«Il vaut mieux réagir de façon excessive que de ne pas réagir» Des universitaires du monde entier partagent leurs réflexions sur le coronavirus

Préparation au coronavirus : Une infirmière se lave les mains dans un hôpital de Harare, au Zimbabwe
Image : REUTERS/Philimon Bulawayo - RC20IF98P1HL
  • L'Organisation mondiale de la santé a qualifié le COVID-19 de pandémie.
  • Les experts universitaires recommandent des mesures de santé publique telles que la "distanciation sociale" pour freiner la propagation.


C'est officiel : COVID-19 est désormais une pandémie, qui se propage si rapidement que le nombre d'infections et de décès devient rapidement obsolète. Le nombre de cas en dehors de la Chine a été multiplié par 13 au cours des deux dernières semaines, et le nombre total d'infections a dépassé les 126 000 le 12 mars.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

Alors que des pays, d'Italie à l'Iran, de la Suède à l'Afrique du Sud, luttent pour contenir le virus, il est plus important que jamais de se tourner vers les conseils d'experts d'institutions telles que l'Organisation mondiale de la santé. Se laver régulièrement les mains avec du savon est l'une des mesures clés que nous pouvons prendre pour nous protéger.

Le Forum Économique Mondial a recueilli les avis d'universitaires en vue d'une prise de position mondiale sur la manière dont COVID-19 se propage et sur les mesures à prendre pour lutter contre la pandémie.

La distanciation sociale est actuellement notre meilleure défense contre COVID-19

Michelle A. Williams, doyenne de l'école de santé publique T.H. Chan de Harvard, États-Unis

Le 10 mars, l'université de Harvard a annoncé son intention de mettre en ligne tous les enseignements à partir du 23 mars, le lendemain de nos vacances de printemps. Les réactions du public à cette annonce et à d'autres initiatives similaires dans d'autres universités ont été mitigées, certains louant cette action et d'autres la considérant comme excessivement importante ou prudente. Mais en fait, la distanciation sociale - pratiquée avec succès par certaines villes lors de la pandémie de grippe de 1918 - est actuellement notre meilleure défense contre les effets de COVID-19.

Aplatir la courbe : comment le coronavirus pourrait évoluer en fonction de notre réponse
Aplatir la courbe : comment le coronavirus pourrait évoluer en fonction de notre réponse
Image : Slide provided by Michal Caspi Tal, PhD, of Stanford Medical School

Nous ne pouvons plus espérer contenir la propagation mondiale du virus. Nous ne pouvons pas non plus attendre la mise au point d'un vaccin, qui ne va pas être terminé pour 18 mois, ni gaspiller des ressources excessives. Nous devons actuellement nous concentrer sur l'aplatissement de la courbe, afin de ralentir la propagation du virus, d'atténuer ses effets sur les systèmes de soins de santé et de sauver des vies. Le moyen le plus efficace d'y parvenir est la distanciation sociale, ce qui implique de limiter les déplacements et d'annuler les événements de grande envergure tels que les concerts, les conférences et, oui, les cours universitaires.

Lors de l'épidémie de grippe de 1918, l'extrême distanciation sociale à Saint-Louis a sauvé un nombre incalculable de vies, tandis qu'à Philadelphie, le refus obstiné d'annuler un défilé de la Première Guerre mondiale a entraîné une propagation rapide et évitable de la maladie. Aujourd'hui, les inconvénients immédiats de ces restrictions sont éclipsés par les résultats positifs déjà observés dans des pays comme Singapour et la Chine.

L'histoire de deux villes au milieu de l'épidémie dévastatrice de grippe espagnole
L'histoire de deux villes au milieu de l'épidémie dévastatrice de grippe espagnole
Image : Slide provided by Michal Caspi Tal, PhD, of Stanford Medical School

La distanciation sociale ne suffira pas à elle seule à atténuer l'impact de COVID-19. Nous devons également rendre les tests gratuits et facilement accessibles et garantir des congés payés pour tous les travailleurs malades et en quarantaine, entre autres actions. En cette période d'incertitude, nous devons également donner la priorité à la santé mentale. Mais nous avons dépassé le stade de la timidité.

Ce n'est que par une stricte distanciation sociale que nous pouvons actuellement espérer tempérer la prolifération de ce nouveau virus et réduire les taux de mortalité dus à la fois à la COVID-19 et à d'autres maladies sans rapport avec celle-ci.

En attendant, alors que nous nous efforçons de protéger la santé de notre famille, de nos amis et de nos collègues, nous devons également accorder du respect et des soins aux personnes qui s'occupent de nous. Car, comme cela a été prouvé à maintes reprises, ce sont les travailleurs de la santé publique et des soins de santé de première ligne, que ce soit sur le terrain, dans les cliniques ou dans le cadre des secours internationaux, qui constituent une première ligne de défense vitale pour protéger la santé des populations.

Une proportion importante de la population mondiale pourrait être infectée


Professeur Yik-Ying TEO, Doyen de l'école de santé publique Saw Swee Hock, Université nationale de Singapour

La responsabilité individuelle est au cœur de la gestion de la situation actuelle avec COVID-19, car nos actions déterminent si la chaîne de transmission est arrêtée avec succès ou si elle est malheureusement amplifiée.

  • Le simple mais efficace lavage régulier des mains peut minimiser le risque d'infection pour soi-même dû à l'exposition involontaire au virus par le contact avec des surfaces et le contact ultérieur avec le visage.
  • Évitez de vous rendre dans des lieux très fréquentés, en particulier ceux qui se trouvent dans des environnements fermés et mal aérés.
  • En cas de malaise, il faut minimiser les interactions avec d'autres personnes.
  • Évitez tout déplacement non essentiel dans des lieux où l'on signale une transmission communautaire.
  • Soyez socialement responsable en partageant des informations précises et fondées sur des preuves sur les médias sociaux, et évitez de commencer ou de transmettre des reportages non vérifiés ou des fausses nouvelles à d'autres membres de la communauté.
  • Faites un effort pour rester au courant des derniers développements de la situation dans le voisinage local.
  • N'oubliez pas que la situation peut perdurer pendant une longue période, et donc continuer à maintenir de bonnes habitudes personnelles telles que des exercices réguliers et une nutrition appropriée pour une constitution robuste et un état de bien-être mental résistant pour traverser cette crise mondiale.

Il est de plus en plus évident que la transmission de COVID-19 se poursuivra dans de nombreux pays, pour finalement se propager dans les communautés. Les modélisateurs épidémiologiques ont fait plusieurs projections sur l'impact prévu sur la population, où en l'absence d'un confinement efficace ou d'un vaccin viable et sûr, une proportion importante de la population mondiale pourrait être infectée.

La diffusion mondiale de COVID-19
La diffusion mondiale de COVID-19
Image : Forum Économique Mondial

Bien que cette prédiction puisse éventuellement se réaliser, ce qui est important, c'est l'échelle de temps sur laquelle elle se déroule : que ce soit en l'espace de 6 à 9 mois, ce qui submergera complètement de nombreux systèmes de santé, ou sur de nombreuses années, ce qui permettra aux systèmes de santé de faire face de manière adéquate.

Quoi qu'il en soit, il y a encore des pays dont les systèmes de santé sont plus faibles et où il est nécessaire de s'assurer que les travailleurs de la santé sont avant tout protégés, avec un approvisionnement adéquat et une formation appropriée sur l'utilisation des équipements de protection individuelle ; ainsi que de permettre à ces pays de mettre en place une réponse viable et durable impliquant des soins primaires communautaires pour gérer les cas légers, en plus des soins hospitaliers intensifs avancés pour les très malades.

Il vaut mieux réagir de manière excessive que de ne pas réagir


Xifeng Wu, MD, PhD, doyen et professeur de l'école de santé publique, Université de Zhejiang, Hangzhou, Chine. Lisez l'article complet de Xifeng Wu et de ses collègues.

L'expérience de la Chine nous a appris une fois de plus qu'en cas de pandémie, la bonne chose à faire est de croire les experts en science et en santé publique. Il vaut mieux réagir de manière excessive que de ne pas réagir.

Comment l'épidémie a progressé en Chine
Comment l'épidémie a progressé en Chine
Image : Florian Krammer via Michal Caspi Tal

La mesure sans précédent prise par la Chine pour contenir et contrôler la propagation de COVID-19 s'est avérée efficace. La diffusion en temps utile de données cliniques sur la maladie au public et à l'Organisation mondiale de la santé a aidé de nombreuses personnes dans le monde entier à se préparer à la propagation de COVID-19. Par exemple, nous savons maintenant, grâce à plus de 40 000 cas en Chine, que 80 % des patients infectés par COVID-19 n'ont pas besoin d'une intervention médicale, tandis que les 20 % restants auraient besoin d'un traitement et de soins médicaux.

La province du Zhejiang a été la première à porter la réponse de gestion des risques au niveau le plus élevé dans les premiers jours de l'épidémie de coronavirus, lorsqu'aucun cas n'a été confirmé. Voici quelques points sur les outils mis en place pour contrôler la propagation du COVID-19 à Hangzhou :

  • Fournir des directives claires sur le degré et la portée de cette mesure de confinement à l'échelle de la ville.
  • Veiller à ce que la mise en œuvre se fasse au niveau de la personne, de l'appartement, de la maison, de la communauté, des organisations, des installations publiques et de la gestion de la ville.
  • Maintenir les activités de la vie courante, c'est-à-dire la nourriture et les fournitures, grâce à un dispositif organisé et contrôlé par le gouvernement.
  • Désigner des établissements hospitaliers de soins et de gestion des maladies infectieuses pour isoler, surveiller et traiter les cas positifs à la COVID-19.
  • Mettre en place des systèmes d'enregistrement et de suivi électroniques et une équipe d'intervention locale pour traiter les cas identifiés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
  • Centralisation des rapports et des canaux de communication pour tenir les citoyens informés.


Une communication ciblée et efficace et une confiance partagée sont essentielles


Landon Myer, épidémiologiste, Université du Cap

La propagation rapide du virus COVID-19 (SRAS CoV-2) est un nouveau problème de santé publique qui suscite une préoccupation mondiale évidente. L'épidémiologie de COVID-19 est relativement peu nouvelle pour nous - après tout, les virus respiratoires se déplaçant des animaux vers les humains sont assez fréquents et COVID-19 est le troisième nouveau coronavirus humain du 21e siècle.

À l'heure actuelle, nous savons que la grande majorité des infections par COVID-19 entraînent une maladie bénigne qui se résorbe généralement spontanément, bien que les personnes âgées et les personnes présentant des comorbidités importantes soient plus préoccupantes. Toutefois, l'attention populaire massive qui a accompagné l'épidémie de COVID-19 est peut-être l'aspect le plus nouveau, et potentiellement le plus inquiétant, de cette épidémie. Les nouveaux rapports semblent se diffuser à l'échelle mondiale en quelques minutes, tandis que les médias sociaux et les sources d'information informelles ont facilité la diffusion de la désinformation et des rumeurs sur le virus et son impact.

L'Organisation mondiale de la santé s'efforce de briser les mythes sur les coronavirus
L'Organisation mondiale de la santé s'efforce de briser les mythes sur les coronavirus
Image : OMS

Dans le contexte d'une épidémie émergente, ces rumeurs sont loin d'être inoffensives car elles entravent la mise en œuvre d'interventions de santé publique efficaces pour contenir la propagation de l'infection et atténuer l'impact de la maladie.

Les interventions de base en matière de santé publique sont clairement efficaces: la réponse des autorités chinoises de santé publique a été largement réussie et massivement impressionnante, et démontre la capacité d'interventions simples et systématiques telles que la détection rapide des cas, la recherche des contacts, la mise en quarantaine appropriée et d'autres mesures.

Toutefois, ces interventions ne peuvent être mises en œuvre qu'avec une communication ciblée et efficace et une confiance partagée entre les organismes de santé publique et les populations qu'ils servent. La rumeur et la désinformation minent cette communication et cette confiance, alimentant au contraire la paranoïa, la peur, la panique et la stigmatisation - des phénomènes populaires dont on sait qu'ils contribuent à alimenter la propagation de nombreuses maladies infectieuses.

Si nous continuons comme si de rien n'était, cela va très vite exploser


Michal Caspi Tal, PhD, instructeur à l'école de médecine de Stanford

Le texte ci-dessous est extrait de "A talk given about Coronavirus for non virologists" (Une conférence sur le coronavirus pour les non virologistes) à l'université de Stanford le 9 mars 2020. Vous pouvez visionner l'intégralité de la conférence sur YouTube ci-dessous. Le Dr Tal a rendu les diapositives publiques ici.

Ce ne sera pas une apocalypse de zombies et la panique n'aide littéralement jamais, mais ce dont nous avons besoin, c'est d'une réponse prudente qui réduise la propagation... Travailler à domicile et essayer d'éviter les grands rassemblements sont une réponse très appropriée.

Si vous pensez au nombre de lits que nous avons (aux États-Unis), au nombre de masques que nous avons, au nombre de ressources dont les personnes très malades vont avoir besoin, ce que vous voyez, c'est que si nous ne faisons rien, si nous n'instituons pas de mesures de protection drastiques, si nous continuons à faire comme si de rien n'était, cela va très vite exploser. Et alors, ce qui va se passer, c'est que nous allons dépasser la capacité du système de santé actuel. Il y aura plus de personnes qui auront besoin de lits dans l'unité de soins intensifs que nous n'en avons.

En mettant en place des mesures de protection, même si nous ne pouvons pas créer une situation où d'autres personnes sont infectées, si nous les faisons infecter sur une longue période, nous pouvons essayer de garder le contrôle de ce que nous pouvons gérer avec notre système de santé actuel en place.