C’est la huitième année consécutive que la liberté sur Internet est en déclin dans le monde et la démocratie elle-même pâtit de cette tendance. Tel est le bilan dressé par l’ONG Freedom House dans son dernier rapport annuel sur le sujet. L’étude couvre 65 pays et attribue à chacun d’entre eux un score de liberté sur le Web qui se base différents critères : obstacle à l’accès, censure des contenus et violation des droits des utilisateurs.
Sur l’ensemble des pays étudiés, 26 ont vu la liberté sur Internet se dégrader tandis que seulement 19 ont observé des progrès mineurs. Au total, seulement 23 % des pays évalués ont un « Internet libre » selon l’étude. Les auteurs du rapport s’inquiètent de la montée de l’autoritarisme numérique, qui s’inspire notamment du « Grand Firewall de Chine », le modèle chinois de censure d’Internet. Le Parlement russe est ainsi en train d’établir un projet de loi visant à la création d’un Internet propre à la Russie. Officiellement, le projet cherche à établir un réseau souverain, protégé des cyberattaques externes, mais il donnerait la mainmise du trafic national aux régulateurs et ne serait pas sans renforcer les dérives autoritaires que subit l’Internet russe ces dernières années.
Quant à la situation en France, elle est globalement stable depuis l’année précédente malgré l’annonce de projets de loi visant à la régulation des contenus sur les réseaux sociaux et sur Internet. Pour être considérés comme ayant un « Internet libre », les pays doivent obtenir un score inférieur à 30/100. La liberté sur Internet dans l’Hexagone est ainsi noté 25/100, mais cela reste tout de même encore relativement loin des pays où le Web est le plus libre, l’Islande et l’Estonie, qui obtiennent un score de 6/100. C'est la Chine qui figure en dernière position du classement de cette étude avec un score de 88/100.