CAMBRIDGE – Walhi, la plus importante organisation écologiste d'Indonésie, vient de poursuivre en justice les pouvoirs publics pour avoir délivré des permis de construire à une société chinoise, suite à ce que cette organisation appelle une évaluation « extrêmement incorrecte » de l'impact sur l'environnement. En fait, Wahli soutient que le projet de barrage de 1,5 milliard de dollars à Batang Toru va avoir de graves conséquences écologiques, en causant notamment l'extinction probable de l'espèce de grands singes la plus rare, l'orang-outang de Tapanuli.

Batang Toru n'est qu'un des nombreux projets d'infrastructure prévus dans le monde entier qui sont officiellement considérés comme respectueux de l'environnement, malgré les sérieux risques environnementaux qu'ils posent. Par exemple, la construction est presque terminée sur une ligne de chemin de fer qui va traverser le célèbre du Parc National de Nairobi au Kenya, malgré l'indignation de l'opinion publique sur une évaluation de l'impact sur l'environnement « incomplète et incompétente. »

De même, en Guinée, les pouvoirs publics ont approuvé des projets d'une autre société chinoise pour la construction d'un barrage à l'intérieur du parc national de Moyen-Bafing, un refuge pour chimpanzés. L'évaluation de l'impact sur l'environnement qui a été effectuée, selon les dires des experts, sous-estime largement le nombre de chimpanzés que menace ce projet.

C'est une tendance dangereuse, qui risque de ravager la biodiversité et les services écosystémiques - notamment la production de denrées alimentaires et d'eau, le cycle des éléments nutritifs et la régulation naturelle des parasites agricoles et des pollinisateurs - dont dépendent toutes les formes de vie. Près de 60 % de ces services se sont déjà dégradés. Alors que les pays du monde sont censés investirenviron 90 milliards de dollars en infrastructures (notamment dans des routes, des barrages et des centrales électriques) au cours des 15 prochaines années seulement - ce qui va avoir pour résultat davantage de nouvelles infrastructures que celles qui existent à l'heure actuelle - il est urgent de s'assurer que les décisions d'investissements pour des projets prennent réellement en considération leurs conséquences sur l'environnement.

C'est la vocation des évaluations stratégiques environnementales (ESE). En 1991, les parties de la Commission économique pour l'Europe des Nations Unies ont approuvé une convention sur les ESE, dans des contextes transfrontaliers. En mars de cette année, l'Assemblée générale des Nations Unies pour l'environnement, le plus haut niveau de prise de décision sur l'environnement, a adopté une résolutionexigeant que tous les gouvernements effectuent des ESE avant d'approuver des projets d'infrastructure.

Ces avancées reflètent une reconnaissance du fait que les ESE sont nécessaires pour s'assurer que les décisions prises par les gouvernements et les entreprises ne soient pas la cause de dommages inacceptables sur l'environnement naturel, ni sur les personnes qui en dépendent. De nombreux pays reconnaissent maintenant la relation entre les activités économiques et les résultats sur l'environnement. Ces pays exigent d'effectuer des ESE avant de donner leur feu vert à des projets.

Mais comme le révèlent les exemples cités ci-dessus, les ESE ne remplissent pas leurs objectifs de façon fiable. C'est parce que, en l'état actuel des choses, en général, des spécialistes techniques effectuent des ESE à la demande des promoteurs de projets - une pratique qui, comme les militants l'ont souligné à plusieurs reprises, est tout à fait contraire à l'éthique. Puisque les experts fondent très souvent leurs conclusions sur une estimation superficielle de la valeur écologique et marchande des écosystèmes touchés, il n'est pas surprenant que des projets qui causent des dommages soient souvent approuvés, en dépit du fait qu'ils ne sont pas conformes à l'accord largement approuvé des normes de développement écologiques.

Pour jouer un rôle efficace dans la protection de la planète et de ses habitants, les ESE doivent être rigoureuses, crédibles et transparentes. Cela signifie qu'elles doivent être effectuées par des professionnels réglementés et impartiaux. Dans une certaine mesure, les lois et institutions nécessaires existent déjà : la loi impose les ESE dans de nombreuses juridictions et International Association for Impact Assessment pourrait fournir une autoréglementation. Mais un cadre clair pour réglementer la conduite de ceux qui effectuent les évaluations d'impact, comme l'Ordre des avocats pour les professionnels du droit, fait encore défaut.

Dans ce domaine, nous pourrions tirer les leçons de l'évolution de la profession comptable. Bien que la comptabilité remonte probablement à des milliers d'années en Mésopotamie, ce n'est qu'à la fin du XIXème siècle que cette profession fut reconnue en tant que telle. Aux États-Unis, une loi de 1896 stipulait que, pour gagner le titre de « Certified Public Accountant », (CPA), un candidat devait réussir les examens d'État et faire valoir deux ans d'expérience professionnelle.

En avril, les législateurs du Royaume-Uni ont proposé d'améliorer la transparence et de prévenir les conflits d'intérêts en comptabilité en exhortant la Competition and Markets Authority à interdire aux « Big Four », les quatre grands cabinets comptables, de proposer leurs services de conseil aux clients faisant l'objet d'un audit. Ceci vient après les échecs d'audit de l'entreprise de construction Carillion et de l'enseigne de grande distribution BHS, suite à un engagement de trois cabinets d'expertise comptable sur quatre de mettre un terme à leurs services de conseil pour leurs clients faisant l'objet d'un audit.

L'évolution de la profession comptable découle de la reconnaissance du fait qu'une gestion financière imprudente met en péril la stabilité sociale et économique. Mais une gestion imprudente de l'environnement pose une menace tout aussi sérieuse : une action similaire est nécessaire pour établir des exigences claires pour ceux qui effectuent les évaluations pertinentes.

Les pouvoirs publics doivent se réveiller et tenir compte des conflits d'intérêt autorisés par l'approche actuelle des ESE - et exiger de réelles modifications. Ce n'est qu'en s'assurant que les décisions d'investissements dans les infrastructures sont fondées sur des évaluations d'impact rigoureuses et crédibles qu'il sera possible de concilier le développement économique et la préservation de notre environnement naturel.