L’Agence spatiale européenne (ESA) étudie la possibilité de mettre en hibernation des astronautes, en vue de leur prochain voyage sur Mars, dans l’espoir de réduire radicalement l’architecture des engins spatiaux. En retirant les cabines de l’équipage d’un vaisseau spatial, l’ESA affirme que la masse de ce dernier pourrait être réduite d’un tiers. Il en résulterait une réduction similaire des combustibles, équivalente à plusieurs tonnes de masse économisée.

L’objectif est de pouvoir faire hiberner des êtres humains lors d’un voyage sur Mars au cours des vingt prochaines années.

Les meilleures estimations actuelles exigent toujours un temps de déplacement aller simple de six mois. Mais l’ESA a commencé à expliquer comment l’hibernation permettrait aux concepteurs de mission d’ajuster l’architecture, la logistique, la protection contre les radiations, la consommation d’énergie et le design global des engins spatiaux.

L’ESA a indiqué qu’elle s’appuyait sur une étude de mission existante proposant l’envoi de six humains sur Mars dans un délai de cinq ans.

Un médicament serait administré pour induire une torpeur hypo-métabolique (ou hibernation), indique l’ESA. Comme les animaux en hibernation, les astronautes devraient acquérir davantage de graisse avant l’engourdissement, explique l’agence.

Les nacelles d’hibernation molletonnées de l’équipage seraient assombries et leur température serait fortement réduite pendant leur sommeil, avant de mettre fin à la phase d’hibernation, avec une période de récupération de 21 jours, a annoncé l’ESA, qui espère que l’équipage se réveille sans perte d’os ou de muscle et que les nacelles se transforment en minuscules cabines pendant le temps où l’équipage est éveillé.

La clé de tout cela est d’abaisser suffisamment le rythme cardiaque humain pour que l’hibernation fonctionne.

Pour les humains, une fréquence cardiaque inférieure à 50 battements par minute (bpm) peut être qualifiée d’anormalement dangereuse, ai-je noté dans un article publié en 2010 dans Pacific Standard. J’avais aussi expliqué dans cet article que les ours, au cours de l’hibernation, peuvent ralentir leur cœur à seulement 16 à 17 battements par minute et ce, sans effets néfastes.

Selon l’ESA, si le taux métabolique de base d’un astronaute pouvait être réduit de 75%, cela permettrait de réaliser des économies conséquentes en masse et en coûts.

L’ESA a expliqué qu’elle avait examiné la meilleure manière de mettre une équipe d’astronautes en hibernation, ce qu’il faut faire en cas d’urgence, comment gérer la sécurité des personnes, et même quel impact cette hibernation pourrait avoir sur la psychologie de l’équipe. L’équipage a ensuite créé un premier croquis de l’architecture de l’habitat.

Les nacelles d’hibernation permettraient également à l’équipage d’être plus facilement protégé contre une exposition aux rayonnements potentiellement mortelle, en raison de la présence de particules à haute énergie dans l’espace lointain, a annoncé l’ESA. Comme l’équipage en hibernation passera beaucoup de temps dans ses nacelles d’hibernation, la protection – tels que les réservoirs d’eau – pourrait être concentrée autour d’eux, a déclaré l’agence.

Mais l’ESA affirme que, comme l’équipage serait « neutralisé » pendant de longues périodes, la phase de croisière de la mission devrait être en grande partie autonome. Selon l’agence, la mission devrait également être optimisée pour l’intelligence artificielle, la « détection des pannes, l’isolation et la restauration » afin de maintenir un niveau minimal de performance du système jusqu’à ce que l’équipage puisse être ranimé.

L’ESA a indiqué que sa prochaine étape consistera à étudier comment les voies cérébrales sont activées ou bloquées au commencement de l’hibernation.

En théorie, les humains pourraient être capables d’hiberner plus de huit mois, mais les hibernants humains devraient être nourris par voie intraveineuse et surveillés par d’autres membres d’équipage éveillés, comme je l’ai mentionné dans Pacific Standard. Contrairement aux ours, je constate que les humains ne peuvent pas vivre seuls, et de leur propre graisse, pendant des mois.