Aux États-Unis, l'objectif de la Nasa d'envoyer des humains à destination de la planète Mars en 2033 n'est guère réalisable. C'est du moins la conclusion à laquelle est arrivé le Science and Technology Policy Institute, dans un rapport qui a audité le programme d'exploration habité de la Nasa.

L'objectif d'une première mission martienne humaine en 2033 voulue par le Congrès américain et le président Trump, s'éloigne. Un rapport indépendant, commandé par la Nasa, conclu que l'agence n'a aucune chance d'envoyer des humains sur Mars à cet horizon. Au mieux, une première mission habitée pourrait être réalisée avant la fin de la décennie 2030, peut-être lors de la fenêtre de tir de 2037. Pour rappel, les premières missions humaines martiennes de la Nasa concernent des mises en orbite autour de Mars, voire Phobos.

Ce rapport a été rédigé par le Science and Technology Policy Institute, un institut rattaché à l'IDA (Institute for Defense Analysis). Il a passé en revue la feuille de route devant conduire aux premières missions humaines à destination de Mars et l'architecture technologique du programme qui s'appuie sur le lanceur SLS, le véhicule Orion et l'avant-poste lunaire (Gateway). L'évaluation technique et financière de ce plan à cinq phases, montre que la feuille de route de la Nasa est trop optimiste. Les rapporteurs doutent de la capacité de la Nasa à tenir les délais.

Le lancement d'une mission habitée en 2033 nécessiterait le test des technologies les plus critiques d'ici à 2022. Or, certaines d'entre elles ne sont toujours pas en phase de développement. C'est vrai pour le système de transport Deep Space (DST), le véhicule utilisé pour voyager entre la Lune et Mars mais aussi pour les systèmes de survie, par exemple. La propulsion du DST nécessitera aussi des développements particuliers.

La Lune avant Mars

Le rapport a estimé à 120,6 milliards de dollars le coût de cette première mission autour de Mars si elle était réalisée en 2037. Un montant qui correspond au coût du lanceur SLS, du véhicule Orion, du Gateway, du DST et d'autres moyens logistiques. Sur ce total, 33,7 milliards de dollars ont d'ores et déjà été dépensés. Cette mission fait partie d'un programme global de vols spatiaux habités dont les coûts totaux, jusqu'en 2037, s'élèvent à 217,4 milliards de dollars.

Cela inclut les coûts de la première mission martienne, les opérations en orbite terrestre basse et le développement des systèmes de surface de Mars nécessaires aux explorations futures. Il comprend également une série de missions pour atterrir sur la Lune. Ce rapport, rédigé avant le discours de Mike Pence, actuel vice-président des États-Unis, qui a enjoint la Nasa de retourner sur la Lune d’ici 2024, prévoyait que le premier alunissage humain aurait lieu en 2028, suivi de quatre autres missions, une par an, jusqu'en 2032.

CE QU'IL FAUT RETENIR

Un rapport juge la Nasa trop optimiste.

Une première mission habitée à destination de Mars n'est guère envisageable avant la fin de la décennie 2030.

L'idée d'envoyer des hommes dès 2033 est un objectif qui ne pourra pas être tenu.

À découvrir aussi sur Futura-Sciences :

- Le Forum FS Génération

-Le Dossier : La robotique de A à Z

-Tous les articles de la rubrique Sciences