• Partout dans le monde, les gens renoncent aux baisers et aux poignées de main pour limiter la propagation des germes.
  • Les responsables de la santé ont appelé les citoyens à utiliser des alternatives comme les coups de coude et les tapes dans le dos pour saluer les autres.

Partout dans le monde, les gens changent leur façon de saluer les autres, renonçant aux baisers et aux poignées de main pour éviter de contracter le COVID-19, ou coronavirus, de plus en plus répandu.

Le virus, qui a pris naissance à Wuhan, en Chine, s'est propagé sur tous les continents, à l'exception de l'Antarctique, faisant craindre une pandémie mondiale.

En conséquence, les responsables de la santé publique ont exhorté les citoyens de différents pays à ne pas se toucher lorsqu'ils saluent d'autres personnes et à pratiquer ce qu'on appelle la distanciation sociale.

"Nous savons que garder une distance sociale est le meilleur moyen de ralentir la propagation du virus. C'est pourquoi le renoncement à la bise est une mesure qui devrait être sérieusement prise en considération", a récemment déclaré le Ministre Suisse de la santé Alain Berset.

Parallèlement, le gouvernement français a également invité les citoyens à renoncer au traditionnel baiser à double joue, connu sous le nom de la bise, pour ralentir la propagation du virus.

"La réduction des contacts sociaux de nature physique est conseillée", a averti le ministre français de la santé Oliver Véran. "Cela inclut la pratique de la bise. Le virus circule sur notre territoire et nous devons maintenant ralentir sa propagation".

Quelles sont les alternatives ?

Dr Sylvie Briand, directrice du département des maladies pandémiques et épidémiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a appelé à de nouveaux moyens d'accueillir les gens à mesure que le virus se répand. Cette semaine, elle a partagé sur Twitter un dessin animé montrant des alternatives aux poignées de main, notamment les salutations, les coups de coude et le demi-coude thaïlandais "wai".

En Chine, les autorités ont imploré les gens d'utiliser le geste traditionnel du gong shou - un poing dans la paume opposée - comme moyen de saluer les autres. En Australie, le Ministre de la santé a suggéré de donner aux gens une tape dans le dos au lieu d'une poignée de main.

Pendant ce temps, le "Wuhan shake", qui consiste à taper du pied une autre personne, est devenu viral sur les médias sociaux.

La crainte de la propagation du virus ne concerne pas seulement le grand public, mais a également un impact sur la manière dont les dirigeants politiques interagissent. Lundi, le Ministre Allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, a résisté à une poignée de main de la Chancelière Angela Merkel, l'incitant à lever les deux mains dans une salutation révisée avant que les deux ne s'assoient à une réunion.

Le ministre allemand de l'intérieur Horst Seehofer et la chancelière allemande Angela Merkel parlent avant un sommet sur la migration à la Chancellerie à Berlin, mais ne se serrent pas la main par crainte des coronavirus.
Le ministre allemand de l'intérieur Horst Seehofer et la chancelière allemande Angela Merkel parlent avant un sommet sur la migration à la Chancellerie à Berlin, mais ne se serrent pas la main par crainte des coronavirus.
Image : Reuters

Plus de 87 000 personnes dans le monde ont été infectées par le coronavirus, la grande majorité des cas étant en Chine. La maladie, qui est la plus risquée pour les personnes âgées ou malades, se propage principalement par les gouttelettes produites lorsqu'une personne parle, tousse ou éternue, selon l'OMS. Mais les experts affirment que la meilleure façon de résister au virus est de prendre des mesures d'hygiène supplémentaires, notamment en se lavant soigneusement les mains.