*Meghan et Harry se sont retirés de la vie publique royale, une annonce qui a porté préjudice à l'image de la famille royale.

*Mary Beard affirme que les femmes sont constamment blâmées pour les erreurs de leurs maris.


*L'auteur a eu l'occasion de tenir une conférence sur l'Histoire du féminisme à Davos.

La façon dont la presse britannique a diabolisé Meghan, la duchesse du Sussex, s'inscrit dans un schéma classique de femmes boucs émissaires, selon Mary Beard.

S'exprimant lors d'une séance à Davos intitulée "Une histoire du féminisme en Occident", la professeur a réagi au tourbillon médiatique qui a suivi la décision du jeune couple de prendre du recul par rapport à la vie publique royale.

"Nous n'avons absolument aucune idée de ce qui s'est passé avec Harry et Meghan et nous ne le saurons jamais. Mais notre presse est absolument convaincue que la clef de compréhension de cette situation, c'est l'intrus féminin".

Elle l'avait déjà constaté auparavant lorsque Nancy Reagan fut accusée des erreurs de l'ancien président américain Ronald Reagan et que Cherie Blair avait été prise pour cible à la place de Tony Blair.

En réalité, cette tendance à blâmer les femmes est une tendance qui remonte à l'Antiquité, a soutenu Beard, professeur de lettres classiques à l'Université de Cambridge.

"C'est chercher la femme", a-t-elle déclaré.