Dans de nombreuses villes, se rendre au travail à vélo est un réel plaisir. Faire face à des routes souvent encombrées, aux dangers de la circulation et à la menace d'une averse soudaine peuvent rendre difficiles les trajets à bicyclette.

Toutefois, selon une étude récente, la vie de cycliste est plus adaptée à certaines villes qu’à d’autres.

En bonne voie

Utrecht, aux Pays-Bas, figure en tête de la liste des 90 meilleures villes où faire du vélo, selon le classement Bicycles Cities Index 2019 de Coya, start-up spécialisée dans les assurances. Plus de la moitié des habitants de la ville utilisent régulièrement leur deux-roues, bénéficiant ainsi d’un faible taux d'accidents et de relativement peu de vols de vélos.


Les autorités ont transformé la ville néerlandaise en un paradis pour les cyclistes grâce à un investissement dans des infrastructures encourageant les citoyens à adopter le pouvoir du pédalier. Un réseau de pistes cyclables couvertes et en plein air relie différentes parties de la ville, et des ponts, des passages souterrains et des ronds-points ont été spécialement conçus pour les cyclistes.

Le réseau compte la plus longue piste cyclable du pays et abrite le plus grand parking à vélos du monde, qui, d’après la ville d’Utrecht, pourra accueillir 33 000 bicyclettes d’ici 2020.

 Les 10 meilleures villes au monde pour faire du vélo.
Les 10 meilleures villes au monde pour faire du vélo.
Image : Coya

La sécurité en chiffres

L'étude a examiné un certain nombre de facteurs ayant un impact sur les cyclistes, parmi lesquels la criminalité et la sécurité, les infrastructures, les possibilités de partage de vélos et les événements spéciaux dans les villes, tels que les journées sans voiture.


Les villes européennes dominent le top 10 ; seule exception : Hangzhou, en Chine.

Des villes comme Munster, en Allemagne, à la deuxième place du classement, ont investi dans une infrastructure dédiée pour encourager l'utilisation du vélo et permettre aux gens de rouler en toute sécurité. Ainsi, près de deux cinquièmes des habitants de la ville voyagent régulièrement à vélo.

Cette proportion est d’environ 30 % pour les cinq autres villes en haut du classement, parmi lesquelles Anvers, Copenhague et Amsterdam.

Image : Statista

Comme le montre le graphique ci-dessus, l'augmentation du nombre de cyclistes dans une ville peut entraîner un nombre réduit de décès. Un rapport récent de l’OCDE sur la sécurité à vélo a révélé une plus grande sensibilisation dans les endroits où les cyclistes, les pistes cyclables et d’autres infrastructures connexes sont nombreux.


Mais il existe des exceptions. Aux États-Unis, les décès de cyclistes ont augmenté parallèlement à la multiplication du nombre de personnes se rendant au travail à vélo. Le rapport conclut que les automobilistes et les cyclistes ont besoin de temps pour s'adapter à un pic d'utilisation de la bicyclette, ce qui pourrait entraîner une augmentation à court terme des accidents en attendant que la sensibilisation soit renforcée.

Les villes qui mettent une distance entre les cyclistes et les véhicules routiers en investissant dans des pistes cyclables protégées sont les mieux placées pour optimiser les avantages du cyclisme en termes de santé et de développement durable, selon l'OCDE.

Des pédales vertes

Tandis que les niveaux de sécurité pour les cyclistes diffèrent considérablement entre les pays et les villes, les recherches montrent qu'en général, encourager les gens à se (re)mettre en selle est source d’avantages en termes de santé publique, qui dépassent largement les coûts. Le manque d'exercice physique et la mauvaise qualité de l'air entraînent beaucoup plus de décès, dus à des maladies chroniques, que les accidents de la route.


Faire régulièrement du vélo améliore la santé cardiovasculaire et aide à contrôler l'excès de graisse corporelle, ce qui réduit le risque de maladies chroniques comme les maladies cardiaques, le diabète de type 2 et les accidents vasculaires cérébraux. Un trajet en vélo renforce également la force musculaire, favorise la flexibilité des articulations et libère des endorphines dans le corps, qui peuvent lutter contre le stress.


Et ce n’est pas seulement la santé des cyclistes qui s’améliore lorsque les villes encouragent à se déplacer à vélo. Pédaler ne produit aucune émission de carbone, un plus pour l'environnement. Les chiffres des Nations Unies prévoient que la population mondiale atteindra 9,8 milliards d'ici 2050, dont 68 % de citadins.


Ainsi, encourager l'utilisation de moyens de transport non polluants comme le vélo est une bonne chose pour nous, mais également pour la planète.