Les véhicules électriques ont occupé le devant de la scène au Salon de l'automobile de Genève qui s'est achevé ce week-end. Face au durcissement des normes d'émissions de CO2 en Europe, de nombreux constructeurs ont présenté leur dernière vision pour l'avenir de la mobilité électrique, avec à la fois des concept-cars et des modèles prêts à être commercialisés.

Malgré une croissance solide et des niveaux records de ventes de voitures électriques dans la plupart des principaux marchés automobiles, les véhicules thermiques dominent toujours les ventes de voitures particulières dans le monde. La part des véhicules électriques rechargeables (dont hybrides) dans le total des ventes/immatriculations de voitures particulières en 2018 était inférieure à 5 % sur tous les marchés sauf quatre, la Norvège constituant l'exception la plus notable avec une part s'élevant à 49 %.
Avec l'Islande, la Suède et la Finlande qui figurent également parmi les cinq premiers pays ayant la plus forte proportion de ventes de modèles électrifiés, la mobilité électrique semble se démocratiser plus rapidement dans les pays nordiques que dans toute autre partie du monde. La Chine, qui est de loin le plus grand marché en matière d'unités vendues, se classe sixième derrière la Finlande avec une part de 4,44 %.
Dans l'Hexagone, la proportion dans le total des ventes de voitures particulières s'élevait à 2,10 % en 2018, faisant de la France le 14ème pays du monde avec les parts de marché les plus élevées. C'est la Renault ZOE qui figure toujours largement en tête des modèles vendus l'année dernière.
C'est un ensemble de mesures politiques incitatives (exonérations fiscales, exonérations de péage, etc...) et une situation économique très favorable qui permettent à la Norvège de dominer avec autant d'avance la course à la démocratisation de la mobilité électrique.