Pour faire face à la pénurie de valves de réanimation, un scientifique italien spécialiste de l’impression 3D a décidé d’en produire pour les hôpitaux transalpins… Son initiative couronnée de succès commence à s’exporter en France. Explications.

Massimo Temporelli est un physicien italien qui fait partie des pionniers de l’impression 3D. Il est désormais considéré comme un héros aux yeux de nombreux Italiens. C’est pour faire face à la pénurie de valves de réanimation dans l’hôpital de Chiari au nord de l’Italie, que ce dernier, avec beaucoup de détermination et l’aide d’un entrepreneur local dans l’impression 3D, a mis au point l’impression d’appareils de réanimation qui font cruellement défaut dans le pays le plus durement touché par le Covid-19. La production en un temps record a permis de soulager l’hôpital et de sauver la vie de nombreux patients. Une initiative saluée par la ministre italienne de l’innovation technologique, Paola Pisano, ainsi que par de nombreux italiens sur les réseaux sociaux, certains le qualifiants de héros.

Une innovation de taille dans le contexte d’urgence de la crise sanitaire puisque ces valves imprimées en 3D vont pouvoir rapidement fournir les autres hôpitaux transalpins mais également l’Europe et le monde entier. En France, une petite entreprise d’impression en 3D de pièces automobiles a suivi le même exemple. Leurs premières valves imprimées ont été fournies au CHU d’Evreux pour une phase de test. On assiste en effet à une chaîne de solidarité des entreprises françaises qui se mobilisent pour offrir une réponse rapide aux chaînes d’approvisionnement gelées par la crise sanitaire. Avec les masques, les valves et autres outils médicaux, l’impression 3D devrait jouer un rôle essentiel dans la production de crise, avec – dans le meilleur des mondes – des hôpitaux équipés de leur propre imprimante 3D…