Li Shufu, homme d’affaires chinois milliardaire et patron du constructeur automobile Geely, confirme son intérêt pour le taxi volant de Volocopter.

Avec son groupe Zhejiang Geely Holding, il a investi 50 millions d’euros dans Volocopter, une start-up allemande qui conçoit et réalise des appareils volants. Les deux entreprises vont donc s’associer afin de lancer un service de taxi aérien en Chine.

En 2017, Geely avait déjà racheté la société de voitures volantes Terrafugia, sise au Massachusetts et qui cherche à obtenir les autorisations pour développer un avion biplace à ailes pliantes qui pourra aussi être conduit sur la route. L’appareil de Volocopter est lui complètement différent, avec ses 18 rotors qui lui permettent de se poser et de décoller verticalement.

Selon Li Shufu : « Geely opère une transition entre la construction automobile et la technologie de la mobilité en général ».

Le constructeur Daimler, qui avait déjà investi dans Volocopter auparavant, a également participé à ce financement, qui atteint les 85 millions d’euros pour la start-up allemande. Geely possède par ailleurs 9,7 % des parts de Daimler. Volocopter souhaite lever encore plus de fonds d’ici la fin de l’année.

Parmi les 200 programmes d’aéronefs à décollage et atterrissage verticaux en cours de développement, celui de Volocpter fait partie des plus avancés.

En Chine, Geely et Volocopter vont prendre le contrôle d’une autre société considérée comme l’une des plus prometteuses dans le secteur : EHang, qui développe un véhicule biplace autonome équipé de huit rotors. La start-up a déclaré le mois dernier être en discussion avec la ville de Guangzhou pour lancer un service pilote de taxi aérien d’ici 2020.

Volocopter développe actuellement un prototype de quatrième génération, baptisé VoloCity, conçu pour transporter deux passagers et leurs bagages sur une distance maximale de 34 kilomètres à une vitesse de 110 km/h. L’objectif est de commercialiser le VoloCity dans les trois prochaines années. L’entreprise affirme d’ailleurs avoir effectué plus de 1 000 vols d’essai des versions précédentes.

Fin août, Volocopter a également effectué un vol piloté intégré au système de gestion du trafic aérien de l’aéroport international d’Helsinki. La start-up se prépare aussi à effectuer des vols d’essai à Singapour en fin d’année.