L'épidémie de coronavirus continue de s'étendre dans l'Hexagone : le seuil des mille décès a été dépassé hier et la courbe des cas détectés ne semble encore pas prête de s'aplatir. Selon le ministère de la Santé, les effets du confinement sur la propagation du virus ne devraient commencer à se faire ressentir qu'environ deux semaines après le début des mesures. Si la situation sanitaire devient critique en France, en particulier dans le Grand-Est et en Île-de-France, l'épidémie semble toutefois avoir pris une trajectoire moins brutale qu'en Espagne et en Italie, où le bilan humain est respectivement trois et six fois plus élevé qu'en France à ce jour. Notre infographie compare l'évolution du nombre cumulé de cas détectés de COVID-19 dans une sélection de pays, à partir du jour où cent cas ont été dépistés. Si cet indicateur présente certaines limites, liées entre autres aux stratégies et capacités de dépistage des pays, il permet toutefois de se donner une idée de l'avancement de l'épidémie dans les pays touchés.

À la vue de ces courbes, la situation apparaît ainsi plutôt positive en Corée du Sud où l'épidémie semble désormais contenue. La Corée du Sud avait diagnostiqué son centième cas le 20 février et avait réussi à aplatir la courbe épidémique environ deux semaines plus tard, malgré une hausse fulgurante des contaminations au début. La mise en place de tests de dépistage à grande échelle, le respect des mesures d'hygiène par la population et l’utilisation des technologies informatiques font notamment partie des facteurs cités afin d'expliquer la relative réussite du pays dans sa lutte contre l'épidémie.

La plupart de nos graphiques sur l'évolution de l'épidémie de COVID-19 sont régulièrement mis à jour. Si les graphiques et le texte venaient à ne pas correspondre, nous vous conseillons de vider la mémoire cache de votre navigateur.