Longtemps tabou, le sujet de l'hygiène menstruelle concerne la moitié des habitants de notre planète et pourtant, la précarité menstruelle reste une réalité, même en France où acheter des tampons ou des serviettes hygiéniques demeure un luxe difficilement abordable pour certaines femmes.
Dans de nombreux pays du monde, les produits de protection hygiénique féminine ne sont en effet toujours pas considérés comme des produits de première nécessité et sont taxés à un taux plus élevé que prévu pour les articles essentiels. Un sujet polémique aux quatre coins du monde, notamment en France où les députes ont voté en 2015 une réduction du taux de TVA sur les protections périodiques de 20 % à 5,5 %. Une belle avancée certes, mais pas suffisante au vu des nombreux pays, tels que l'Australie, le Canada, l'Irlande, le Kenya ou encore la Tanzanie, qui ont d'ores et déjà renoncé à toute taxe sur les tampons et serviettes hygiéniques.