• Les personnes de moins de 40 ans sont beaucoup moins susceptibles de mourir de la COVID-19.
  • En Chine, 15% des personnes infectées de plus de 80 ans sont mortes de la maladie.
  • Le niveau de risque est élevé car des jeunes socialement actifs pourraient infecter les personnes âgées.


La bonne nouvelle concernant COVID-19 est que les enfants et les jeunes semblent peu susceptibles de développer des symptômes graves. La mauvaise nouvelle est qu'il semble qu'ils puissent encore être porteurs de la maladie et la transmettre aux personnes âgées qui ont un risque beaucoup plus élevé d'en mourir.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

Ce graphique montre le taux de mortalité par groupe d'âge des personnes infectées par le COVID-19 en Chine. Les personnes de moins de 40 ans semblent avoir 0,2 % de chances de mourir si elles attrapent le virus, alors que pour les plus de 80 ans, le risque est de 15 %.

Décès pour cause COVID-19 en Chine, par âge.
Décès pour cause COVID-19 en Chine, par âge.
Image : Our World in Data

Dans les pays où les gens sont encore autorisés à se mélanger librement, cela pourrait signifier que les jeunes adultes - qui sont beaucoup plus actifs socialement que les personnes âgées - pourraient, sans le savoir, propager le virus à un rythme élevé, mettant ainsi en péril la génération de leurs grands-parents.

Eric Feigl-Ding, chercheur en santé publique à Harvard, a tiré la sonnette d'alarme sur son fil Twitter, citant des données sur les taux d'infection de la Corée du Sud, qui a fait des tests bien plus poussés que l'Italie, par exemple :

Bien que la plupart de ces jeunes aient un faible risque de contracter une maladie grave, ils seront porteurs de la maladie.

"Le problème est que les jeunes sont probablement 10 fois plus actifs et sociaux que les personnes âgées et peuvent infecter 10 fois plus de personnes (surtout si #COVID19 est léger et n'est pas remarqué par les jeunes adultes", a tweeté Feigl-Ding.

L'Italie et l'Espagne ont suivi l'exemple de la province chinoise de Wuhan - l'épicentre de l'épidémie - en imposant un "lockdown" : de sévères restrictions à la liberté de mouvement des personnes, afin de ralentir la transmission du virus.

Au Royaume-Uni, qui a jusqu'à présent adopté une approche beaucoup plus légère, le ministre de la santé Matt Hancock a déclaré que, dans les semaines à venir, les personnes de plus de 70 ans seront bientôt invitées à rester chez elles "pendant une très longue période" - qui devrait être d'au moins 12 semaines.

"Nous ne reculons devant rien pour combattre ce virus et je pense que les gens ont l'impression que c'est le cas", a déclaré Hancock à la BBC.