Il y a 30 ans, le 12 mars 1989, un informaticien britannique est entré involontairement dans l'histoire en jetant les bases de ce qui allait devenir le World Wide Web. Tim Berners-Lee, qui travaillait à l'époque au Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN), a distribué à ses collègues un document dans lequel il suggérait de créer un système hypertexte en réseau, afin d'aider le CERN à gérer et partager l'information au sein de son organisation. "Nous devons travailler à un système d'information universel et interconnecté", écrivait Berners-Lee dans sa conclusion.
30 ans après sa naissance, le World Wide Web, littéralement la "toile à échelle mondiale", n'est finalement pas encore aussi universel que son nom le suggère. Selon les dernières estimations de l'Union internationale des télécommunications, ce sont environ 51 citoyens du monde sur 100 qui ont utilisé Internet en 2018. Alors que l'accès à Internet dans des régions comme l'Amérique du Nord et l'Europe est devenu un produit de base comme l'électricité et l'eau courante, les habitants des régions les moins développées n'ont souvent pas encore accès à ce qui est sans doute devenu la plus importante source d'information de notre époque. La pénétration d'Internet sur la planète varie ainsi de 81 % dans les pays développés à 45 % dans les pays en développement et moins de 20 % dans les pays les moins avancés.