Bien qu'il soit encore trop tôt pour mesurer la totalité des retombées économiques de l'épidémie de coronavirus, l'OCDE a déjà réduit ses prévisions de croissance mondiale en raison de la propagation du virus hors de Chine. Dans un rapport publié cette semaine, l'organisation table désormais sur une croissance économique mondiale de 2,4 % cette année, contre 2,9 % prévus en novembre 2019. Si cette prévision se réalise, il s'agirait du plus faible taux de croissance économique depuis la fin de la crise financière en 2009. Sans surprise, la Chine devrait être l'économie la plus impactée cette année et l'OCDE a revu ses prévisions de croissance pour le pays de 5,7 à 4,9 %. Le reste du monde n'est toutefois pas à l'abri de l'impact du virus, car les voyages d'affaires et le tourisme sont affectés et de nombreuses entreprises sont confrontées à des perturbations de leur chaîne d'approvisionnement en raison de leur dépendance à l'égard de la Chine. L'organisation a notamment réduit ses prévisions de croissance du PIB à 0,9 % pour la France, soit trois points de moins que les prévisions de novembre dernier.