La semaine dernière, le Conseil européen pour la sécurité des transports (ETSC) a décerné à l’Irlande un prix de la sécurité routière pour sa grande implication ; le nombre de tués sur les routes irlandaises a diminué de 31 % depuis 2010. Cette baisse s’est renforcée ces deux dernières années, avec une diminution de 6 % entre 2017 et 2018.

L’ETSC publie ces classements en matière de sécurité routière pour les États membres de l’UE depuis 2010. Avec 30 décès par million d’habitants en 2018, l’Irlande n’occupe toujours que la deuxième place dans l’UE pour la sécurité routière en général, devancée par le Royaume-Uni qui a enregistré 27,5 décès par million l’année dernière. Mais le Royaume-Uni, qui a toujours eu l’un des meilleurs résultats en matière de sécurité routière en Europe, est maintenant à la traîne. Il a enregistré l’un des plus lents progrès en matière de réduction de la mortalité routière entre 2010 et 2018, avec une réduction de seulement 4 % et ce malgré certaines technologies comme le freinage automatique.

Deux pays non-membres de l’UE, la Suisse et la Norvège, ont les meilleurs résultats en matière de sécurité routière en Europe. Mais la réduction du nombre de tués sur leurs routes stagne.

 Décès sur la route par million d’habitants en 2018.
Décès sur la route par million d’habitants en 2018.

En 2010, l’Irlande occupait le septième rang de l’Union Européenne en matière de sécurité routière, avec 47 tués par million d’habitants à l’époque.

S’exprimant lors d’un événement à Bruxelles pour discuter du rapport de classement de cette année, le ministre irlandais des Transports, Shane Ross, a déclaré que le fait que son pays ait connu la plus forte réduction en Europe au cours des huit dernières années est dû à la nouvelle législation introduite par les gouvernements précédents.

« L’Irlande a fait l’objet d’un examen, et nous avons décidé d’adopter une approche de retour aux sources », a-t-il dit. « Nous avons examiné les quatre causes principales : vitesse, conduite en état d’ébriété, utilisation du téléphone portable et non-port de la ceinture de sécurité ».

Le pays a abaissé le seuil de conduite en état d’ébriété en 2017 et a mis en place des tests d’alcoolémie. Il a également lancé des campagnes publicitaires ciblant spécifiquement les usagers de la route. De façon plus controversée, il a introduit des tests d’alcoolémie du lendemain sur la route pour déterminer le niveau d’alcool dans le sang d’un conducteur, même après une période de sommeil.

« Le nombre de personnes sur la route augmente de toute évidence, les pays qui obtiennent une réduction de la mortalité font augmenter leurs performances en matière de sécurité routière », a dit M. Ross. Il a également attribué à cette question le fait que l’UE, sous la direction de la commissaire chargée des transports, Violeta Bulc, a permis d’effectuer des actions concrètes ces dernières années pour encourager cette réduction de la mortalité. « J’ai été très surpris et très heureux que le commissaire Bulc ait accepté de consacrer autant de temps à la sécurité routière lors de ces réunions du Conseil, où le temps était compté ».

Violeta Bulc se retirera à l’automne avec l’entrée en fonction de 28 nouveaux commissaires européens, et la communauté de la sécurité des transports s’inquiète de savoir si le prochain commissaire aux transports prendra cette question à bras-le-corps.

Ross a annoncé que l’Irlande prévoit d’introduire de nouvelles pénalités pour excès de vitesse à l’automne, pénalités qui augmenteront en même temps que l’excès de vitesse.

L’ETSC attribue à la stratégie nationale de sécurité routière de l’Irlande pour 2013-2020 d’être à l’origine de ces progrès. Cette stratégie contenait 144 mesures et une évaluation de cette stratégie obligatoire.

« Ce qui ressort, c’est l’approche stratégique : analyser les données, fixer des objectifs et veiller à ce que le travail soit fait », a déclaré Antonio Avenoso, directeur exécutif du ETSC. « Si tous les pays d’Europe pouvaient atteindre le même niveau de sécurité que l’Irlande, nous pourrions réduire de 40% le nombre de tués sur les routes. Malheureusement, beaucoup de pays n’avancent pas et vont même jusqu’à reculer en matière de sécurité routière ».

L’objectif manqué de 2020.

Les progrès de l’Irlande contrastent avec la stagnation relative de l’UE dans son ensemble. Le nombre de personnes tuées sur les routes de l’UE l’année dernière n’a baissé que de 1% par rapport à l’année précédente et de 4% au cours des cinq dernières années. Il semble maintenant clair que l’objectif antérieur de l’UE de réduire de moitié le nombre de tués sur les routes d’ici 2020 ne sera pas atteint. Il nécessiterait une réduction sans précédent de 21 % par an en 2019 et 2020.

L’ETSC indique que dans de nombreux pays de l’UE, les mesures nationales de sécurité routière, telles que les mesures prises par la police et des infrastructures plus sûres, ont été réduites ces dernières années. Au niveau de l’UE, la mise à jour des normes minimales de sécurité pour les véhicules neufs a pris plusieurs années de retard et n’a été adoptée que cette année. Il faudra plusieurs années pour que ces mesures portent leurs fruits, à mesure que le parc automobile sera mis à jour. La Commission devrait publier dans les mois à venir un nouveau cadre de politique de sécurité routière pour la période 2021-2030.

La commissaire Bulc, qui a également pris la parole, a axé ses remarques sur le potentiel des nouvelles technologies pour sauver des vies. « La vision est claire : il ne s’agit pas seulement de changer l’état d’esprit des gens », a-t-elle dit. « On se laisse facilement distraire. Nous avons tellement de distractions. Il n’y a aucun moyen de relever ces défis par le seul comportement humain ».

« J’ai de grands espoirs à développer des systèmes sûrs pour intégrer de nouvelles technologies ». Bulc lutte pour l’introduction en Europe d’une nouvelle technologie qui permettrait aux voitures de communiquer avec les smartphones transportés par les piétons et les cyclistes à proximité, grâce au wifi. Dans ce système, la voiture s’arrêterait automatiquement si elle détectait un smartphone qui traverserait soudainement la rue devant elle.

Toutefois, la proposition est retardée par les gouvernements nationaux de l’UE, dont certains souhaitent que le système utilise les nouveaux signaux 5G actuellement développés par des sociétés privées, au lieu du wifi. Selon M. Bulc, si l’UE attend que la technologie 5G soit banalisée, cela entraînera un retard trop important par rapport à une technologie déjà disponible aujourd’hui.

« La sécurité ne peut pas être à vendre, elle ne peut pas être un service commercialisé », a-t-elle déclaré. « Si demain la 5G est prête, nous ouvrirons la voie. Mais livrons d’ici la fin de l’année, pas dans cinq ou dix ans ».

D’autres nouvelles technologies sont maintenant disponibles, notamment l’intelligence artificielle pour la vitesse, qui permet à une voiture de détecter automatiquement la limite de vitesse sur une route et d’arrêter d’accélérer lorsque cette limite a été atteinte. L’UE a adopté au début de l’année une loi imposant le système sur tous les nouveaux véhicules, mais les conducteurs auront la possibilité de le désactiver. L’ETSC affirme que cette capacité de désactiver le système est un risque pour la vie des personnes.