Les chefs d’entreprise sont par définition amenés à prendre des décisions. Ils le font toute la journée, pourtant ils tombent souvent dans le piège de six erreurs communes. Et ce n’est pas un hasard si quatre de celles-ci ont été identifiées par Warren Buffet et son associé Charlie Munger. Après tout, les deux hommes ont connu un grand succès grâce à leur excellente capacité à prendre des décisions.

Erreur no1 : être perfectionniste

Warren Buffet a déclaré un jour : « Un de mes amis a passé vingt ans à chercher la femme parfaite, mais malheureusement, quand il l’a trouvée, il a compris qu’elle aussi cherchait l’homme parfait ». Le perfectionnisme, c’est bien, tant que cela nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes. Mais cela peut devenir un sérieux obstacle s’il sert d’excuse à l’hésitation et à l’indécision. N’est-il pas plus réaliste d’accepter que l’on ne pourra jamais se préparer parfaitement pour chacune de nos décisions ? Et de reconnaître que les circonstances extérieures ne seront jamais idéales ?

Erreur no2 : ne prendre aucune décision

Charlie Munger, l’associé de Warren Buffet, explique : « Nos plus grosses erreurs, ce sont des choses que nous n’avons pas faites, des entreprises que nous n’avons pas achetées ». Certains pensent que le meilleur moyen d’éviter de se tromper est d’éviter de prendre des décisions tout court. Ils se trompent, car le simple fait de choisir de ne pas prendre de décision est une décision en soi : la décision de ne rien faire. Dans certains cas, ne rien faire pourrait bien être la bonne solution. Mais cela peut également être une grosse erreur.

Erreur no3 : favoriser les décisions collectives

« Ma vision d’une décision collective est de regarder dans le miroir », affirme Warren Buffet. Les décisions prises par des groupes ne sont pas forcément meilleures que si elles avaient été prises par une seule personne. Beaucoup de gens n’ont pas le courage d’assumer leurs responsabilités et d’agir de manière décisive. Ils préfèrent s’en tenir à ce que l’équipe décide, de manière à éviter les conséquences si les choses ne se passent pas comme prévu.

Erreur no4 : noyer le poisson

Au sujet de la prise de décision, Goethe observait : « Celui qui réfléchit longuement ne prendra pas toujours la bonne décision ». De nombreuses personnes retournent le problème dans tous les sens sans jamais arriver à un résultat défini. Elles finiront par prendre une décision qui doit être prise d’une manière ou d’une autre, mais ces décisions forcées sont-elles nécessairement meilleures que celles qui auraient pu être prises plus tôt ? Peut-on apprendre à prendre des décisions plus vite ? Avant tout, il est important de bien comprendre le résultat désiré. Lorsque l’on fonde sa décision sur une idée vague du résultat final, il sera plus difficile de décider rapidement le moment venu. Il est également utile d’avoir bien en tête ses priorités. Il sera ainsi plus facile de prendre une décision rapidement, car les éléments les plus importants pourront être pris en compte.

Erreur no5 : suranalyser et ne pas écouter son instinct

Des études scientifiques confirment que les personnes qui réussissent se fient souvent à leur instinct. Arnold Schwarzenegger est d’accord : « Ne réfléchissez pas trop. Si vous pensez tout le temps, l’esprit ne peut pas se détendre… Cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas utiliser votre cerveau, mais il faut apprendre à être un peu instinctif dans la vie. En arrêtant de tout analyser, vous vous débarrassez de tout ce qui vous pèse et vous enlise ». Les chercheurs ont constaté que les gens prennent souvent de meilleures décisions lorsqu’ils passent moins de temps à peser le pour et le contre. À première vue, cela peut paraître surprenant. Mais tout le monde a de l’intuition et un esprit analytique. L’intuition est la somme de toutes les choses que nous avons vécues, les leçons implicites et inconscientes que nous tirons. Celui qui croit qu’il faut tout analyser le plus en profondeur possible finira par perdre sa capacité à écouter son intuition. Une enquête menée auprès de 83 lauréats du prix Nobel en science et médecine a révélé que 72 d’entre eux insistent fortement sur le rôle que l’intuition a joué dans leur réussite. Parfois, l’intuition prend la forme d’un éclair d’inspiration spontané, mais parfois elle a aussi besoin d’une certaine période d’incubation, ce à quoi Arnold Schwarzenegger fait référence ci-dessus. Le lauréat du prix Nobel de médecine, Konrad Lorenz, l’a dit ainsi : « Si vous insistez trop…. Rien ne vient. Vous devez appliquer une sorte de pression mystérieuse, puis vous reposer, et soudain… Bing ! La solution arrive ».

Erreur no6 : prendre des décisions sans utiliser de check-list

Pour certaines décisions, il est essentiel d’être à l’écoute de votre intuition. Pour les autres, les check-lists sont très importantes. Charlie Munger explique : « Je crois beaucoup à la résolution de problèmes difficiles à l’aide d’une check-list. Vous devez absolument avoir toutes les réponses probables et improbables avant de commencer, sinon, il est facile de passer à côté de quelque chose d’important ». Pour des décisions de routine, où il est important que tout se passe bien, les check-lists sont un outil indispensable. Par exemple, les pilotes de ligne ne sont pas autorisés à décoller avant d’avoir rempli une série de listes de vérification détaillées. Les enquêtes sur les accidents aériens démontrent en effet que, bien souvent, les accidents auraient pu être évités si les pilotes s’étaient tenus à leurs check-lists. De nombreuses études scientifiques montrent également que les taux d’erreur pendant les interventions chirurgicales sont beaucoup plus faibles lorsque le chirurgien suit une check-list prédéfinie. Après tout, qu’est-ce qu’une check-list ? Rien que le résultat des leçons tirées sur des erreurs passées, qu’il faut maintenant éviter autant que possible.