Depuis au moins 20 ans, la technologie a pris de l’ampleur dans l’industrie de l’immobilier. Les technologies de bureau, comme le courrier électronique, ont permis d’accroître considérablement la productivité et de donner beaucoup plus d’instructions aux agents. Avec Internet, l’échange d’informations pour les agents et les clients s’est considérablement accéléré. L’emplacement de ces informations a également changé pour de bon : ce que les clients ne voyaient auparavant que dans les vitrines ou dans les journaux locaux est désormais accessible via des portails, des sites web d’agents immobiliers et d’autres sources en ligne.

Il est indéniable que la technologie a laissé une empreinte indélébile sur le secteur immobilier, et dans la course au numérique, la plupart des agents reconnaissent que l’impact des technologies sur le marché est loin d’être terminé. Mais alors que les entreprises du secteur poursuivent leurs prouesses numériques, il est important de s’arrêter un moment pour réfléchir à ce qui se profile à l’horizon.

Big data

Le big data n’est pas nouveau pour l’industrie de l’immobilier ; il est déjà utilisé par presque tous les agents d’une manière ou d’une autre. Mais à mesure que les services des agences se numérisent, la quantité de données disponibles et la nécessité de tirer parti de ces données augmentent.

“Les agents immobiliers adopteront de plus en plus la technologie comme outil pour gérer les données des clients et les exigences des fournisseurs en matière de connaissance du marché et de rétroaction“, explique Lisa Simon, chef de la division résidentielle chez Carter Jonas. “Il peut s’agir de renseignements sur le rendement d’une propriété ce qui aidera à rendre les stratégies de tarification plus transparentes.“

Réalité virtuelle

De plus en plus populaire dans le monde du jeu, la technologie de la réalité virtuelle est tout aussi applicable au secteur de l’immobilier. La réalité virtuelle se décline en de multiples variétés et niveaux de sophistication variables. Pour ce qui est de la visualisation de domiciles, il existe un assemblage d’images et des panoramas de base qui permettent aux utilisateurs de visualiser différentes pièces.

Même si très peu d’acheteurs achèteront une propriété sans s’y rendre physiquement au préalable, la technologie offre une immense souplesse et simplifie le processus de visite pour les agents et les clients – tout en offrant aux clients une expérience de la vie réelle dans le confort de leur maison. Cela signifie que les clients ont le temps de visiter, bien que “virtuellement”, un plus grand nombre de propriétés.

Lisa Simon a des points de vue intéressants sur la façon dont les choses pourraient se développer. D’une part, elle soutient que les visites physiques feront toujours partie intégrante du processus. “Les décisions d’achat sont souvent prises uniquement en fonction du lien émotionnel avec une maison que l’on ne peut ressentir que lorsque l’on franchit physiquement la porte d’entrée. De plus, les gens n’ont pas seulement besoin de voir la propriété, mais aussi de se promener dans les environs pour visualiser la vie dans le quartier dans lequel ils comptent vivre.“

Mais Lisa Simon voit aussi un avenir important pour la réalité virtuelle dans l’industrie. “Nous effectuons des visites FaceTime depuis un certain temps, en particulier sur le marché en pleine évolution des locations dans le centre de Londres, où les clients à l’étranger doivent prendre une décision rapide. Récemment, il y a eu de nouvelles innovations telles que Mataport, un plan vidéo en 3D. Au cours de sa phase initiale de développement, cette technologie s’est révélée très coûteuse, mais son prix est en train de baisser. Nous continuerons d’examiner et d’envisager l’adoption de ces technologies si elles peuvent faire gagner du temps aux clients ou améliorer l’attrait d’une propriété.“

“Dans un avenir plus immédiat, nous nous attendons à ce que la réalité virtuelle plaise au marché locatif, où la décision prise est un peu moins contraignante que l’achat d’une propriété. C’est aussi une option pratique pour ceux qui viennent d’ailleurs et qui ne peuvent pas assister à la visite d’une propriété.“

Outils d’automatisation

De nombreux agents automatisent déjà de nombreuses tâches. Les portails libre-service, par exemple, permettent aux locataires, aux propriétaires, aux acheteurs et aux vendeurs de remplir des tâches administratives de base qui exigeraient autrement une surveillance par un agent. Les contrats en ligne ont également semi-automatisé le processus d’obtention des signatures des parties concernées. Mais comment les services d’automatisation vont-ils évoluer au cours des prochaines années ?

Un domaine qui vaut la peine d’être surveillé, c’est celui des estimations. “La précision des outils pour les estimations en ligne va continuer à s’améliorer, rapprochant les estimations automatisées des estimations en face à face, permettant aux vendeurs et aux acheteurs de prendre des décisions plus rapidement,” note David Jacobs, co-fondateur du groupe Yopa. “Cependant, ne vous attendez pas à voir la mort de l’estimation en face à face – chaque maison est unique, une analyse sur le terrain de la valeur d’une maison est inestimable.” Anthony Ekins, un grand connaisseur de l’industrie estime qu’une maison “vaut ce que quelqu’un va payer pour elle“, ce qui implique nécessairement qu’évaluer une maison nécessite une connaissance du marché et une approche personnelle de la vente.

David Jacobs voit également le potentiel de l’automatisation du transfert de propriété et de l’hypothèque, “permettant aux deux parties de suivre de beaucoup plus près l’avancement de leur transaction jusqu’à sa réalisation. Une plus grande intégration est encore nécessaire entre les systèmes informatiques des agents immobiliers – prêteurs hypothécaires, géomètres, notaires, autorités locales et assureurs – mais des progrès sont en cours et l’impact positif se fait déjà sentir chez le client notamment au niveau de la rapidité de la vente.“

Cette liste n’est pas exhaustive, mais elle donne peut-être une idée de ce qui nous attend : toute une série de technologies qui devraient rendre le travail des agents immobiliers plus intelligent, plus efficace et plus axé sur le client. Compte tenu de la demande croissante des consommateurs pour plus de contenu en ligne, une progression plus rapide des ventes et des réponses 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, il est probable que davantage d’agents investiront dans la technologie à l’avenir dans le secteur de l’immobilier.