0 : façonner une architecture mondiale à l'ère de la quatrième révolution industrielle. Il abordera deux grandes tendances. La première : la coopération mondiale connaît un moment difficile, avec la frustration légitime liée à l'échec de la mondialisation à relever constamment le niveau de vie débordant sur le populisme et le nationalisme. La seconde : une toute nouvelle vague de changement nous attend sous la forme de révolution numérique de la haute technologie. Les changements climatiques constituant une menace existentielle pour notre avenir commun, nous devons trouver de meilleurs moyens de faire fonctionner l'économie mondiale, et ce rapidement.

Comme l'explique le professeur Klaus Schwab, fondateur et président du Forum Économique Mondial :

« Cette quatrième vague de mondialisation doit être centrée sur l’être humain, inclusive et durable. Nous entrons dans une période de profonde instabilité mondiale provoquée par le bouleversement technologique de la quatrième révolution industrielle et le réalignement des forces géo-économiques et géopolitiques. Nous avons besoin que les dirigeants de tous les groupes de parties prenantes à Davos mobilisent l’imagination et l’engagement nécessaires pour s’y attaquer. »

Les six grandes discussions

Le thème sera exploré au cours de 350 sessions, dont près de la moitié seront diffusées sur le Web. Le programme s'articule également autour de six dialogues critiques : la géopolitique dans un monde multiconceptuel, l'avenir de l'économie, les systèmes industriels et la politique technologique, la résilience au risque pour promouvoir la pensée systémique, le capital humain et la société, et la réforme institutionnelle mondiale.

Qui participe ?

Le plus jeune participant, à seulement 16 ans, est le photographe animalier sud-africain Skye Meaker, tandis que le plus âgé est Sir David Attenborough, âgé de 92 ans, célèbre journaliste qui s’est servi de son travail pour attirer l’attention sur les changements climatiques.

Les principaux dirigeants politiques participant sont : Ueli Maurer, président de la Confédération suisse 2019 et conseiller fédéral en charge des finances de la Suisse ; Shinzo Abe, Premier ministre du Japon ; Jair Bolsonaro, président du Brésil ; Angela Merkel, chancelière fédérale d'Allemagne ; Wang Qishan, vice-président de la république populaire de Chine ; Giuseppe Conte, Premier ministre d'Italie ; Pedro Sanchez, Premier ministre d'Espagne ; Barham Salih, président de l'Irak ; Mohammad Ashraf Ghani, président de la république islamique d'Afghanistan ; Sebastian Kurz, chancelier fédéral d'Autriche ; Ivan Duque, président de la Colombie ; Abiy Ahmed, Premier ministre d'Ethiopie ; Leo Varadkar, Taoiseach de l'Irlande ; Faiez Al Serrag, Premier ministre de la Libye ; Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas ; Jacinda Ardern, Premier ministre de la Nouvelle-Zélande ; Erna Solberg, Premier ministre de la Norvège ; Rami Hamdallah, Premier ministre de l'Autorité nationale palestinienne ; Martin Alberto Vizcarra Cornejo, président du Pérou ; Paul Kagame, président du Rwanda ; Cyril M. Ramaphosa, Premier ministre de l’Afrique du Sud ; Yoweri Kaguta Museveni, président de l'Ouganda ; Nguyen Xuan Phuc, Premier ministre du Viet Nam; et Emmerson Mnangagwa, président du Zimbabwe.

Les lauréats du Crystal Award, reconnus pour leur culture axée sur la promotion d'un changement positif, sont : la chef d'orchestre Marin Alsop, la réalisatrice Haifaa Al-Mansour et Sir David Attenborough.

Les dirigeants des organisations internationales comprennent : Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies ; Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme ; Patricia Espinosa Cantellano, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ; Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale ; Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés ; Roberto Azevedo, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ; Angel Gurría, secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ; Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) ; et Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

Les dirigeants de la société civile sont : Yasunobu Aihara, secrétaire général de la Confédération japonaise des syndicats (Jtuc-Rengo) ; Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI) ; Winnie Byanyima, directrice exécutive d'Oxfam International ; Jennifer Morgan, directrice générale de Greenpeace International ; Denis Mukwege, fondateur de la Fondation Panzi, lauréat du prix Nobel de la paix en 2018 ; Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch ; Marco Lambertini, directeur général de WWF International ; Delia Ferreira Rubio, présidente de Transparency International ; Maria Ressa, directrice générale et rédactrice en chef de Rappler.com ; Elizabeth H. Shuler, secrétaire-trésorière et directrice financière de la Fédération américaine du travail et Congrès des organisations industrielles (AFL-CIO) ; Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (FM) ; Debbie Stothard, secrétaire générale de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) ; et Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES).

En plus d’une participation record du secteur public, le secteur privé sera représenté par plus de 1 700 dirigeants. La société civile est représentée par près de 900 dirigeants d'ONG, d'entrepreneurs sociaux, d'universités, d'organisations syndicales, de groupes religieux et confessionnels et de médias. Le prince William de Grande-Bretagne, Duc de Cambridge, sera présent pour discuter de ses travaux sur la santé mentale, un sujet clé cette année.

La réunion annuelle est le plus important rassemblement mondial représentant les jeunes générations. Elle réunit 50 membres de la communauté des Global Shapers du Forum, âgés de 20 à 30 ans et 100 jeunes leaders mondiaux (les Young Global Leaders) de moins de 40 ans. Pour en savoir plus sur les participants, y compris leur genre, domaine, région, nationalité et âge, cliquez ici.

Qui sont les coprésidents et quel est leur rôle ?

Les coprésidents sont chargés d’encadrer les discussions tout au long de la semaine. Cette année, cinq jeunes leaders inspirants de notre communauté de Global Shapers se joindront à Satya Nadella, directeur général de Microsoft. Les voici :

Basima Abdulrahman, fondatrice de KESK, l'un des premiers cabinets de conseil en architecture durable en Irak. Kesk signifie « vert » en kurde.

Juan David Aristizábal, cofondateur de Todos por la Educación, le premier mouvement social colombien rassemblant des personnes de différentes sphères politiques pour appuyer les priorités en matière d’éducation.

Noura Berrouba, membre de l'organe directeur du Parlement européen des jeunes et membre du Conseil national des organisations de jeunesse suédoises (LSU).

Julia Luscombe, directrice des initiatives stratégiques chez Feeding America, une organisation à but non lucratif qui vise à éradiquer la faim aux États-Unis par le biais d'un réseau national de banques alimentaires.

Akira Sakano, président de Zero Waste Academy, une organisation environnementale à but non lucratif qui aide la petite ville japonaise de Kamikatsu à ne plus produire aucun déchet d’ici 2020.

Comment puis-je m'impliquer ?

Vous pouvez regarder plus de 100 sessions en direct ici et suivre les moments clés et les dernières nouvelles sur les médias sociaux. Nous invitons également le public à partager ses réflexions et ses points de vue via la campagne vidéo Globalization 4.0, qui proposera de courtes vidéos (60 à 90 secondes). Consultez les questions ici. Les meilleures réponses figureront sur les réseaux Instagram, Twitter, Facebook et LinkedIn du Forum. Le hashtag du projet est #globalization4.