Une crise sanitaire aux risques économiques. La ministre du Travail Muriel Pénicaud, et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, ont annoncé ce lundi 9 mars, à l’issue d’une réunion avec les acteurs économiques, des mesures renforcées pour permettre aux entreprises de mieux résister à l’épidémie de coronavirus.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

En première ligne, l’industrie de l’hôtellerie avec des baisses attendues de chiffre d’affaires de 30 à 40%, selon le ministre, ou encore les restaurateurs avec une baisse de 25%. Bruno Le Maire a prévenu, l’impact du coronavirus sera “sévère”, “nous pourrons être en dessous des 1 % de croissance en 2020″.

Chômage partiel renforcé

Afin de soutenir les entreprises mises à l’épreuve, le gouvernement a notamment décidé de renforcer sa mesure concernant le chômage partiel. Ainsi, l’indemnité horaire compensatrice versée aux employeurs ayant recours à ce dispositif passera de 7,74 à 8,04 euros, soit le niveau du smic. Concrètement, lorsqu’un employé se retrouve au chômage partiel, l’entreprise lui verse 70% de son salaire, sur lequel l’Etat remboursera désormais 8,04 euros par heure de travail.

Dimanche soir, Muriel Pénicaud avait annoncé que près de 900 entreprises ont déjà sollicité le chômage partiel pour 15.000 salariés, disant également s’attendre à une augmentation des chiffres. La ministre a dit souhaiter être en mesure de répondre dans les 48 heures, contre 15 jours habituellement.

Charges sociales reportées ou annulées

Concernant les charges sociales, Bruno Le Maire a indiqué que les entreprises pourraient demander un report par mail. Les entreprises menacées de disparaître pourront bénéficier directement d’un dégrèvement d’impôt. Une décision qui sera prise au cas par cas..

Le report des charges sociales pourra aller jusqu’à une suppression a détaillé sur RTL, la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher. “On commence par un report (...) Et ensuite, lorsqu’il est avéré que malheureusement les clients ne reviennent pas et que la trésorerie ne retrouve pas des couleurs, on fait un échéancier dans lequel on intègre les autres créances, celles avec les banques par exemple, les emprunts, les intérêts. À partir de ça, on s’organise pour voir ce que l’on abandonne”, a-t-elle détaillé.

Enfin, une réunion aura désormais lieu chaque semaine avec les entreprises. Bruno Le Maire a par ailleurs fait appel à la solidarité nationale, demandant notamment de la compréhension pour les commerçants qui auraient du mal à payer leur loyer. ”Je compte sur le soutien des banques, et qu’elles puissent étaler des échéances de crédit”, a-t-il ajouté.