La Journée 2019 du Salaire Égal pour les Femmes Noires, le 22 août, a mis en lumière l’écart significatif dont sont victimes les femmes de couleur dans tous les secteurs. La Journée du Salaire Égal pour les Natives Américaines et les femmes latino-américaines aura lieu encore plus tard cette année. L’autrice, productrice et directrice Ava DuVernay a twitté ce jour-là pour rappeler que l’écart de salaire « est une réalité dans tous les secteurs. Y compris Hollywood ».

Le classement Forbes 2019 des 10 actrices les mieux payées au monde est une preuve de l’affirmation de DuVernay. L’actrice colombienne-américaine Sofia Vergara, qui arrive à la deuxième place, est la seule femme de couleur à figurer sur la liste. L’année dernière, quand Forbes avait séparé les actrices de cinéma et de télévision en deux catégories distinctes, Kerry Washington, ainsi que Vergara, avaient pu apparaître au classement télé.

« Étant donné que Hollywood est une industrie dominée par les hommes blancs, il n’est pas surprenant de constater que les femmes de couleurs y soient sous-payées par rapport à n’importe quel autre groupe », explique le Dr Darnell Hunt, professeur de sociologie et d’études afro-américaines à l’Université de Californie à Los Angeles et co-auteur du Rapport 2019 sur la Diversité à Hollywood.

Mais les femmes de couleur ne sont pas toujours moins rémunérées que leurs homologues, si l’on y regarde au cas par cas. Une source de Forbes a confirmé que Reese Witherspoon et Kerry Washington ont toutes deux été payées près d’un million de dollars pour chaque épisode de la série Little Fires Everywhere, prochainement sur Hulu. Bien souvent, c’est la fréquence à laquelle les femmes de couleurs sont recrutées pour les premiers rôles qui fait défaut par rapport à leurs homologues d’autres groupes, et contribue à l’écart de salaire auquel on assiste. C’est probablement pour cela que Lupita Nyong’o, Tiffany Haddish et Viola Davis ont toutes failli manquer au classement de cette année.

« Si les femmes noires, asiatiques, et latino-américaines sont sous-représentées dans les rôles principaux au cinéma, elles sont probablement moins susceptibles de figurer parmi les plus hauts salaires », explique Hunt.

La représentation des femmes de couleurs dans les rôles principaux s’améliore, bien que lentement – et pas sur tous les plans. Le pourcentage des films les plus lucratifs mettant en vedette des actrices noires est passé de 16 % en 2017 à 21 % en 2018 ; pour les femmes asiatiques, il est passé de 7 % en 2017 à 10 % en 2018. Mais pour les actrices latino-américaines, celui-ci est en fait passé de 7 % en 2017 à 4 % en 2018. Dans les films les plus lucratifs de 2018, seuls 11 films comportaient des rôles principaux ou secondaires féminins sous-représentés : cinq étaient noirs ou afro-américains, trois étaient d’ethnie mixte, deux étaient hispaniques ou latino-américains, et un seul était asiatique ou d’origine asiatique.

Les actrices elles-mêmes ont exprimé leurs frustrations quant à l’écart de salaire. Quand il a été rendu public que Tracee Ellis Ross était beaucoup moins bien rémunérée que son collègue métisse Anthony Anderson, Ellis Ross a pris part aux débats sur Twitter, où elle écrit : « Je voulais être rémunérée d’une manière qui corresponde à ma contribution à une série que j’adore pour de multiples raisons, dont l’opportunité qu’elle m’offre de remodeler ce que c’est que d’être une femme noire pleinement réalisée à la télévision ».

Viola Davis, mettant en lumière les difficultés encore plus conséquentes auxquelles les femmes de couleurs plus âgées doivent faire face (un seul film avait pour actrice principale une femme de couleur de 45 ans ou plus sur les 100 films les plus lucratifs de 2017), s’est exprimée au Women in the World Los Angeles Salon de 2018 sur son sentiment d’avoir été sous-payée et sous-évaluée tout au long de sa carrière.

« Les gens me disent, ‘‘Vous êtes une Meryl Streep noire… Il n’y en a pas deux, des comme vous’’ », raconte Davis dans l’interview. « D’accord, alors si c’est ce que vous pensez, payez-moi ce que je vaux ».

Puisqu’il existe une corrélation importante entre le salaire et la représentation, mettre plus de femmes de couleur sous les projecteurs et dans les salles de rédaction des scénarios est également une nécessité pour faire avancer les choses.

« Ceux qui prennent la décision de produire ou non un film ont un effet sur les acteurs qui seront choisis », conclut Hunt. « Si les hommes font des films qui parlent d’hommes, alors les femmes auront des rôles secondaires pour la plupart d’entre eux, n’est-ce pas ? »