• Les processus automatisés ont pris le dessus sur les recrutements et les refus.
  • Les lettres de refus à la hâte ne rendent justice ni aux demandeurs d'emploi, ni aux entreprises.
  • Le refus constitue une opportunité de construire une relation avec un futur candidat potentiel.

J'ai postulé pour 100 emplois depuis septembre. Ma recherche d'emploi en tant que responsable d'organisation en milieu de carrière a duré bien plus longtemps que je ne l'aurais jamais imaginé lorsque j'ai décidé de quitter mon poste précédent en juillet.

Cette frustration est aggravée par l'expertise que j'ai acquise au cours des trois dernières années de recherche sur les méthodes de recrutement

inefficaces. Je sais comment le système fonctionne ... ou plutôt, je sais pourquoi le système ne fonctionne pas. Les systèmes de suivi des candidats (ATS), conçus pour être des classeurs numériques pour les documents de conformité pénibles à gérer se sont transformés en systèmes de filtration par mots-clés pour le nombre impressionnant de candidatures reçues pour des postes ouverts. « Impressionnant » peut représenter un nombre compris entre 20 et 2 000 si vous examinez des CV en plus de vos autres tâches professionnelles ou si vous êtes tenu de respecter les métriques du « temps d’embauche » (le temps écoulé entre le moment où l’annonce pour un poste est en ligne et celui où il est pourvu par un candidat) pour les compétences recherchées.

Dans ce tourbillon d'automatisation, les chances de se faire virer du système avant de décrocher un entretien ou même une connexion avec un autre humain sont élevées. Étant donné que seuls 2 % des candidats arrivent à l'étape de l'entretien, la plupart des candidats ne reçoivent jamais de nouvelles après avoir déposé leur candidature. Sur les 100 emplois pour lesquels j'ai postulé, j'ai reçu un « non » de la part d'exactement 36 entreprises. Et la plupart des refus disent exactement ceci :

« Merci de l'intérêt que vous portez à la société ______. Nous avons reçu de nombreuses candidatures de candidats hautement qualifiés et nous avons le regret de vous informer que nous ne vous avons pas retenu pour un examen plus approfondi. »

(Les systèmes de suivi des candidats fournissent eux aussi des messages de refus automatisés)

Gardez à l'esprit qu'en tant que candidat, vous serez amené à rédiger un curriculum vitae soigné, personnalisé, axé sur des mots-clés et une lettre de motivation brillante, incisive, confiante et personnalisée pour chaque emploi. Et c’est la réponse que vous recevrez.

Comment pourrions-nous améliorer nos refus ?

Voici une approche différente proposée par Accenture :

« Merci beaucoup de nous avoir donné l'occasion d'examiner votre CV et vos références pour le poste de _____. Nous aimerions avoir de meilleures nouvelles à vous donner, mais après avoir examiné attentivement votre CV, nous avons décidé de rechercher d'autres candidats dont l’expérience est plus alignée aux exigences de ce poste.

Nous sommes conscients que la recherche d'un nouveau poste est stressante et prend du temps, c'est pourquoi nous apprécions les efforts que vous avez déployés pour soumettre votre candidature. Bien que nous n'allions pas plus loin pour le moment, nous aimerions rester en contact. »

Pourquoi est-ce si intelligent ?

Ils vous expriment leur gratitude pour votre temps et votre expertise. Ce message ne donne pas au candidat l'impression qu'il s'agit d'une corvée ou d'un fardeau pour l'examinateur. C’est ici qu’est toute la différence, entre l'attitude impersonnelle « Nous sommes tellement surchargés de travail parce que trop de gens veulent travailler pour nous... » du premier message et le ton personnel du message d'Accenture.

Ils traitent le candidat comme un professionnel apprécié et expriment clairement leur respect pour le temps et le stress liés à une recherche d'emploi. Il s'agit d'une réponse compatissante qui jette les bases d'une relation future.

Ils indiquent clairement qu'il s'agit d'alignement, ce qui donne de l'espoir au candidat. Bien que le candidat n'ait pas correspondu à ce poste, il y aura un poste qui lui conviendra. L'espoir est la chose la plus difficile à garder lorsque la recherche d'un emploi s'éternise. La réponse d'Accenture parvient à en redonner un peu.

Ils vous remercient de l'intérêt que vous portez à leur entreprise et vous encouragent à rester en contact avec eux. Comme l'a souligné Joe Matar, vice-président du marketing chez Brazen, les recruteurs feraient mieux de passer du temps à examiner les CV qu'ils ont déjà reçus plutôt qu’à en décortiquer de nouveaux. Les personnes qui ont levé la main et ont manifesté leur intérêt à travailler pour vous sont des prospects tièdes et, comme le savent tous les spécialistes du marketing, il faut beaucoup moins de travail pour convertir des prospects tièdes que de nouvelles cibles.

Ce qu'Accenture comprend, c'est que le recrutement relève du marketing et de la communication, et non des ressources humaines. Il s'agit d'établir une relation positive avec une personne qui a manifesté son intérêt dans la vente de ses compétences uniques à votre entreprise. Le travail consistant à attirer et à convertir des personnes extérieures à votre organisation en talents à l'intérieur de celle-ci est le même que celui que vous faites pour attirer et convertir des clients. En effet, les demandeurs d'emploi sont aussi des clients et des porte-parole potentiels de votre entreprise. Les meilleures entreprises (Accenture, Skillist) transforment même les candidats rejetés en évangélistes.

Il s'avère que la première étape pour apprendre à mieux embaucher pourrait en fait être de commencer par améliorer les refus des candidats qui ne correspondent pas au poste. Lorsque vous faites passer l’humain en premier, les gens sont plus susceptibles d’en faire de même pour vous. Et au final, n'est-ce pas le genre de talent que vous voulez engager ?

J'attends avec impatience le jour où j'écrirai au sujet de fantastiques courriels d'acceptation, mais pour l'instant, je veux juste être déçue avec plus de respect.

Susanna Williams, leader organisationnel au service de l’humain et experte en ressources humaines, est basée à Brooklyn, New York, où elle travaille actuellement sur un livre sur la façon de mieux recruter. Elle est également à la recherche d'un emploi à temps plein.