*La plupart des PDG sont positifs quant à l'impact de la technologie sur leur travail quotidien.

*Il existe un lien évident entre l'optimisme économique et l'amélioration des compétences.

*Bien que les gens puissent avoir des craintes quant à l'avenir, ils veulent évoluer.

Cette semaine à Davos, de nombreuses conversations porteront sur la manière dont nous pouvons améliorer les compétences d'un milliard de personnes au cours des cinq prochaines années. Mais pourquoi est-ce nécessaire ? Et comment y parvenir ?

Permettez-moi tout d'abord de faire deux remarques sur l'environnement actuel qui nous entoure. Le premier est que dans un monde de 7,7 milliards de personnes - dont 3,3 milliards sont actuellement employées - améliorer les compétences d'un milliard de personnes est le début d'un voyage. À long terme, tout le monde aura besoin d'une amélioration de ses compétences sous une forme ou une autre.


Deuxièmement, lorsque les gens sont plus qualifiés, ce ne sont pas seulement les personnes elles-mêmes qui en profitent ⎯ mais aussi les entreprises, l'économie au sens large et la société dans son ensemble. La dernière enquête mondiale de PwC sur les (lancée à Davos), révèle une corrélation claire entre l'optimisme économique, la confiance dans les revenus futurs et les progrès en matière d'amélioration des compétences.

Interrogés sur la croissance mondiale au cours des 12 prochains mois, 34 % des PDG qui déclarent être en avance en termes de progrès dans le domaine de l'upskilling (optimisation des compétences) pensent que la croissance "s'améliorera", contre seulement 15 % des PDG qui sont au début de leur parcours d'upskilling.

Et 38 % des PDG qui ont pris de l'avance en matière d'innovation concernant de l'upskilling sont très confiants dans leurs perspectives de croissance sur la prochaine année, contre 20 % pour ceux à la traîne en matière d'upskilling. Les résultats montrent que les PDG qui s'attaquent au problème et prennent des initiatives sont plus confiants que ceux qui sont au début de leur parcours de développement des compétences ou qui viennent juste de commencer.

Changer la technologie

L'enquête révèle également que les PDG qui ont fait de l'amélioration des compétences un impératif, en tirent profit grâce à des effets tels que l'augmentation de la productivité de la main-d'œuvre et l'innovation.

Les PDG classent leurs programmes d'amélioration des compétences selon les critères : pas du tout efficaces à très efficaces.
Les PDG classent leurs programmes d'amélioration des compétences selon les critères : pas du tout efficaces à très efficaces.
Image : PwC

Fondamentalement, la définition meme du travail est en train de changer. Dans une enquête menée auprès de 22 000 adultes dans 11 pays, 53 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles pensaient que l'automatisation allait considérablement rebattre les cartes, ou rendre leur travail obsolète au cours des dix prochaines années.

Mais la majorité - 61 % - se sont montrés positifs quant à l'impact de la technologie sur leur travail quotidien, et 77 % des personnes ont déclaré qu'elles allaient rapidement acquérir de nouvelles compétences ou se réinventer complètement pour améliorer leur future employabilité.

Bien que les gens puissent avoir des craintes quant à l'avenir, ils veulent évoluer. Pour certains, se perfectionner signifie apprendre à coder et faire évoluer les technologies. Pour d'autres, il s'agit de comprendre ce dont la technologie est capable et comment elle peut stimuler l'innovation.

Et cela dépasse en la simple notion de compétence, à l'image de la familiarisation avec de nouveaux outils numériques. Les compétences non techniques - leadership, adaptabilité, comment traduire le retour d'information en changements mesurables - rendent la formation aux compétences à court terme plus durable et plus transformatrice.

Les gens attendent des dirigeants qu'ils leur offrent un cheminement viable pour l'avenir. Les dirigeants doivent comprendre les besoins des employés : où ils veulent aller, ce qui les motive et ce qui va leur permettre de le faire. Ils doivent apprendre à diriger dans un contexte d'évolution rapide, à responsabiliser les gens et à créer une culture d'apprentissage tout au long de la vie où l'esprit d'entreprise sera florissant.

S'unir pour proposer des solutions d'amélioration des compétences

Pour répondre au besoin de renforcement des compétences, des solutions devront être élaborées aux niveaux local, régional et national. Il n'existe pas de solution unique. Et aucune organisation ne peut y parvenir seule. Cela nécessitera une collaboration étroite, avec un ensemble de Stakeholder (parties prenantes) - éducateurs, responsables gouvernementaux et chefs d'entreprise - travaillant ensemble, chacun jouant un rôle.

Les chefs d'entreprise devront repenser l'emploi, protéger les personnes et travailler avec d'autres pour mettre en commun les ressources, les idées et les investissements.

Les responsables gouvernementaux et les décideurs politiques doivent veiller à ce que tous les citoyens disposent des connaissances nécessaires pour participer à l'économie numérique et à ce qu'aucune partie de la population ne soit laissée pour compte. Ils doivent également s'assurer qu'ils ont eux-mêmes la capacité de mener le débat sur l'avenir de la technologie et de la politique.

Et les éducateurs et les institutions universitaires devront se transformer, tout en fournissant des services adaptés aux besoins futurs en matière de compétences.

Concerner toutes les parties de la société

Parmi les personnes qui ont le plus besoin d'une formation complémentaire, nombreuses sont celles qui y ont le moins accès. Pour atteindre un milliard de personnes ⎯ et, espérons-le, plus ⎯ d'ici 2025, nous devrions nous concentrer sur trois parties de la population :

1. La main-d'œuvre existante : Il existe dans le monde entier une importante main-d'œuvre expérimentée et vieillissante qui sera perturbée par la technologie et l'automatisation au cours des dix prochaines années. Ces personnes ont des engagements tels que des familles, des hypothèques et des dettes ⎯ et nous devons trouver un moyen de les aider à améliorer leurs compétences et à trouver d'autres emplois. Le projet luxembourgeois de pont des compétences numériques, une initiative gouvernementale qui rassemble des entreprises, des syndicats et des prestataires de formation pour offrir une solution nationale globale de développement des compétences de la main-d'œuvre, est un bon exemple des efforts déployés à cette fin.

2. La prochaine génération : Alors que la population mondiale vieillit, l'âge moyen dans de nombreux pays est inférieur à 20 ans. Dans ces pays "plus jeunes", des millions de jeunes vont rejoindre la population active chaque année pendant la prochaine décennie, et il est vital qu'ils soient dotés des compétences dont ils auront besoin pour obtenir des emplois ⎯ ce que même un diplôme universitaire ne peut pas nécessairement garantir. Dans le cadre de notre nouveau monde. New skills., PwC lancera une collaboration avec l'UNICEF pour améliorer les compétences des jeunes et les aider à acquérir les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour comprendre et rechercher un emploi dans le monde numérique, en particulier dans les communautés et les régions où les besoins sont les plus pressants.

3. Ceux qui sont actuellement exclus : Nous devons améliorer les compétences de ceux qui risquent d'être laissés pour compte. Cela inclut la génération plus âgée qui peut maintenant avoir pris sa retraite et ⎯ sans compétences supplémentaires ⎯ peut avoir du mal à accéder aux services ou aux informations dans un monde numérique. Cela inclut également les personnes qui sont actuellement hors du marché du travail et dont les compétences sont de plus en plus dépassées.