*Le Danemark est en tête du nouvel indice mondial de mobilité sociale du Forum Économique Mondial.

*17 des 20 sociétés les plus mobiles se trouvent en Europe.

*Les États-Unis se classent au 27e rang, la Chine au 45e et l'Inde au 76e.

Il faut parfois des générations pour gravir l'échelle socio-économique. Pour autant, cette ascension se fait beaucoup plus rapidement dans certains pays.

Le Danemark se classe en tête du nouvel Indice mondial de mobilité sociale du Forum Économique Mondial. Ainsi les cinq nations nordiques et certaines parties de l'Europe surpassent le reste du monde lorsqu'il s'agit de donner à chacun une chance de réussir.

L'indice mondial de mobilité sociale 2020
L'indice mondial de mobilité sociale 2020
Image : Forum Économique Mondial

Si vous êtes né dans une famille pauvre au Danemark, il vous faudrait au moins deux générations pour atteindre le revenu médian du pays - ou trois en Suède, en Finlande et en Norvège. En France, il vous faudra six générations, et neuf au Brésil ou en Afrique du Sud.

L'indice évalue l'état actuel de la mobilité sociale dans 82 économies du monde entier, en examinant des facteurs tels que les soins de santé, l'éducation, la protection sociale, l'accès à la technologie, les salaires équitables et les possibilités de travail.

Il estime également le coût de la faible mobilité sociale en termes de perte de croissance économique - plus d'un milliard de dollars sur 10 ans pour la Chine, et plus de 850 millions de dollars pour les États-Unis.

Il y a une énorme disparité entre les régions du globe : 17 des 20 sociétés les plus mobiles socialement se trouvent en Europe, une en Asie et une en Océanie (Japon, 15e et Australie, 16e) et une en Amérique du Nord (Canada, 14e) .

L'Afrique subsaharienne comprend cinq des dix pays les plus pauvres de l'indice.

À l'intérieur de ces régions, il existe également de grands écarts entre les meilleurs et les moins bons résultats. Les États-Unis (27e) et la Grande-Bretagne (21e) sont en net retard par rapport à leurs voisins.

Parmi les principales économies en développement, la Fédération de Russie est classée 39e, la Chine 45e, le Brésil 60e, la Turquie 64e, le Mexique 58e, l'Inde 76e et l'Afrique du Sud 77e.

Le lancement du Rapport mondial sur la mobilité sociale 2020 coïncide avec la 50e Réunion Annuelle du Forum à Davos. Le thème de cette année est "Les Stakeholders pour un monde rassembleur et durable".

Une recette pour la mobilité sociale ?

Selon le rapport, les pays nordiques offrent des systèmes éducatifs de haute qualité et équitables, des filets de sécurité sociale solides et des institutions inclusives, ainsi que des possibilités d'emploi et de bonnes conditions de travail.

C'est un modèle économique qu'il décrit en tant que "Stakeholder capitalisme". En d'autres termes, un modèle qui prend en compte les intérêts de toutes les parties prenantes, plutôt que ceux des entreprises actionnaires.

"Les économies qui suivent un modèle de capitalisme des parties prenantes obtiennent de meilleurs résultats sur l'indice que celles qui se concentrent sur le capitalisme des actionnaires ou le capitalisme d'État ", indique le rapport.

Il appelle à des politiques qui combinent la croissance économique, la mobilité sociale et la durabilité environnementale, en particulier au moment où la quatrième révolution industrielle s'accélère.

Le rapport exhorte les gouvernements à faire davantage pour mettre tous leurs citoyens sur un pied d'égalité, car des technologies telles que les plates-formes numériques, les données volumineuses et l'automatisation continuent de réduire la demande de travail peu qualifié tout en récompensant de manière disproportionnée les personnes hautement qualifiées.