La semaine mondiale de l'espace, célébrée du 4 au 10 octobre, vise à sensibiliser le grand public aux activités spatiales et à leurs enjeux, ainsi qu'à favoriser les coopérations internationales dans ce domaine. La date choisie pour le début de l'événement n'est pas un hasard et fait écho au lancement du tout premier satellite artificiel, Spoutnik 1, le 4 octobre 1957. L'occasion de faire le point sur l'évolution du nombre de satellites au dessus de nos têtes depuis les débuts de la conquête spatiale.
Ainsi, selon les données compilées par l'astrophysicien Jonathan McDowell, plus de 2 000 satellites actifs tournent actuellement autour de la Terre, soit déjà plus du double qu'en 2010 où l'on en dénombrait 997. Ces chiffres ne rendent pas compte du nombre total d'objets artificiels en orbite et ce dernier pourrait s'élever à plus de 20 000 en comptant les satellites inactifs et autres débris.
Comme le montre notre infographie, l'évolution du nombre de satellites actifs a pris une allure exponentielle et cette tendance devrait se poursuivre dans les années à venir. En effet, plusieurs entreprises ont fait part de projets qui envisagent le déploiement de gigantesques flottes de satellites. C'est notamment le cas de Space X, qui table sur l'envoi d'une constellation de 12 000 satellites dans le cadre de son projet Starlink visant à créer un accès Internet mondial depuis l'espace.
L'encombrement massif de l'orbite terrestre par les satellites de télécommunication n'est pas sans poser de sérieux risques de collisions et des problèmes de régulation. Le mois dernier, l'ESA avait dû modifier la trajectoire d'un de ses satellites pour le protéger d'un choc avec un des engins du projet Starlink. Alors que ces incidents seront amenés à se multiplier, il n'existe encore pas de règlement international dédié à la gestion du trafic spatial.