Le soft power, que l'on peut traduire en français par le "pouvoir de convaincre", est la capacité d'un État d'influencer indirectement les décisions d'un autre dans la direction de ses propres intérêts à travers des moyens non coercitifs, par exemple culturels ou idéologiques. Ainsi, selon le Higher Education Policy Institute, le fait qu'un pays accueille ceux qui deviendront les dirigeants mondiaux de demain pendant leurs études, peut constituer un indicateur intéressant, quoique incomplet, de mesure du soft power.
Sur ce critère, ce sont les États-Unis qui dominent avec un total de 62 chefs d'État ou de gouvernement actuels ayant réalisé en totalité ou en partie leurs études supérieures dans le pays (en date de 2019). Le Royaume-Uni arrive en seconde position avec 59 dirigeants mondiaux suivi par la France avec 40 leaders. Au cours des trois dernières années, la plus forte progression a été observée en France, avec 6 dirigeants actuels supplémentaires ayant étudié dans l'Hexagone par rapport à 2017.