En observant votre poisson rouge, tournant dans son bocal toute la journée, vous vous êtes peut-être déjà dit que les poissons n’étaient pas très malins, voire incapables de penser et encore moins d’avoir conscience de leur propre existence.

Détrompez-vous, des résultats récents suggèrent qu’apparemment les poissons sont intelligents et auraient même conscience d’eux-mêmes.

Une équipe de chercheurs d’universités japonaises et allemandes a ainsi testé l’intelligence des poissons, en l’occurrence d’un labre nettoyeur tropical Labroides dimidiatus.

Ces chercheurs ont montré que ces poissons avaient la capacité de se reconnaître dans le miroir ! Une formidable avancée dans la recherche en psychologie cognitive puisque cette capacité n’était alors réservée qu’à un cercle de très rares espèces animales dont l’homme (singe, dauphin, éléphants ou pie).

Miroir, mon beau miroir

Lorsque nous sommes face à un miroir, nous aimons nous regarder ou nous coiffer, prouvant ainsi à quel point nous avons conscience que la personne qui nous fait face dans le miroir est bien nous.

Le test du miroir a été un des tests les plus utilisés pour déterminer la capacité d’une espèce donnée à être capable d’une perception du soi. Ce test, développé par le psychologue américain Gordon G. Gallup dans les années 1970 permet de déterminer si un animal est capable de reconnaître son propre reflet dans un miroir. Pour cela, le protocole consiste tout simplement à faire une petite marque colorée sur la tête de l’animal (c’est-à-dire à un endroit uniquement visible grâce à un miroir) et de déterminer si l’animal lorsqu’il se voit dans le miroir, a un comportement indiquant qu’il reconnaît la tache sur son propre corps, par exemple en essayant de se frotter pour la nettoyer.

 Labre nettoyeur
Labre nettoyeur
Image : J.E. Randall

Le petit labre se reconnaît bien dans le miroir

Alors que pour les primates, espèces proches de l’homme, il est facile de comprendre s’ils se reconnaissent dans un miroir, il est bien sûr plus compliqué de réaliser ce type d’expérience sur des poissons.

Ainsi, les chercheurs ont dû choisir un poisson ayant la capacité visuelle de pouvoir distinguer une tache, et dont le comportement est bien connu des chercheurs pour être interprétable. Les chercheurs ont donc choisi le labre nettoyeur.

Ce minuscule poisson d’une dizaine de centimètres est un poisson des récifs tropicaux du pacifique. Il est connu pour former une relation mutuelle avec des plus gros poissons (hôtes) en se nourrissant des parasites vivants qu’il détecte visuellement sur leur peau.

Pourquoi les chercheurs ont-ils utilisé ce petit poisson en particulier ? Premièrement, parce que cette espèce est capable de voir les parasites vivants, et est donc susceptible de voir une tache qu’on lui apposerait sur le corps. Ensuite parce qu’il est très malin. Par exemple, il sait duper ses hôtes ! Le petit labre, friand de leur mucus, ne le grignote que lorsque ce dernier ne le regarde pas !

Les chercheurs ont placé ces poissons dans des bassins individuels comprenant un miroir. Alors qu’au départ les labres connus pour être territoriaux étaient très agressifs envers leur reflet, prenant ce dernier pour un ennemi, le labre a ensuite changé de comportement. Il s’est mis à faire une danse extravagante de va-et-vient de haut en bas tout en se regardant dans le miroir.

Même si ce comportement n’avait jamais été observé jusqu’alors, rien ne prouvait que ces labres eussent bien conscience d’eux-mêmes ! Les chercheurs ont alors injecté un gel coloré dans le cou de ces mêmes poissons, tache qu’ils ne peuvent pas voir en vision directe mais qu’ils peuvent distinguer dans le miroir.

 Le test du miroir.
Le test du miroir.
Image : Kodha et al, 2019

Étonnamment, à la vue de cette tache dans leur cou, les poissons passaient plus de temps dans des postures incongrues leur permettant de regarder cette tache dans le miroir, se grattaient le cou sur un substrat et se regardaient à nouveau dans le miroir sûrement pour voir si la tache était encore présente ! Ce comportement typique prouve bien que les labres reconnaissent leur propre image dans le miroir et l’interprète bien comme étant leur reflet et non un autre membre de la même espèce !

Les poissons ont-ils donc conscience d’eux ?

Cette extraordinaire étude révèle alors que les poissons ont gagné leur place dans le cercle très fermé des animaux capables de se reconnaître dans un miroir.

Néanmoins, même si le test du miroir implique la reconnaissance de soi, il n’implique pas la véritable conscience de soi, c’est-à-dire, plus largement une connaissance des pensées, de ses actes et de ses sentiments.

Alors pensez-vous que les poissons ont conscience d’eux ? Ce sujet controversé, met en lumière le fait que d’autres tests doivent être mis en place pour mieux comprendre la conscience de soi chez les animaux et comment cette dernière est apparue, sans doute plusieurs fois indépendamment, au cours de l’évolution. En tout cas cette étude suggère une fois de plus que l’homme à tort de se mettre systématiquement sur un piédestal largement séparé du reste du monde animal.

Si on observe les autres espèces, y compris les poissons d’une façon rationnelle et sans idée préconçue on s’aperçoit qu’ils ne sont pas si bêtes !