Dernière mise à jour : 5 mars 2020

  • Les pays adoptent des moyens différents pour contenir la propagation du coronavirus, mais il n'existe pas d'approche unique.
  • Les villes ont été verrouillées et les grands rassemblements interdits.
  • Des restrictions ont été imposées aux voyageurs en provenance de régions durement touchées, comme la Chine, l'Italie et l'Iran.
  • Les grands événements sportifs, les carnavals et les manifestations ont été reportés ou annulés.

Le coronavirus COVID-19 s'est maintenant répandu sur tous les continents, sauf l'Antarctique, ce qui pose un défi aux systèmes de santé et aux gouvernements du monde entier. Bien que la grande majorité des près de 90 000 cas dans le monde se trouvent en Chine, d'où le virus est originaire, 64 pays différents* sont désormais touchés.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

Pour la plupart, le virus représente un problème de santé bénin, mais pour les membres vulnérables de la société, les conséquences peuvent être plus graves. L'endiguement reste une priorité pour tous les pays, mais il n'existe pas d'approche unique pour lutter contre la propagation de la maladie.

Des villes entières sont fermées à certains endroits, tandis que dans d'autres, des écoles, des musées et des centres religieux ont été fermés et des manifestations sportives et musicales annulées. Voici un aperçu de la manière dont les pays du monde entier gèrent l'épidémie.

Le baiser de la bise est une manière traditionnelle de saluer en France et dans d'autres parties de l'Europe.
Le baiser de la bise est une manière traditionnelle de saluer en France et dans d'autres parties de l'Europe.
Image : REUTERS/Francois Mori

France

Le gouvernement français a conseillé à ses citoyens d'abandonner l'habituelle salutation "bise" - qui consiste à s'embrasser sur la joue - afin de ralentir la propagation de COVID-19.

Les rassemblements publics de plus de 5 000 personnes sont également interdits, ce qui entraîne l'annulation d'événements comme le semi-marathon de Paris. Suite à cette décision, le musée du Louvre à Paris a fermé ses portes au public afin d'atténuer la menace d'infection posée par les visiteurs arrivant de différentes parties du monde.

Iran

L'Iran étant le pays le plus touché du Moyen-Orient, près de 3 000 cas de COVID-19 ont été signalés dans ce pays, dont plus de 20 législateurs. Le parlement du pays a été suspendu pour une durée indéterminée et les députés ont été priés d'annuler toutes les réunions publiques.

Le nombre de morts en Iran est le troisième plus élevé, après la Chine et l'Italie, et les fournitures médicales sont insuffisantes. Les exportations de masques sont interdites pendant trois mois, tandis que les usines iraniennes produisent de nouvelles fournitures pour la population locale.

Allemagne

Le ministre allemand de la santé, Jens Spahn, a déclaré que le coronavirus était une "pandémie mondiale", ce que l'Organisation mondiale de la santé n'a pas encore conclu. Le gouvernement a interdit l'exportation de matériel médical, car M. Spahn a déclaré que le virus n'avait pas encore atteint son maximum.

Les États-Unis

La Californie a déclaré l'état d'urgence après le premier décès dans l'État, ce qui a porté le nombre de morts aux États-Unis à 11. Cette décision fait suite à la déclaration de l'état d'urgence par Washington et la Floride, où 10 des décès sont survenus dans l'État de Washington. Le gouvernement empêche l'entrée de toute personne ayant visité la Chine au cours des 14 derniers jours et a étendu les tests à l'ensemble du pays.

Suisse

Des mesures de précaution sont en place en Suisse, où des rassemblements de plus de 1 000 personnes ont été interdits, ce qui a entraîné l'annulation de manifestations annuelles comme le Carnaval de Bâle et le Salon international de l'automobile de Genève. Le ministre de l'intérieur, Alain Berset, a également déconseillé d'utiliser les trois baisers habituels du pays.

Autriche

Les autorités autrichiennes ont interdit aux trains de circuler sur les principales lignes internationales à destination et en provenance d'Italie, comme le col du Brenner. Cette mesure faisait suite à deux cas suspects de coronavirus découverts dans un train en provenance d'Italie et à destination du sud de l'Allemagne, qui se sont révélés négatifs par la suite. L'interdiction temporaire a maintenant été levée, ce qui permet la reprise des services ferroviaires réguliers entre l'Autriche et l'Italie.

Italie

L'Italie a fermé toutes ses écoles et universités pendant dix jours, le gouvernement ayant également interdit les conférences publiques et les manifestations culturelles pour freiner la propagation du virus, qui a déjà tué plus de 100 personnes.

Certaines villes de la région de Lombardie, dans le nord de l'Italie, sont fermées. Les restaurants et les entreprises sont fermés, ce qui menace de plonger le pays dans la récession.

Cas confirmés de COVID-19 en dehors de la Chine
Cas confirmés de COVID-19 en dehors de la Chine
Image : OMS

Chine

À l'épicentre de l'épidémie, la Chine a adopté des mesures agressives pour contenir le virus, notamment des fermetures de villes, des restrictions de voyage, la prolongation des vacances scolaires et la fermeture de théâtres, d'événements sportifs et d'autres lieux publics. Les taux d'infection continuent d'augmenter, mais le rythme de progression s'est ralenti.

Hong Kong

La frontière de Hong Kong avec la Chine continentale a été fermée, empêchant les visiteurs d'entrer sur le territoire. Sans la foule de touristes internationaux qui affluent habituellement à Hong Kong, l'économie a été durement touchée. Les écoles sont fermées jusqu'en avril, et de nombreux vols d'entrée et de sortie ont été restreints ou annulés. Le budget récemment dévoilé de Hong Kong prévoyait un paiement du gouvernement de plus de 1 200 dollars pour chaque résident afin d'aider à soulager la souffrance économique.

Japon

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé à la fermeture de toutes les écoles primaires, collèges et lycées jusqu'à la fin mars, ce qui touche des millions d'élèves. La menace posée par le virus pourrait compromettre les Jeux olympiques de Tokyo 2020, qui doivent se tenir en été, bien qu'aucune décision d'annulation de l'événement n'ait été annoncée.

La Corée du Sud

Les masques sont rares dans les régions durement touchées.
Les masques sont rares dans les régions durement touchées.
Image : REUTERS/Kim Kyung-Hoon

La Corée du Sud est le pays qui compte le plus grand nombre de cas en dehors de la Chine. Des règles strictes d'auto-isolement sont en vigueur dans tout le pays, avec des amendes ou une éventuelle peine de prison pour toute personne trouvée coupable d'avoir enfreint les règles.

Après que le personnel militaire a été testé positif pour la maladie, les exercices militaires conjoints annuels prévus avec les forces américaines ont été mis en attente.

Singapour

L'État insulaire s'est empressé de restreindre les déplacements de toute personne ayant récemment voyagé en Chine ou dans certaines parties de la Corée du Sud. Des règles strictes de quarantaine dans les hôpitaux et à domicile ont été imposées.

Une solution basée sur un texte et sur le web a été lancée en février, exigeant des personnes soumises à des restrictions de quarantaine à domicile qu'elles signalent leurs déplacements au gouvernement.

Arabie Saoudite

Aucun cas de coronavirus n'a été détecté en Arabie saoudite, mais il y en a eu dans des pays voisins comme le Koweït et le Bahreïn. Les autorités ont interdit l'entrée du royaume aux pèlerins étrangers de 25 pays, empêchant ainsi la visite des deux sites les plus sacrés de l'Islam, La Mecque et Médine.

Émirats arabes unis

Les services de ferry entre les EAU et l'Iran ont été suspendus et tous les navires commerciaux doivent fournir un certificat de santé pour les membres d'équipage 72 heures avant d'arriver dans les ports très fréquentés du pays.

Bien que différents pays aient adopté leurs propres approches face à la maladie, se laver régulièrement les mains et éviter de se toucher les yeux, le nez ou la bouche peuvent contribuer à ralentir la propagation, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Le virus peut vivre pendant des heures, parfois des jours, sur les poignées de porte, les robinets et les autres surfaces avec lesquelles nous sommes en contact. Un lavage régulier peut donc contribuer à prévenir le transfert de gouttelettes contaminées.

* Derniers chiffres de l'OMS au 2 mars 2020