À l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre l'obésité, l'OCDE a publié un rapport qui fait le point sur l'épidémie de surpoids dans les pays membres de l'organisation de coopération économique. Il présente également l'impact de l'obésité sur les systèmes de santé et les finances publiques des différents pays étudiés.
Selon les données du rapport, c'est aux États-Unis que l'obésité pèse le plus sur le système de soins, avec une part dans le total des dépenses de santé estimée à 14 % pour la période 2020-2050. En moyenne, les dépenses annuelles dédiées au traitement de l'obésité s'élèveront à 645 dollars par habitant aux États-Unis, soit environ 586 euros. Le deuxième pays avec le système de santé le plus impacté de l'OCDE est européen: il s'agit de l'Allemagne avec des dépenses annuelles moyennes par habitant estimées à 411 dollars, soit plus de 370 euros.
Si l'épidémie d'obésité explose dans le monde, cette dernière a marqué un ralentissement en France au cours de la dernière décennie. L'Hexagone consacre tout de même 5 % de son budget santé à ce fléau mais apparait plutôt épargnée en comparaison aux autres économies développées. L'OCDE estime que les dépenses annuelles de santé liées à l'obésité se situeront autour de 148 dollars (134 euros) par habitant en France pour les prochaines décennies.