Des chercheurs américains ont créé un système de bio-impression mobile, qui permet d'imprimer de la peau en plusieurs couches, directement sur une blessure, en utilisant les cellules du patient. Des applications seraient possibles dans des cas de brûlures ou de blessures importantes.

Cette innovation pourrait révolutionner les soins apportés aux grands brûlés qui aujourd'hui ont besoin d'être traités par des greffes de peau. Elle a été élaborée à l'Institut de médecine régénératrice Wake Forest (Caroline du Nord). Son directeur, Anthony Atala, a déclaré dans un communiqué : « Cette technologie pourrait éliminer le besoin de greffes cutanées douloureuses qui causent une défiguration supplémentaire aux patients souffrant de plaies ou de brûlures importantes. »

"Cette technologie pourrait éliminer le besoin de greffes cutanées douloureuses qui causent une défiguration supplémentaire aux patients"

omment fonctionne ce nouveau dispositif, encore expérimental ? Des cellules de la peau, des fibroblastes et des kératinocytes, sont isolées à partir d'une biopsie d'un tissu sain. Les cellules sont mélangées à un hydrogel et placées dans le « bioprinter », une sorte d'imprimante 3D qui travaille avec du matériel biologique. L'objectif des scientifiques est d'utiliser des cellules du patient afin d'éviter les problèmes de rejet de greffe.

Le saviez-vous ?

Les fibroblastes sont des cellules qui fabriquent de la matrice extracellulaire et le collagène, qui jouent un rôle dans la guérison des plaies. Les kératinocytes sont les principales cellules présentes dans l’épiderme, la couche la plus externe de la peau. Ils représentent environ 90 % des cellules de l’épiderme.

L'appareil scanne la plaie et transmet les données à un logiciel, ce qui permettra d'injecter les cellules au bon endroit. La bio-imprimante dépose les cellules directement dans la blessure et reproduit la structure de la peau en couches, ce qui va accélérer la formation de peau « normale » et donc la cicatrisation.

La peau comprend plusieurs couches, avec l’épiderme à l’extérieur, composé essentiellement de kératinocytes.
La peau comprend plusieurs couches, avec l’épiderme à l’extérieur, composé essentiellement de kératinocytes.
Image : © sakurra, Fotolia

Un dispositif expérimental et mobile qui dépose les cellules dans la plaie

L'appareil a été testé en préclinique sur des modèles animaux : sur des souris et sur des cochons. Les chercheurs ont trouvé que la blessure se refermait rapidement. Le tissu dermique créé avait une structure et une composition proches de celles d'une peau saine. La prochaine étape sera donc de mettre en place un essai clinique sur des humains.

Sean Murphy, un des auteurs de l'article paru dans la revue Scientific Reports, a expliqué que ce qui rend cette technologie unique est « la mobilité du système et la possibilité de gérer sur place les plaies étendues en les scannant et en les mesurant afin de déposer les cellules directement là où elles sont nécessaires pour créer la peau ».

Ce système pourrait servir pour des brûlures et des lésions de la peau qui ne guérissent pas, comme l'ulcère diabétique. Aujourd'hui ces plaies sont souvent soignées avec des greffes de peau, mais il est parfois compliquer de disposer d'un échantillon suffisamment grand de peau saine.

CE QU'IL FAUT RETENIR

Des chercheurs américains ont créé un dispositif qui permet d’injecter des cellules de peau dans une blessure.

L’appareil scanne la plaie et dépose les cellules du patient en formant des couches de peau.`

C’est un espoir pour les grands brûlés et les personnes ayant des plaies importantes.

À découvrir aussi sur Futura-Sciences :

Des chercheurs américains ont créé un dispositif qui permet d’injecter des cellules de peau dans une blessure.

L’appareil scanne la plaie et dépose les cellules du patient en formant des couches de peau.

C’est un espoir pour les grands brûlés et les personnes ayant des plaies importantes.